GRÈVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le droit de grève

Reconnaissance et limites en droit français

Après avoir été réprimée comme délit pénal jusqu'à la loi des 25-27 mai 1864, la grève a passé en moins de cent ans (1864-1946) du stade de la faute contractuelle au stade du droit reconnu. En effet, jusqu'en 1946, elle demeure une faute contractuelle, permettant de licencier les travailleurs (à l'issue du mouvement revendicatif). Elle est devenue un droit depuis le célèbre préambule constitutionnel du 27 octobre 1946 : « Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui la réglementent. » Comme cette affirmation ne figurait qu'au préambule de la Constitution et non pas dans son corps même, une discussion doctrinale s'ensuivit, et certains en dénièrent la valeur constitutionnelle. Mais les interprétations dans leur ensemble considérèrent qu'elle valait règle de droit, puisque la disposition du préambule était une norme, une prescription précise. La controverse s'arrêta en 1950 par l'arrêt Dehaene du Conseil d'État en date du 7 juillet 1950, lequel proclama que la grève était « un principe fondamental de notre temps ».

Comme tout droit, le droit de grève est susceptible d'abus, et la jurisprudence a distingué les grèves illicites des grèves licites, le principe restant d'ailleurs la licéité. Sont illicites essentiellement les grèves politiques, car elles détournent l'arrêt de travail de sa destination normale et cause un préjudice injuste au chef d'entreprise (dont le comportement n'est pas en jeu). La jurisprudence, très sévère, de la Cour de cassation estime que tous les participants à une grève politique (et même à une grève mixte politico-professionnelle) sont lourdement fautifs et que leur contrat de travail peut valablement être rompu. Il en va de même de la grève perlée, qui diminue le rendement et par conséquent est considérée comme une violation des obligations prévues au contrat de travail.

Enfin sont abusives les grèves tournantes ou les grèves répétées qui ont engendré une grave désorganisation de l'entreprise, dès lors que cet effet était voulu et concerté par les grévistes.

De telles actions ne suspendent pas d'elles-mêmes le contrat de travail, mais constituent une faute lourde, susceptible d'entraîner par la suite une rupture de ce contrat ou autorisant le chef d'entreprise à prendre des sanctions disciplinaires.

En revanche, sont licites les grèves professionnelles quel que soit leur moment, même si la date prévue pour leur déclenchement est particulièrement spectaculaire ou nocive (lancement d'un paquebot, d'un nouveau modèle de voiture, visites de chefs d'État), même si elles se répètent souvent et ne durent que de brefs instants, dès lors qu'elles n'ont pas eu pour but la désorganisation de l'entreprise, fussent-elles sous la forme de grèves tournantes.

Quant aux grèves de fonctionnaires ou d'agents de services publics, elles sont licites depuis 1946, quoique dans les mêmes limites que les grèves du secteur privé. En outre, la loi du 31 juillet 1963 a interdit les grèves tournantes dans les services publics et a obligé les grévistes à envoyer, cinq jours avant la grève, un préavis au supérieur hiérarchique. Mais tout encadrement procédural des grèves est assez illusoire et, de fait, les grévistes ont très souvent fait la « grève du préavis », particulièrement lors des événements de mai-juin 1968. Bien que des sanctions assez sévères soient prévues, il n'en a jamais été fait application, la masse des insoumis étant trop grande.

Un problème demeure cependant, relatif à l'harmonie entre la grève et la liberté du travail. Les grévistes nuisent parfois à celle-ci, dans la personne des membres du personnel qui désirent travailler. Par les piquets de grève, par une persuasion tantôt pacifique, tantôt violente, les grévistes empêchent les autres de se rendre à leurs postes, et c'est encore plus vrai s'il y a occupation des lieux.

Ces atteintes à une liberté fondamentale, fréquentes en mai-juin 1968, ont incité le législateur à insérer dans la loi du 27 décembre 1968, qui reconnaissait le libre exercice du droit syndical dans l'entreprise, une mention spéciale pour assurer le respect de la liberté du travail. Au surplus, le délit pénal d'atteinte à la liberté du travail (art. 431-1 du Code pénal) sanctionne le fait « d'entraver, d'une manière concertée et à l'aide de menaces », ou « à l'aide de coups, violences, v [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Front populaire, 1936

Front populaire, 1936
Crédits : The Image Bank

vidéo

Usine occupée en 1936

Usine occupée en 1936
Crédits : AKG

photographie

1968 dans le monde

1968 dans le monde
Crédits : Pathé

vidéo

Daniel Cohn-Bendit

Daniel Cohn-Bendit
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université Robert-Schuman, Strasbourg, faculté de droit

Classification

Autres références

«  GRÈVE  » est également traité dans :

DROIT DE GRÈVE (France)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

La loi votée le 25 mai 1864 modifie les articles 414-416 du Code pénal visant la grève. La répression n'est désormais prévue que dans le cas de violence, de menaces ou d'atteintes à la liberté du travail. La grève cesse donc d'être considérée comme un délit. Depuis la Révo […] Lire la suite

A.F.L.-C.I.O. (American Federation of Labor-Congress of Industrial Organizations)

  • Écrit par 
  • Claude JULIEN, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 6 839 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'agitation sociale »  : […] C'est alors la grande époque de l'agitation sociale aux États-Unis. La grande grève de 1877, qui atteint tous les centres ferroviaires et voit la ville de Pittsburgh occupée par les insurgés ; les événements de Haymarket en 1886  ; les grèves de Homestead en 1892, de Pullman en 1894 et de Cœur d'Alene de 1892 à 1899 ; la véritable « guerre de trente ans » du Colorado entre 1884 et 1914 et les grèv […] Lire la suite

AMIENS CHARTE D' (1906)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 860 mots

Motion votée au IX e  congrès confédéral de la C.G.T., tenu du 8 au 16 octobre 1906, la Charte d'Amiens est considérée comme le texte fondamental du syndicalisme révolutionnaire. La C.G.T. avait été créée au congrès de Limoges en 1895 par la Fédération des Bourses du travail (et à son initiative) et la Fédération des syndicats. Elle est alors une association formelle plus qu'une confédération, et […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trois années décisives  »  : […] Autour de 1960 se produisent à un rythme rapide et dans divers domaines des événements et évolutions de grande portée pour le royaume. Le 25 novembre 1958, les dirigeants des trois grands partis (social-chrétien, socialiste et libéral) signent un important accord de compromis politique, le Pacte scolaire, et mettent ainsi un terme à l'affrontement qui opposait depuis plusieurs années catholiques e […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le tournant électoral de 1974 et l'émergence de la « société civile » »  : […] Pourtant, aux élections législatives de 1974, on assista à un raz-de-marée en faveur de l'opposition tolérée, le M.D.B. recueillant 59 p. 100 des voix validées. Cette protestation, régulièrement réitérée par la voie des urnes, donne au retour du Brésil à la démocratie une spécificité face au renversement des autres dictatures latino-américaines ou ibériques. L'érosion de la légitimité du régime fu […] Lire la suite

C.F.D.T. (Confédération française démocratique du travail)

  • Écrit par 
  • René MOURIAUX
  •  • 1 973 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La consolidation de la C.F.D.T. par l'unité d'action avec la C.G.T. »  : […] Dans les mois qui suivent le congrès extraordinaire de novembre 1964, les militants de la C.F.D.T. « contrent » sévèrement les initiatives des mainteneurs de la C.F.T.C. Ils leur disputent sigle et locaux. Il s'agit de restreindre au minimum la scission. Dans le même temps, la nouvelle centrale entend démontrer sur le terrain sa capacité d'action et de proposition. Le patronat contrarie cette pers […] Lire la suite

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La scission de 1921 »  : […] La guerre provoque un affaissement de la C.G.T., tandis que, dans leur majorité, les dirigeants se rallient à la politique dite d'union sacrée. Cependant, dès 1916 et surtout à partir de 1917, on observe un nouvel essor de la C.G.T. Après l'armistice, il y a un gonflement rapide des effectifs qui passent selon les statistiques syndicales à 1 200 000 en 1919 et à 2 400 000 en 1920. Toutefois, la C. […] Lire la suite

CHILI

  • Écrit par 
  • Raimundo AVALOS, 
  • Olivier COMPAGNON, 
  • Roland PASKOFF, 
  • Sergio SPOERER, 
  • Sébastien VELUT
  • , Universalis
  •  • 19 439 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Oppositions et tensions internes »  : […] L'ensemble de ces réformes provoque de nombreuses oppositions qui freinent le processus de transformation sociale du pays. La première d'entre elles provient des États-Unis, dont les intérêts dans certains secteurs de l'industrie chilienne sont affectés par les nationalisations, et qui organisent progressivement un embargo sur les produits chiliens. En septembre 1971, Allende revient sur le princ […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - La période gaullienne (1958-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 8 841 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Mai-juin 1968 »  : […] La France avait connu, dans les premières années de la V e  République, quelques mouvements sociaux importants. Ainsi, la grève des mineurs de 1963 – à laquelle le pouvoir avait répondu par un ordre de réquisition – avait été populaire et la confiance accordée au président de la République en avait été sensiblement affectée pendant quelques mois. En 1966, après un accord C.G.T.-C.F.D.T. pour une […] Lire la suite

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 394 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La conception objectiviste »  : […] L'autre conception, dont notre analyse s'éloigne, peut être nommée, à l'inverse, objectiviste. Elle ne définit le conflit de classes que par le fonctionnement d'un système économique, ce qui est indispensable, en effet, pour comprendre les mécanismes de la domination d'une classe et pour analyser les rapports sociaux de travail, mais ce qui dissocie complètement les rapports de classes et l'action […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-13 février 2022 Tunisie. Dissolution du Conseil supérieur de la magistrature.

Le décret interdit également aux magistrats de faire grève. […] Lire la suite

2-25 janvier 2022 France. Adoption de la loi sur le passe vaccinal.

Le 10, alors que les syndicats d’enseignants appellent à la grève, le Premier ministre Jean Castex, qui continue de défendre son objectif de « laisser au maximum les écoles ouvertes », annonce une « simplification » du protocole sanitaire en vigueur dans les classes, dont la complexité était critiquée par la communauté éducative et par les parents d’élèves. […] Lire la suite

15 décembre 2021 France. Mobilisation des personnels de justice.

Certains répondent à l’appel à la grève de l’Union syndicale des magistrats (USM) et du Syndicat de la magistrature (SM), notamment. Ce phénomène est inédit puisque les magistrats n’ont pas le droit de grève. Ce mouvement fait suite à la publication en novembre, dans le quotidien Le Monde, d’une tribune intitulée « Nous ne voulons plus d’une justice qui n’écoute pas et qui chronomètre tout », rédigée à la suite du suicide d’une jeune magistrate en août et signée par trois mille des neuf mille magistrats du pays. […] Lire la suite

14-30 novembre 2021 France. Mouvement contre l'obligation vaccinale à la Guadeloupe.

Le 15, de violents affrontements opposent des manifestants aux forces de l’ordre lors de la première journée de grève générale illimitée, organisée dans l’archipel à l’appel de l’intersyndicale Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP) – « Collectif contre l’exploitation ». Celui-ci dénonce l’obligation vaccinale imposée en juillet aux soignants et aux pompiers, qui doit s’appliquer ce même jour dans les Antilles. […] Lire la suite

11-30 octobre 2021 Soudan. Coup d'État militaire.

La mobilisation pacifique des opposants, ainsi que la répression militaire et les arrestations de figures de la société civile continuent les jours suivants, tandis qu’une grève générale se met en place. Le 26, Abdallah Hamdok est libéré et placé en résidence surveillée. Le 30, l’armée réprime les manifestations massives organisées dans les grandes villes du pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hélène SINAY, « GRÈVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/