AMIENS CHARTE D' (1906)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Motion votée au IXe congrès confédéral de la C.G.T., tenu du 8 au 16 octobre 1906, la Charte d'Amiens est considérée comme le texte fondamental du syndicalisme révolutionnaire.

La C.G.T. avait été créée au congrès de Limoges en 1895 par la Fédération des Bourses du travail (et à son initiative) et la Fédération des syndicats. Elle est alors une association formelle plus qu'une confédération, et il lui faudra attendre 1902 (congrès de Montpellier) pour se donner une structure réelle. Seule à cette date la Fédération des Bourses du travail, animée par les anarchistes, en est l'élément actif. Les anarchistes ont en effet commencé d'entrer dans les organisations ouvrières après l'échec de la « propagande par le fait » (attentats à la bombe et vols), à l'appel de certains d'entre eux, comme Pelloutier, qui anime la Fédération des Bourses jusqu'à sa mort en 1901.

Le congrès d'Amiens s'ouvre dans une atmosphère politique particulière : le parti socialiste S.F.I.O. vient de se créer ; l'expérience de la participation au pouvoir avec Millerand a éveillé des appétits au sein des dirigeants du mouvement ouvrier ; enfin, les guesdistes, exclus des syndicats en 1895, reviennent à la charge, forts de tout le poids du nouveau parti socialiste dont la création est leur œuvre. La direction de la jeune C.G.T. (avec Griffuelhes au secrétariat général) doit se défendre, sur sa droite, des réformistes et des opportunistes et affirmer face aux prétentions des dirigeants politiques non seulement son indépendance, mais surtout son propre programme : le syndicalisme révolutionnaire.

Trois textes sont proposés aux délégués : la motion Renard (Fédération du textile) d'orientation guesdiste, qui propose une collaboration étroite avec les organisations politiques, affirmant la primauté de l'action politique sur l'action syndicale ; la motion Keufer (Fédération du livre), nettement réformiste, affirmant « le caractère exclusivement économique de l'organisation syndicale » et demandant d'en « bannir toutes discussions et préoccupations politiques, philosophiques et religieuses » ; enfin la motion présentée par la direction de la Confédération, motion Griffuelhes qui définit un syndicalisme de lutte de classes et lui assigne un but d'émancipation intégrale du prolétariat, « qui ne peut se réaliser que par l'expropriation capitaliste. Il [le syndicalisme] préconise comme moyen d'action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd'hui groupement de résistance, sera dans l'avenir le groupement de production et répartition, base de réorganisation sociale ». Enfin le texte précise que « les organisations confédérées n'ont pas, en tant que groupements syndicaux, à se préoccuper des partis et des sectes qui, en dehors et à côté, peuvent poursuivre en toute liberté la transformation sociale ».

Au cours des débats, les guesdistes sont très vite isolés (ils ne recueillent que 34 mandats sur 807) ; les réformistes retirent leur texte et annoncent qu'ils votent la motion Griffuelhes « parce qu'elle condamne l'intrusion de toute politique dans les syndicats et au sein de la C.G.T. », mais font des réserves sur la question de la grève générale.

Le texte adopté, « antisocialiste » mais aussi bien anti-anarchiste (distance à l'égard des « sectes »), attribue au syndicalisme un rôle primordial dans l'émancipation du prolétariat mais aussi dans l'organisation de la future société socialiste. Le syndicalisme s'affirme comme une théorie de la révolution — c'est un syndicalisme révolutionnaire — et non pas, comme on l'affirme trop souvent de façon restrictive, un anarcho-syndicalisme. Il recèle toutefois bien des faiblesses. Tout d'abord, la grève générale comme moyen de prise du pouvoir élaboré à travers les luttes quotidiennes semblera à certains un objectif stratégique faible, qui conduit facilement à l'activisme, à l'action pour l'action. En outre, la motion d'Amiens est votée par une large majorité, mais bien fragile : les modérés l'ont votée tactiquement pour ne pas être isolés et faire échec aux guesdistes, mais ne sont en rien des syndicalistes révolutionnaires ; de plus cette majorité est fictive, car, au sein du Congrès, la représentation n'est pas proportionnelle : une grosse fédération, comme celle du Livre, n'a pas plus de mandats qu'un petit syndicat.

Texte conjoncturel, texte de défense contre l'emprise des partis [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AMIENS CHARTE D' (1906)  » est également traité dans :

APOLITISME

  • Écrit par 
  • Étienne SCHWEISGUTH
  •  • 1 346 mots

Dans le chapitre « Une posture volontaire, parfois stratégique »  : […] Seuls les épicuriens, dans l'Antiquité, ont théorisé et assumé le désengagement par rapport à la vie de la cité en tant que position doctrinale. Recherchant le plaisir dans l'absence de souffrance pour le corps et dans l'absence de trouble pour l'âme, ils considéraient que le sage était celui qui savait éviter de s'exposer à des troubles inutiles. Aussi, contrairement aux stoïciens, qui valorisaie […] Lire la suite

C.G.T. (Confédération générale du travail)

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT, 
  • René MOURIAUX
  • , Universalis
  •  • 4 358 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les origines »  : […] Les origines de la C.G.T. remontent à la fin du xix e  siècle. Après la Commune de Paris et malgré la répression qui a suivi sa défaite, les organisations syndicales réapparaissent rapidement. En 1881, on dénombre déjà en France cinq cents chambres syndicales. Des congrès ouvriers se réunissent à Paris en 1876, à Lyon en 1878 et à Marseille en 1879. Des chambres syndicales constituent des fédérat […] Lire la suite

EXTRÊME GAUCHE

  • Écrit par 
  • Christine PINA
  •  • 7 145 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Organisations et stratégies de lutte »  : […] La question du type d'organisation privilégiée est pour le moins fondamentale. Est-il possible de concevoir la révolution comme le fait d'une avant-garde de professionnels agissant dans une organisation partisane au nom des opprimés ou celle-ci doit-elle venir de la base et des masses ? En somme, comment concevoir concrètement les liens entre des structures organisées, fortement centralisées et le […] Lire la suite

SYNDICALISME

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE, 
  • Thomas LOWIT
  •  • 13 169 mots

Dans le chapitre « Démultiplication des fonctions syndicales »  : […] On distingue communément trois types de syndicalisme : un syndicalisme de revendication et d'opposition qui, à une action défensive quotidienne indispensable à sa survie, associe plus ou moins un projet radical de transformation de la société tout entière ; un syndicalisme de contrôle qui tente de limiter en droit et en fait le pouvoir discrétionnaire de l'employeur et, par des accords directs av […] Lire la suite

Les derniers événements

13-19 décembre 2018 France. Remise en cause du plafonnement des indemnités prud'homales.

Le 19, le conseil des prud’hommes d’Amiens (Somme) adopte une position identique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul CLAUDEL, « AMIENS CHARTE D' (1906) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charte-d-amiens/