GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Correspondance de guerre, 1915

Correspondance de guerre, 1915
Crédits : <a title="Crédit" href="http://www.europeana.eu/portal/en/record/2020601/contributions_8715.html" rel="noopener" target="_blank">Europeana</a>/ <a title="Crédit" href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/" rel="noopener" target="_blank">CC-BY-SA 3.0</a>

photographie

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915
Crédits : akg-images

photographie

Emprunt national, 1917

Emprunt national, 1917
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Le Mari pacifique, Paul Iribe
Crédits : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

photographie

Tous les médias


L’effort de guerre de toute une population

Guerre moderne et industrielle, la Première Guerre mondiale est aussi la première « guerre totale », nécessitant la mobilisation de l’ensemble des ressources des pays belligérants. Le départ des hommes pour le front pose ainsi la question de leur remplacement dans les secteurs essentiels pour l’effort de guerre. Dans les campagnes, toute la population rejoint les champs, alors que les récoltes d’été sont en cours. Si le travail des femmes était déjà massif avant-guerre, dans les campagnes comme à l’usine, la « munitionnette », employée dans les usines, devient une des figures centrales de la guerre. Les femmes représentent ainsi jusqu'à 30 p. 100 de la main-d’œuvre dans l’industrie lourde, et même 60 p. 100 chez Citroën, une exception. En 1918, 430 000 d’entre elles travaillent dans ce secteur. Ces « remplaçantes » en pantalon sont célébrées pour leur rôle dans l’effort de guerre, mais l’émancipation des femmes reste limitée, ne serait-ce qu’en raison de la persistance d’une vision conservatrice qui considère la femme d’abord comme une mère et une consolatrice. Les hommes restent d’ailleurs majoritaires dans les usines de guerre, occupant les postes hiérarchiques ou spécialisés. Il a aussi fallu faire appel à la main-d’œuvre étrangère, venue d’Espagne, d’Afrique du Nord ou d’Asie pour remplacer les soldats. Quarante mille ouvriers chinois sont ainsi employés en France, comme dans les usines Schneider au Creusot. Pour faire face aux besoins croissants du front, nombre d’usines doivent se reconvertir et adopter une nouvelle organisation du travail fondée sur les principes du taylorisme. Les conditions de travail se dégradent fortement, car les cadences doivent permettre de produire cent mille obus par jour, objectif fixé par le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, dès septembre 1914. La semaine de travail dure de 60 à 70 heures, les gestes sont répétitifs et pénibles, tandis que les ouvriers sont exposés à des risques importants liés à la manipulation d’explosifs ou de substances toxiques.

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Photographie

La mobilisation des hommes sur le front oblige les femmes à prendre le relais, notamment dans des métiers auxquels elles n’avaient pas accès jusqu’alors : ces tourneuses d’obus fabriquent des pièces de 75 mm dans une usine d’armement.  

Crédits : akg-images

Afficher

Les civils sont aussi sollic [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuelle CRONIER, « GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/