LIBERTÉ DU TRAVAIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le décret d'Allarde des 2 et 17 mars 1791 pose le principe fondamental de la liberté du travail, au sens d'exercice d'un métier : « Il sera libre à toute personne de faire tel négoce ou d'exercer telle profession, art ou métier qu'il trouvera bon. » S'il vise d'abord la liberté du travail indépendant, il concerne aussi la liberté du travail dépendant. Cependant, aujourd'hui, la première est appelée liberté du commerce et de l'industrie ; seule la seconde est qualifiée de liberté du travail.

La signification du principe a évolué. Créée en réaction contre les entraves qu'apportait à l'activité professionnelle le régime corporatif, la liberté du travail avait, au xixe siècle, un contenu essentiellement économique : liberté de s'engager, de travailler pour vivre et, en contrepartie, liberté de recruter la main-d'œuvre nécessaire. Depuis l'affirmation du droit à l'emploi, dans le Préambule de la Constitution de 1946, qui implique l'engagement de la part de l'État de pratiquer une politique de plein-emploi, la liberté du travail apparaît comme la faculté reconnue à tout homme de gagner sa vie en exerçant la profession de son choix.

S'agissant d'une liberté individuelle, celle-ci n'a de portée concrète que si elle est protégée. Elle suppose tout d'abord le droit pour chaque salarié de changer d'emploi et de conclure un nouveau contrat de travail. Pour garantir cette liberté, l'article L. 122-4 du Code du travail affirme le droit de résiliation unilatérale du contrat de travail ; quant aux tribunaux, ils annulent les clauses de non-concurrence ou de non-réembauchage que ce dernier peut éventuellement contenir si elles ne sont pas limitées dans le temps ou dans l'espace, et surtout si elles interdisent au salarié d'exercer normalement l'activité professionnelle qui lui est propre, une fois le contrat rompu.

Elle suppose en second lieu le droit de ne pas être mis dans l'impossibilité pratique de travailler. Il s'agit alors, d'une part, d'assurer la protection des non-syndiqués en prohibant le monopole syndical de l'emploi ; la loi du 27 avril 1956 condamne les clauses des conventions collectives dites d'union shop ou de closed shop interdisant à l'employeur d'engager des salariés non syndiqués. Il s'agit, d'autre part, de protéger les non-grévistes en cas de conflit collectif : les articles 414 et 415 de l'ancien Code pénal réprimaient les faits d'atteinte à la liberté du travail pour amener ou maintenir une grève, dispositions qui ont été reprises par l'article 431-1 du Code pénal de 1993 ; une jurisprudence a même justifié l'expulsion des grévistes des lieux de travail non seulement par l'atteinte au droit de propriété de l'employeur, mais également par l'atteinte à la liberté du travail causée par les occupations d'usines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LIBERTÉ DU TRAVAIL  » est également traité dans :

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des droits sociaux formellement réaffirmés »  : […] Le bouleversement de la réalité des droits sociaux est visible dans toutes les nouvelles Constitutions, mais il est particulièrement marqué s'agissant des questions de droit du travail (le droit au travail est exprimé tel quel par exemple dans la Constitution de Bulgarie, art. 48, et dans celle de la République tchèque, Annexe, art. 26), et de liberté du travail (Constitutions de la Russie, art […] Lire la suite

GRÈVE

  • Écrit par 
  • Hélène SINAY
  • , Universalis
  •  • 12 478 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Reconnaissance et limites en droit français »  : […] Après avoir été réprimée comme délit pénal jusqu'à la loi des 25-27 mai 1864, la grève a passé en moins de cent ans (1864-1946) du stade de la faute contractuelle au stade du droit reconnu. En effet, jusqu'en 1946, elle demeure une faute contractuelle, permettant de licencier les travailleurs (à l'issue du mouvement revendicatif). Elle est devenue un droit depuis le célèbre préambule constitution […] Lire la suite

Les derniers événements

5-31 août 2021 France. Annonce de nouvelles mesures sanitaires et économiques.

Il censure toutefois l’obligation d’isolement pendant dix jours de toute personne testée positive à la Covid-19, cette « privation de liberté » ne pouvant être appliquée sans que l’autorité judiciaire ou administrative ne soit en mesure d’apprécier « la situation personnelle » de l’intéressé. Il annule également la possibilité de rompre un contrat de travail à durée déterminée (CDD) ou une mission d’intérim pour cause de non-présentation du passe sanitaire, cette mesure créant « une différence de traitement […] sans lien avec l’objectif poursuivi » entre les titulaires des différents types de contrats de travail. […] Lire la suite

2-21 mai 2021 Algérie. Intensification de la répression du Hirak.

Le 11, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme demande aux autorités algériennes de « cesser de recourir à la violence pour disperser les manifestations pacifiques et de mettre fin aux arrestations arbitraires et aux détentions de personnes ayant exercé leurs droits à la liberté d’opinion, d’expression et de réunion pacifique ». […] Lire la suite

8-30 décembre 2020 Union européenne – Royaume-Uni. Conclusion d'un accord de libre-échange entre Bruxelles et Londres.

La liberté de circulation est abolie. Toutefois, les Britanniques résidant dans l’UE et les Européens habitant le Royaume-Uni conservent leur droit de résidence et de travail, et aucun visa de tourisme n’est imposé. Le Royaume-Uni sort du programme européen d’échanges universitaires Erasmus. Le 30, le Parlement britannique adopte la loi transposant les termes de l’accord dans la législation britannique. […] Lire la suite

16 octobre - 2 novembre 2020 France. Assassinat du professeur d'histoire Samuel Paty.

Au cours des jours précédents, Samuel Paty avait été pris à partie par un parent d’élève, après avoir montré des caricatures de Mahomet dans le cadre d’un cours d’éducation civique consacré à la liberté d’expression. Cette mise en cause avait été largement relayée sur les réseaux sociaux. Le parent d’élève avait déposé plainte pour « diffusion d’images pornographiques » et Samuel Paty avait fait de même, pour « diffamation publique ». […] Lire la suite

25 octobre 2020 Lituanie. Élections législatives.

Le Parti du travail (centre) progresse fortement avec 9,5 p. 100 des suffrages et 10 députés. Le Parti social-démocrate (centre gauche), qui avait quitté la coalition gouvernementale formée avec le TS-LKD en novembre 2016 pour rejoindre l’opposition, est en net recul avec 9,3 p. 100 des voix et 13 sièges. Le nouveau Parti de la liberté (centre droit), scission du Mouvement libéral (LRLS, centre droit) entre au Parlement avec 9 p. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Isabelle VACARIE, « LIBERTÉ DU TRAVAIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liberte-du-travail/