Droit du travail


CONGÉS PAYÉS

  • Écrit par 
  • Lydie LAGRANGE
  •  • 995 mots

C'est la loi du 20 juin 1936 qui a généralisé en France l'institution des congés payés. Des lois postérieures, allant dans un sens toujours plus favorable aux salariés, et les conventions collectives ont élargi la gamme et allongé la durée des congés. Le congé annuel payé a été porté de 12 à 18 jours en 1956, de 18 à 24 jours en 1969 et de 24 à 30 jours par l'ordonnance du 16 janvier 1982. Il faut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conges-payes/#i_0

CONGÉS PAYÉS, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PERNOT
  •  • 248 mots

Innovation sociale majeure, les congés payés redéploient l'économie et démocratisent le temps libre. Leur essor s'inscrit dans une tendance internationale très inégalement marquée. Peu nombreux et liés exclusivement à des accords d'entreprise, les congés payés restent très faibles aux États-Unis et plus répandus au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conges-payes-en-bref/#i_0

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 563 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Le droit de grève »  : […] Après avoir été réprimée comme délit pénal jusqu'à la loi des 25-27 mai 1864, la grève a passé en moins de cent ans (1864-1946) du stade de la faute contractuelle au stade du droit reconnu. En effet, jusqu'en 1946, elle demeure une faute contractuelle, permettant de licencier les travailleurs (à l'issue du mouvement revendicatif). Elle est devenue un droit dep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/greve/3-le-droit-de-greve/

HARCÈLEMENT MORAL

  • Écrit par 
  • Alain CHIREZ
  •  • 1 632 mots

La notion de harcèlement ne semble pas, à première vue, relever du domaine législatif. Soumettre une ou plusieurs personnes à d'incessantes petites attaques, à des demandes, des critiques ou des réclamations continuelles, selon la définition du Grand Larousse, relève plus de la tactique guerrière (on parle de tirs de harcèlement) ou de techniques psychologiques que du phénomène juridique. Amorcée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harcelement-moral/#i_0

LIBERTÉ DU TRAVAIL

  • Écrit par 
  • Isabelle VACARIE
  •  • 507 mots

Le décret d'Allarde des 2 et 17 mars 1791 pose le principe fondamental de la liberté du travail, au sens d'exercice d'un métier : « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'il trouvera bon. » S'il vise d'abord la liberté du travail indépendant, il concerne aussi la liberté du travail dépendant. Cependant, aujourd'hui, la première est appelé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-du-travail/#i_0

LOCK-OUT

  • Écrit par 
  • Lydie LAGRANGE
  •  • 680 mots

Fermeture temporaire de l'entreprise décidée par l'employeur en réponse à un conflit collectif du travail (grève ou menace de grève). Le but du chef d'entreprise est en général d'éviter d'assumer la charge du fonctionnement d'une entreprise perturbée par le conflit et d'éloigner tout risque de déviation de l'exercice du droit de grève, occupation des locaux ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lock-out/#i_0

PRESSE - Droit de la presse

  • Écrit par 
  • Emmanuel DERIEUX
  •  • 4 317 mots

Dans le chapitre « Statut des journalistes »  : […] Le principe de liberté d'expression inspire certains éléments d'un statut des journalistes, précurseur du droit commun du travail dont il ne se distingue plus que sur quelques aspects seulement. On évoquera ici la définition des journalistes et certains de leurs droits et obligations.L'attribution de la qualité de journaliste découle du constat qu'un individu exerce cette activité, par ailleurs ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-droit-de-la-presse/4-statut-des-journalistes/

PRUD'HOMMES CONSEILS DE

  • Écrit par 
  • Isabelle VACARIE
  •  • 611 mots

Les corporations condamnées par Turgot, abolies par l'édit du 5 février 1776 signé par Louis XVI, sont définitivement supprimées par la Révolution française et avec elles les juridictions des corps de métiers. À la demande des soyeux de Lyon qui réclament à Napoléon une juridiction d'arbitrage, celui-ci crée en 1806 un conseil de prud'hommes formé de patrons d'entreprise. C'est en 1848 qu'apparais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conseils-de-prud-hommes/#i_0