GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si, dans les années 1930, le cinéma italien avait créé un univers de « téléphones blancs », Hollywood, dans ses films, avait également su concevoir un environnement sans aspérités, où les stars évoluaient avec élégance et nonchalance, tout en s'adaptant aux situations les plus trépidantes des screwball comedies. Le jeune comédien Cary Grant (de son vrai nom Archibald Leach), de nationalité anglaise, y trouva tout naturellement sa place. Il avait pour atouts supplémentaires humour et dandysme.

Originaire de Bristol, en Grande-Bretagne, Cary Grant, après avoir travaillé dans un cirque comme acrobate, arrive aux États-Unis dans les années 1920 et occupe plusieurs emplois avant d'interpréter des rôles de « jeune premier chantant » à Broadway. Remarqué par un talent scout de la Paramount il rejoint Hollywood où il devient le partenaire de deux grandes stars, Marlene Dietrich, dans Blonde Vénus de Josef von Sternberg (1932), et Mae West, dans Lady Lou de Lowell sherman (1933). Mae West décèle vite en lui des qualités différentes et l'oriente vers des rôles fantaisistes pouvant faire figure de contre-emploi pour les jeunes premiers traditionnels de l'époque.

Quelques rôles établissent son image de marque : Je ne suis pas un ange (1933), son interprétation de la tortue dans l'adaptation d'Alice au pays des merveilles de Norman McLeod (1933), et surtout sa composition de charmeur « cockney » dans Sylvia Scarlett de George Cukor (1935) où, retrouvant ses origines anglaises, il essaie de composer un personnage voisin de ceux de Jack Buchanan et Noel Coward, monstres sacrés de la scène londonienne. C'est aux côtés de partenaires féminines comme Irene Dunne, Katharine Hepburn ou Constance Bennett qu'il définit le mieux son style fait de désinvolture, de cynisme, voire de muflerie. Dans ces brillantes comédies que sont Le Couple invisible de N. Mcleod (1936), Cette Sacrée Vérité de Leo Mac Carey (1937), L'Impossible Monsieur Bébé de Howard Hawks (1938), il n'hésite pas à jouer les ahuris, les savants farfelus – rôles qu'on aurait pu croire réservés à des acteurs de composition. Engendrant d'insurmontables catastrophes, sommé de choisir entre deux épouses, manipulé par l'imagination perverse des scénaristes, il sort toujours indemne de ces situations périlleuses. Cary Grant touchera quand même à d'autres genres cinématographiques, comme le film d'aventures, avec Gunga Din (1939), ou Seuls les anges ont des ailes (1939). Il saura également adopter avec aisance les règles et conventions des mélodrames les plus « larmoyants », tel La Chanson du passé qui fut un grand succès de box-office en 1941.

Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks

Photographie : Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks

Cary Grant (1904-1986) et Rita Hayworth (1918-1987) dans Seuls les anges ont des ailes, film retraçant les exploits de l'Aéropostale en Amérique du Sud, de Howard Hawks (1939). 

Crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

Afficher

Cary Grant garde à chaque fois ce détachement amusé et cette étincelle malicieuse dans le regard qui allaient tant séduire Alfred Hitchcock, qui fit de lui un personnage ambigu, dans la lignée des compositions de son compatriote, I'acteur Claude Rains. Dans Soupçons (1941), tourné au côté de Joan Fontaine, il cultive ce mystère : est-il injustement soupçonné par sa femme ou cherche-t-il, tout en sourires, à l'empoisonner réellement ? Cette rencontre fascinante d'un acteur et d'un réalisateur se poursuivra avec Les Enchaînés (1946), puis La Main au collet (1955) pour trouver son aboutissement dans La Mort aux trousses (1959).

La Mort aux trousses, A. Hitchcock

Photographie : La Mort aux trousses, A. Hitchcock

Dans La Mort aux trousses (1959), une folle course-poursuite à travers les États-Unis et jusqu’au célèbre mont Rushmore va permettre aux personnages interprétés par Cary Grant et Eva Marie Saint de montrer leurs talents et leur humour, avec en fond sonore la magnifique musique de Bernard... 

Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Getty Images

Afficher

Cary Grant, quelle que soit son ambiguïté, acquiert auprès des spectateurs un formidable capital de sympathie. Le public voit d’abord en lui un acteur de comédies et ne le suit pas dans des compositions plus dramatiques comme Rien qu'un cœur solitaire, réalisé par le dramaturge Clifford Odets (1944), ou dans Night and Day de Michael Curtis (1946), où il prête ses traits au compositeur Cole Porter. Quelques comédies mineures, Deux sœurs vivaient en paix (1947), Un million, clés en main (1948), La Course au mari (1948), tournées cette fois-ci pour la firme R.K.O., alternent avec des films d'« auteur » : Arsenic et vieilles dentelles de Frank Capra (1944), Allez coucher ailleurs de Howard Hawks (19 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks

Seuls les anges ont des ailes, H. Hawks
Crédits : Hulton Archive/ Moviepix/ Getty Images

photographie

La Mort aux trousses, A. Hitchcock

La Mort aux trousses, A. Hitchcock
Crédits : Metro-Goldwyn-Mayer/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY (1904-1986)  » est également traité dans :

DONEN STANLEY (1924-2019)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Comme Vincente Minnelli, Gene Kelly ou Bob Fosse, Stanley Donen était rongé par l’inquiétude. L’art du musical est de nous faire croire qu’il est futile : il faut donc masquer à quel point le réel peut vous blesser. Seul le « divin » Fred Astaire paraît échapper à l’anxiété, sans qu’on puisse affirmer qu’il n’était pas le dissimulateur suprême. C’est dans cet univers d’illusion réparatrice que l’ […] Lire la suite

HAWKS HOWARD (1896-1977)

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 058 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'authenticité avant toute chose »  : […] Né en 1896, grand, droit, un masque allongé, pétrifié d'énergie, un regard pur, de ciel trempé, que l'âge a rendu serein et comme indifférent, Howard Hawks ne se pose aucune question qu'il ne puisse résoudre. Il ignore le doute, l'inquiétude, la difficulté d'être, l'introspection. La décision, en lui comme en ses personnages, prend la réflexion de vitesse. Elle se manifeste en actes, créateurs, vi […] Lire la suite

HEPBURN KATHARINE (1907-2003)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 804 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le temps de la comédie »  : […] Alternant drame et comédie, domaine où elle sait trouver le juste tempo , Katharine Hepburn impose un personnage de jeune femme intelligente et volontaire, énergique et combative, qui ne s'en laisse pas conter par les hommes, ou qui joue savamment de son androgynie, comme dans Sylvia Scarlett (1935) de George Cukor. Certes, si, dans L'Impossible Monsieur Bébé , de Howard Hawks (1938), Indiscréti […] Lire la suite

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « GRANT ARCHIBALD ALEXANDER LEACH dit CARY - (1904-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grant-archibald-alexander-leach-dit-cary/