BATESON GREGORY (1904-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant consacré sa vie à la recherche dans des domaines très variés des sciences sociales (anthropologie, psychiatrie, cybernétique), Gregory Bateson s'est attaché plus encore à la recherche sur la recherche, c'est-à-dire à celle qui s'interroge sur les fondements de la connaissance des phénomènes humains.

La naissance d'une passion pour le travail scientifique

Fils du grand biologiste et généticien anglais William Bateson (1861-1926), Gregory grandit dans le milieu intellectuel de Cambridge. Au sein de sa famille, il eut à souffrir non seulement du peu d'intimité qui y régnait, mais aussi de sa qualité de benjamin d'une série de trois fils : les deux premiers « étaient réputés de brillants sujets », tandis que lui était considéré toujours « comme un sot », en dépit de ses succès scolaires indéniables. Toute la famille était agnostique aussi bien du côté paternel que du côté maternel, et depuis plusieurs générations. Le père faisait aux enfants, durant leur petit déjeuner, une lecture de la Bible « pour éviter, rapporte Gregory, que nous ne devenions des athées sans cervelle ». Il était écrit cependant là-haut, quelque part, que le benjamin allait devenir le seul héritier : l'aîné mourut à la guerre ; le deuxième, qui, rescapé des combats, voulait devenir auteur dramatique malgré l'opposition paternelle, « se tira une balle dans la tête à Piccadilly Circus... sous une statue d'Éros ».

En entrant à l'université, Gregory Bateson étudia d'abord la zoologie et entreprit ensuite un voyage d'étude aux îles Galapagos, dont il revint fort déçu en raison de la monotonie du travail de laboratoire. Il essaya donc la psychologie, puis obtint la maîtrise d'anthropologie sous la direction de A. C. Haddon. Peu après, son père mourut ; resté sa vie durant un adepte fervent de Darwin, mais regrettant aussi d'avoir connu trop tard les découvertes de Mendel sur l'hérédité, William Bateson avait, par son exemple austère, réussi à passionner son fils pour la science et, par contrecoup, pour l'étude bien particulière des principes de la pensée scientifique, « domaine qu'il considérait avec une grande méfiance ». Ce qui fit écrire à Gregory que « les attitudes qu'il avait reçues de lui [son père] étaient précisément celles que celui-ci combattait au-dedans de lui-même ». Détail significatif, père et fils avaient une même admiration pour la peinture de William Blake, sa mythologie grandiose et ses allégories où la stature omniprésente du père domine. Ainsi William Bateson avait-il ouvert à son fils la voie d'une grande dévotion pour le travail scientifique en même temps qu'il lui interdisait celle de l'art, « sans doute la plus grande, mais réservée à l'homme d'exception et toujours hors de portée pour des gens comme nous ».

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  BATESON GREGORY (1904-1980)  » est également traité dans :

ANTIPSYCHIATRIE

  • Écrit par 
  • Robert LEFORT
  •  • 2 415 mots

Dans le chapitre « Le discours de la folie et la société »  : […] mental, la folie et la famille (Sanity, Madness and Family), Laing et Esterson situent les effets pathogènes en jeu dans les discours du patient et de sa famille en se référant au « double lien » (double bind) de Gregory Bateson, c'est-à-dire à l'existence de vœux contradictoires dans l'expression des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antipsychiatrie/#i_84660

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Un modèle alternatif »  : […] Parmi les personnalités de ce collège invisible figure Gregory Bateson. Né à Cambridge, au sein d'une grande famille d'intellectuels, Bateson reçoit en premier lieu une formation de naturaliste, avant de se tourner vers l'ethnologie pour échapper quelque peu à l'emprise de ses parents. C'est ainsi qu'il se retrouvera à vingt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communication/#i_84660

CORPS - Les usages sociaux du corps

  • Écrit par 
  • Luc BOLTANSKI
  •  • 2 595 mots

Dans le chapitre « L'apport des ethnologues »  : […] Mais c'est surtout à Margaret Mead et à Gregory Bateson que l'on doit les premières analyses systématiques de l'incorporation de la culture. Leur ouvrage fondamental, Balinese Character : a photographic analysis, publié en 1942, est constitué de 759 photographies réunies de façon thématique et commentées par les auteurs ; elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-les-usages-sociaux-du-corps/#i_84660

MEAD MARGARET (1901-1978)

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET
  •  • 1 700 mots

Dans le chapitre « La remise en cause des stéréotypes »  : […] servir la cause d'une libération des mœurs dans la société américaine. Elle écrivit son livre en même temps que Gregory Bateson, devenu son compagnon, en écrivait un autre sur son expérience chez les Iatmul de la vallée du Sepik. Bateson sut partager avec elle « le sentiment que la grande découverte, la réponse à tous nos problèmes ou la grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-mead/#i_84660

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « BATESON GREGORY - (1904-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregory-bateson/