GRAFFITI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un art populaire

L'intérêt et la valeur esthétique de certains des graffiti littéraires sont indiscutables. Il en est de même pour bon nombre de graffiti figuratifs, qui ont su inspirer des artistes tels que Picasso et Cocteau. C'est pourtant le poète Apollinaire qui comprit le mieux – comme le démontrent ses Calligrammes – que cette expression constitue un véritable art populaire, rivalisant parfois, par sa beauté et sa finesse, avec les œuvres des artistes professionnels et combinant avec un naturel irréfléchi l'écriture et le dessin dans une même composition.

Le goût, autant le goût des peuples et des époques que le goût des individus, reste et restera peut-être toujours une des grandes énigmes de l'esthétique. Il serait hors de propos d'aborder ici cette question en profondeur, mais aucune analyse sérieuse du phénomène qui constitue le sujet de cet article ne peut se permettre d'ignorer que l'attention particulière accordée de nos jours aux graffiti correspond à l'intérêt que porte le monde occidental à l'art primitif et à l'art brut. Ce n'est sûrement pas non plus un hasard si la première appréciation des qualités esthétiques des graffiti modernes (l'essai photographique de Brassaï) coïncide, d'une part, avec l'apparition, dans la peinture abstraite (chez les expressionnistes de l'école de New York), de procédés tels que la superposition et la striation, et, d'autre part, avec les œuvres de Dubuffet et de Giacometti, où la surface du tableau et de la sculpture et la représentation de l'être humain rappellent de façon surprenante celles de nombreux sites à graffiti.

Ce n'est pas seulement depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale que les graffiti figuratifs modernes constituent un sujet de recherche. Le premier écrit de Brassaï au sujet des graffiti parisiens date de 1933 ; il est contemporain de la publication des graffiti abyssins relevés en Éthiopie par l'ethnographe Marcel Griaule ; il fut précédé par des articles du spécialiste de l'art enfantin G. H. Luq[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : docteur en ethnologie de l'université de Paris
  • : professeur de criminologie et de justice pénale à l'université du Missouri, Saint Louis (États-Unis)
  • : professeur de criminologie et de justice pénale à l'université du Missouri, Saint Louis (États-Unis)

Classification


Autres références

«  GRAFFITI  » est également traité dans :

ART URBAIN

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 2 728 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance du « writing » »  : […] un mouvement esthétique promis à une diffusion internationale : le writing (nom donné par les Anglo-Saxons au graffiti d'inspiration new-yorkaise et que les graffeurs préfèrent à celui, trop générique, de graffiti). Porté par l'essor du Civil Rights Movement, ce mode d'expression minoritaire (il est originellement le fait des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-urbain/#i_6357

BANKSY (1974-    )

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 1 125 mots

Dans le chapitre « Du graffiti au pochoir »  : […] sa biographie disent qu'il appartiendrait à la classe moyenne. À l'âge de quatorze ans, il se mêle à la scène graffiti du quartier de Barton Hill (Bristol), mais s'écarte rapidement des normes esthétiques du milieu, qui proscrit toute autre expression que le style new-yorkais et la bombe aérosol. Les graffeurs ne lui pardonneront jamais son effort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/banksy/#i_6357

BASQUIAT JEAN MICHEL (1960-1988)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 961 mots

Dans le chapitre « La voie des tags »  : […] une forme de culture populaire extrêmement vivace dans le New York des années 1970 : les graffitis. Organisés en une société hiérarchisée, les auteurs de Tags (« signatures ») doivent franchir toutes sortes d'épreuves avant de pouvoir inscrire, en toute illégalité, le nom qu'ils se sont choisi sur la face extérieure des rames […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-michel-basquiat/#i_6357

BRASSAÏ (expositions)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 008 mots

mais aussi dessinateur, sculpteur, écrivain et cinéaste. Le circuit proposé aux visiteurs s'ouvrait sur une salle consacrée aux Graffiti, photographiés par Brassaï peu après son arrivée à Paris en janvier 1924. En 1933, Brassaï fit une première publication de ces signes « éphémères et sauvages » dans la revue Minotaure. L'exposition du Centre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brassai/#i_6357

BRASSAÏ GYULA HALÁSZ dit (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Anne de MONDENARD
  •  • 1 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Vision normale » et graffitis »  : […] Parallèlement, depuis 1932, Brassaï photographie des graffitis anonymes dessinés ou gravés sur les murs de la capitale. Il s'agit d'« objets trouvés » repérés lors de ses marches et rassemblés pour leur valeur poétique. On y voit des visages bruts, qui font écho à ceux des personnages étranges rencontrés dans le Paris interlope contemporain. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gyula-halasz-dit-brassai/#i_6357

COLLECTIF ART

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 923 mots
  •  • 2 médias

Quels que soient les rapports de tout art avec la collectivité, on parle précisément d'art collectif quand les œuvres sont produites, non par des personnes individuelles, mais par des groupes. C'est sous l'angle poïétique, par l'examen des instances créatrices non individuelles, que le concept d'art collectif a pris consistance : le développement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-collectif/#i_6357

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le wall drawing »  : […] Si le concept de wall drawing ne permet pas de désigner toute la production graphique sauvage qui relève de l'art des graffiti, il est difficile de ne pas l'y assimiler tant il s'agit bel et bien de dessin, qu'il donne lieu à de simples écritures, comme les tags de Jean-Michel Basquiat ou à la silhouette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dessin-contemporain/#i_6357

DOUCET JACQUES (1924-1994)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 406 mots

Peintre français. Pour Jacques Doucet, seuls comptent les jeux de la matière, ceux dont il peut varier à l'infini les textures et ceux dont il tire parti avec subtilité et fantaisie dans ses peintures, ses papiers collés et ses « pétrifications ». Artiste solitaire, encouragé dès 1941 par Max Jacob, qui lui trouve de l'humour, il est un des rares […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/doucet-jacques-1924-1994/#i_6357

ENSÉRUNE

  • Écrit par 
  • Hubert GALLET DE SANTERRE
  •  • 1 028 mots

L'oppidum d'Ensérune se dresse sur une colline haute de 118 mètres, qui est située dans l'actuel département de l'Hérault, entre Béziers et Narbonne, et qui, à quelques kilomètres de la mer, domine la plaine languedocienne, lieu de passage à toutes les époques. Cette position géographique explique le rôle de poste de guet et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enserune/#i_6357

HARING KEITH (1958-1990)

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 631 mots
  •  • 1 média

Les graffitistes new-yorkais ont été privés en moins de deux ans de leurs chefs de file : Jean Michel Basquiat en 1988 à la suite d'une overdose, et Keith Haring, mort du sida le 16 février 1990 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/keith-haring/#i_6357

PALÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert MARICHAL
  •  • 4 855 mots

Dans le chapitre « L'étude du ductus »  : […] Les premiers graffiti pompéiens, source essentielle de la connaissance des écritures usuelles au ier siècle de notre ère, ont été mis au jour en 1765 ; leur première publication, en 1792, passa inaperçue. Il fallut attendre la publication par C. Zangemeister du tome IV du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleographie/#i_6357

RAP, musique

  • Écrit par 
  • Olivier CACHIN
  •  • 5 898 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines du hip-hop »  : […] le groupe Rock Steady Crew, qui y livre une brève mais spectaculaire performance. Les graffeurs, quant à eux, s’expriment dans les terrains vagues et sur les rames du métro new-yorkais. Chacune des branches initiales du mouvement hip-hop suivra sa propre évolution : le graffiti sortira des rues pour s’installer dans les galeries d’art, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rap/#i_6357

Pour citer l’article

William P. MCLEAN, Scott H. DECKER, Glen D. CURRY, « GRAFFITI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/graffiti/