GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les civils face à la violence extrême

La Première Guerre mondiale atteint des seuils de violence inédits tant par leur forme que par leur échelle. Les conventions de Genève (1864 et 1906) et de La Haye (1899 et 1907), qui ont fixé les principes du droit international humanitaire et du droit de la guerre, sont transgressées par les belligérants : utilisation des gaz, invasion d’États neutres ou bombardement de civils. À l’été de 1914, des atrocités, nées de peurs collectives, sont commises par les Allemands lors de l’invasion du nord de la France et de la Belgique. Elles sont ensuite utilisées par la propagande alliée pour dénoncer la barbarie allemande. Destructions, viols et déportations atteignent un degré inédit, illustrant la manière dont le conflit s’étend aux non-combattants. Pour la première fois dans l’histoire à cette échelle, les civils sont pris pour cible par des bombardements stratégiques. Paris est visée durant l’été de 1914, puis Londres au début de l’année 1915. Si la capacité destructrice et meurtrière des attaques reste limitée jusqu’en 1917, les raids des Gothas – des bombardiers allemands mis en service en 1916 –, puis les tirs du « canon de Paris » provoquent l’effroi des populations qui fuient la capitale en masse en 1918. La menace venue du ciel rapproche les civils de l’expérience du front, même si l’échelle des tirs et des victimes reste incomparable, puisqu’on ne compte qu’environ cinq cents victimes à la suite des bombardements de Paris entre 1914 et 1918.

Le poids du deuil marque durablement la société française. L’annonce des morts et des disparus rythme le conflit, mais le rapatriement des corps doit attendre la fin de la guerre et bien des familles ne parviendront jamais à obtenir le retour des corps des disparus. L’armistice du 11 novembre 1918, s’il met fin au conflit le plus meurtrier que la France ait alors connu, laisse un pays exsangue. La démobilisation est progressive et les derniers soldats ne rentreront chez eux qu’en 1920. La société est auss [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Correspondance de guerre, 1915

Correspondance de guerre, 1915
Crédits : <a title="Crédit" href="http://www.europeana.eu/portal/en/record/2020601/contributions_8715.html" rel="noopener" target="_blank">Europeana</a>/ <a title="Crédit" href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/" rel="noopener" target="_blank">CC-BY-SA 3.0</a>

photographie

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915
Crédits : akg-images

photographie

Emprunt national, 1917

Emprunt national, 1917
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Le Mari pacifique, Paul Iribe
Crédits : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Argentine – Royaume-Uni. Transformation du conflit des Malouines en guerre ouverte. 1er-31 mai 1982

en dehors de la « zone de guerre » de 200 milles instaurée par les Britanniques, ces derniers ont considéré qu'il constituait une menace. Après d'importantes opérations de sauvetage, près de sept cents des mille marins sont sauvés : les autres ont été tués ou sont portés disparus. Le 4, le destroyer lance-missiles […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuelle CRONIER, « GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/