GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Correspondance de guerre, 1915

Correspondance de guerre, 1915
Crédits : <a title="Crédit" href="http://www.europeana.eu/portal/en/record/2020601/contributions_8715.html" rel="noopener" target="_blank">Europeana</a>/ <a title="Crédit" href="https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/fr/" rel="noopener" target="_blank">CC-BY-SA 3.0</a>

photographie

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915

Ouvrières pendant la Première Guerre mondiale, 1915
Crédits : akg-images

photographie

Emprunt national, 1917

Emprunt national, 1917
Crédits : Bibliothèque nationale de France

photographie

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Le Mari pacifique, Paul Iribe
Crédits : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

photographie

Tous les médias


Une société sous tension

Cette société mobilisée pour l’effort de guerre et la victoire finale est traversée par des tensions importantes, qui soulignent les failles du consensus et de « l’union sacrée » au fil d’un conflit exigeant et interminable.

Dans l’armée française de la Première Guerre mondiale, plus d’un soldat sur deux a été mobilisé dans une arme non combattante, comme les transports ou l’administration. C’est le propre des conflits modernes, mais cela génère des injustices vivement ressenties par la population, car les risques sont très inégalement partagés. Au front même, les fantassins, rassemblant les recrues les plus jeunes, sont davantage exposés à la mort que les artilleurs, une arme qui connaît un grand développement pendant le conflit. La stigmatisation des « embusqués », ces hommes qui échappent aux postes les plus dangereux ou qui ont intrigué pour se faire réformer, est un thème récurrent à l’arrière comme au front. Lors des permissions, les combattants sont choqués par le nombre d’hommes en âge de combattre restés à l’arrière, et par les salaires des ouvriers des usines de guerre, qui sont, dans certaines branches, quinze fois supérieurs à ce que touche un soldat en 1918. Ces tensions minent parfois les relations au sein des familles ou des villages, où chacun espère que la guerre épargnera les siens.

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Le Mari pacifique, Paul Iribe

Photographie

Portant atteinte à l’« union sacrée », l’embusqué de l’arrière, qui a cherché à se soustraire au devoir des armes, est méprisé ou jalousé par le soldat du front. Il est également moqué par les caricatures, tel ce dessin de Paul Iribe dans la revue La Baïonnette du 2 septembre... 

Crédits : Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

Afficher

Les femmes, quant à elles, subissent une forte pression sociale à l’arrière. Soupçonnées de faire la noce en l’absence des soldats, qu’une séparation de longue durée rend réceptifs aux rumeurs, elles font l’objet de représentations contradictoires. L’imaginaire combattant se nourrit de visions idéalisées de femmes dévouées et aimantes, qu’ils n’ont guère l’occasion de fréquenter au front. Ces visions romantiques sont porteuses de grandes déceptions, et les reproches pleuvent sur les femmes accusées d’être trop sensibles aux charmes des embusqués et des Alliés. Lors des rares permissions, la capacité de séduction des combattants est mise à l’épreuve et ils doivent bien souvent se contenter de relations tarifées qui les rendent amers. Malgré le m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Picardie-Jules-Verne, Amiens

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuelle CRONIER, « GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grande-guerre-et-societe/