MAC CAREY LEO (1898-1969)

Réalisateur, écrivain et producteur américain, né le 3 octobre 1898 à Los Angeles, mort le 5 juillet 1969 à Santa Monica (Californie).

Diplômé en droit de l'University of Southern California, Thomas Leo Mac Carey poursuit une carrière d'avocat pendant quelque temps, puis se lance dans le cinéma en 1918 comme assistant du réalisateur Tod Browning. En 1923, il est engagé comme réalisateur et scénariste par les studios Hal Roach. Deux ans plus tard, il est nommé vice-président de la compagnie. C'est lui qui perçoit que deux des meilleurs acteurs comiques du studio, Stan Laurel et Oliver Hardy, doivent former un tandem inséparable. Les dix-neuf films de Laurel et Hardy qu'il produit, dont les trois qu'il réalise lui-même, sont très formateurs car ils affûtent son sens du comique.

Après une collaboration peu fructueuse avec les studios Fox au début des années 1930, Leo Mac Carey signe un contrat avec la Paramount en 1933. Au contact des célébrités de la comédie avec lesquelles il collabore, il peaufine son propre style comique, basé sur les techniques de l'improvisation apprises avec Laurel et Hardy. Son premier film pour la Paramount est Duck Soup (La Soupe au canard, 1933), avec les Marx Brothers. Le film essuie un échec à sa sortie, mais on le considère aujourd'hui comme l'une des meilleures comédies de tous les temps. Mac Carey dirige également W.C. Fields, George Burns et Gracie Allen dans Six of a Kind (1934, Poker party), et Mae West dans Belle of the Nineties (Ce n'est pas un péché, 1934). Après ce film, l'image de l'actrice sera assagie par l'application du code Hays (un code d'autocensure instauré par les studios – et établi par le sénateur Hays en 1930 – dans le but d'une part, de prévenir une censure venue de l'extérieur et d'autre part, de se donner une image morale auprès du public).

Avec Ruggles of Red Gap (L'Extravagant M. Ruggles, 1935), Leo Mac Carey peut enfin laisser son empreinte sur un film. Celle-ci se distingue par un comique mêlant farce et réali [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  MAC CAREY LEO (1898-1969)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le cinéma américain classique »  : […] Mais le registre de Capra demeure limité. Howard Hawks et Leo Mac Carey, qui sont ses rivaux en matière de comédie, ont un projet bien plus vaste. Pour l'un et l'autre, la comédie représente simplement le terme privilégié d'une alternative personnelle. L'œuvre de Hawks oscille entre le burlesque (L'Impossible Monsieur Bébé [ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_89671

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 216 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] incognito, 1938)], Garson Kanin [Bachelor Mother (Mademoiselle et son bébé, 1939)] que chez le Leo McCarey de Ruggles of Red Gap (L'Extravagant M. Ruggles, 1935) et The Awful Truth (Cette sacrée vérité, 1937). L'éloge du libéralisme, la lutte contre le nazisme puis contre le communisme font […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_89671

Pour citer l’article

« MAC CAREY LEO - (1898-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-mac-carey/