IRAK GUERRE D' (2003-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'intervention armée américano-britannique « Liberté pour l'Irak » lancée le 20 mars 2003 contre l'Irak a provoqué la chute du régime de Saddam Hussein après une vingtaine de jours de combats.

Guerre d'Irak

photographie : Guerre d'Irak

photographie

Dès le premier jour de la guerre d'Irak, le 20 mars 2003, les forces américano-britanniques procèdent à des bombardements nocturnes sur Bagdad. Cette photo, prise le 27 mars, montre le complexe présidentiel touché par un raid aérien. 

Crédits : Ramzi Haidar / AFP

Afficher

L'Irak figurait sur l'« axe du Mal » fustigé par le président George W. Bush à la suite des attentats du 11 septembre 2001, dans le cadre de sa campagne contre le terrorisme international et les pays qui le soutiennent. Durant l'été de 2002, alors que Washington menaçait Bagdad d'une intervention préventive, l'Irak avait accepté la reprise de la mission de désarmement instituée par les Nations unies après la guerre du Golfe de 1990-1991. En novembre, la résolution 1441 de l'O.N.U. accordait à l'Irak une « dernière chance » de renoncer aux armes de destruction massive qu'il était censé posséder, sans toutefois prévoir de sanction automatique en cas de non-exécution. La France avait menacé d'opposer son veto au vote d'une seconde résolution qui aurait autorisé une intervention armée, jugeant celle-ci injustifiée.

Les États-Unis décident cependant d'intervenir sans mandat explicite de l'O.N.U. Ils réunissent autour d’eux une coalition de quarante-neuf États, mais les principales forces armées sont américaines et britanniques. Bagdad est rapidement occupée, et les forces de la coalition américano-britannique prennent en charge la gestion du pays, sous la forme d’une Autorité provisoire de la coalition, dirigée par le diplomate américain Paul Bremer. Saddam Hussein, qui avait pris la fuite en avril 2003 lors de la chute de Bagdad, est arrêté en décembre. Considérées comme des forces d'occupation, les troupes engagées doivent faire face aux divers mouvements de résistance qui s'organisent sur le territoire irakien et aux nombreuses critiques à travers le monde. Aux affrontements armés s'ajoute le délitement de la société irakienne. Le pays sombre dans la guerre civile.

À partir de janvier 2007, le Congrès des États-Unis ne soutient plus George W. Bush. De plus, la poursuite de la guerre est devenue très impopulaire dans l'opinion publique (à cette date, le conflit a tué plus de trois mille soldats américains). L'élection de Barack Obama à la présidence des États-Unis, en 2008, change la donne. Il propose un calendrier pour le retrait progressif des troupes : les derniers soldats américains quittent le pays en décembre 2011.

—  Christophe PÉRY

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IRAK GUERRE D' (2003-2011)  » est également traité dans :

AL-QAIDA

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FILIU
  •  • 1 080 mots

Dans le chapitre « Des attentats du 11 septembre 2001 à la mort d'Oussama ben Laden »  : […] Les attentats du 11 septembre 2001 sont planifiés dans la même logique, car Al-Qaida espère qu'une invasion de l'Afghanistan sera aussi fatale aux États-Unis qu'elle le fut à l'Armée rouge. Les détournements simultanés de quatre avions (deux s'écrasent contre le World Trade Center, un contre le Pentagone, le quatrième s'écrasant sans frapper sa cible, sans doute le Capitole ou la Maison-Blanche) […] Lire la suite

BLAIR TONY (1953- )

  • Écrit par 
  • Jacques LERUEZ
  •  • 2 363 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exercice du pouvoir »  : […] Après son arrivée au pouvoir, Tony Blair jouit rapidement d'une popularité inégalée, atteignant un taux d'approbation de 90 points, au moment du congrès travailliste d'octobre 1997. En outre, son équipe, bien que dépourvue de toute expérience gouvernementale, donne très vite une impression de grande compétence, notamment le chancelier de l'Échiquier, Gordon Brown, qui se pose en « chancelier de fe […] Lire la suite

BUSH GEORGE WALKER (1946- )

  • Écrit par 
  • Annick FOUCRIER
  •  • 1 621 mots

Quarante-troisième président des États-Unis (2001-2009), George Walker Bush est l'aîné des six enfants du président George Herbert Walker Bush et le petit-fils du sénateur du Connecticut et banquier Prescott Bush. Il est né le 6 juillet 1946 à New Haven (Connecticut) alors que son père, après avoir combattu comme pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, avait repris ses études à Yale. Il est él […] Lire la suite

CHIRAC JACQUES (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 994 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les mandats de Jacques Chirac »  : […] À la différence de François Mitterrand, toutefois, le nouveau président ne profitera guère de l'« état de grâce » qui prolonge dans l'opinion la victoire électorale. Faut-il s'en étonner ? En fait, Jacques Chirac n'a que peu amélioré au premier tour du scrutin de 1995 ses scores de 1981 et de 1988, et l'élection présidentielle elle-même a, de façon générale, exprimé la réserve des Français à l'éga […] Lire la suite

ERDOGAN RECEP TAYYIP (1954- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 056 mots
  •  • 3 médias

Homme politique turc, Premier ministre de 2003 à 2014, président de la République depuis 2014. Né le 26 février 1954 à Rize, dans le nord-est de la Turquie, au bord de la mer Noire, Recep Tayyip Erdogan se forge dès le lycée la réputation d'un fougueux défenseur de l'islam politique. Il joue dans un club professionnel de football et suit les cours de l'université de Marmara. C'est à cette époque q […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 705 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La droite décomplexée »  : […] Fort de ses succès en matière économique et sociale, dans une conjoncture favorable et face à une gauche en manque de leader et de projet, le P.P. remporte haut la main les élections législatives de mars 2000 en obtenant la majorité absolue avec 44,6 p. 100 des voix. Libéré de ses alliés nationalistes, José María Aznar n'a plus à chercher le consensus avec les autres forces politiques. Son style d […] Lire la suite

ÉTAT ISLAMIQUE (EI) ou DAECH ou DAESH

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 484 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’implantation en Irak »  : […] L’organisation État islamique trouve son origine dans la guerre d’Irak de 2003-2011. Son précurseur direct, Al-Qaida en Irak (AQI), fut l’un des acteurs centraux d’une vaste insurrection sunnite contre le gouvernement irakien (contrôlé par des chiites) et les forces d’occupation étrangères. Sous la direction d’Abou Moussab al-Zarkaoui, AQI a mené certaines des attaques les plus brutales et les pl […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « La guerre préventive contre l'Irak »  : […] Après la victoire sur l'Afghanistan, les dirigeants américains se tournent vers l'Irak. Certains jugeaient que la guerre du Golfe, en 1991, n'était pas allée assez loin. Paul Wolfowitz, adjoint au secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, affirme l'existence de liens entre Saddam Hussein et Al-Qaida. Il fait partie de la mouvance des néo-conservateurs, présents – sans que leur rôle soit déterminan […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 305 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « L'opération « Liberté pour l'Irak » (20 mars-14 avril 2003) »  : […] Les attentats du 11 septembre 2001 précipitent le changement de régime en Irak. Forts de leur succès en Afghanistan contre le régime des talibans et du soutien à leur guerre contre le terrorisme, les États-Unis décident d'abattre le régime de Saddam Hussein sans l'aval des Nations unies. Un objectif qui se nourrit, chez les idéologues néo-conservateurs de l'administration Bush, d'une forte vision […] Lire la suite

ITALIE - La vie politique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Geneviève BIBES, 
  • Marc LAZAR
  • , Universalis
  •  • 31 392 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La seconde législature de Silvio Berlusconi  »  : […] Alors que L'Olivier semble avoir admis à l'avance sa défaite, la campagne électorale est dominée par l'omniprésence de Silvio Berlusconi, qui recourt aux techniques de marketing les plus affûtées (tour de la péninsule en bateau, utilisation de la télévision, affichage généralisé, édition d'un livre sur sa vie tiré à 15 millions d'exemplaires, etc.). Le 8 mai 2001, devant les caméras de la R.A.I., […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe PÉRY, « IRAK GUERRE D' - (2003-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-d-irak/