GRAFFITI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contenu psychologique

L'hypothèse si répandue qui veut que les graffiti soient uniquement le fait d'obsédés, d'enfants ou d'oisifs est sans fondement. Les graffiti commémoratifs des amoureux, des pèlerins et des voyageurs constituent déjà une classe qui dément cette supposition. Les graffiti révolutionnaires et autres graffiti politiques, les graffiti protestataires sur affiches dont il a été question ci-dessus sont d'autres démentis qui montrent que les auteurs des graffiti sont aussi dissemblables dans leur caractère que les graffiti peuvent l'être dans leur contenu. Si l'on peut, à la rigueur, assimiler le mot pig (cochon), tracé au doigt avec le sang d'une de ses victimes par l'assassin psychopathe de la vedette de cinéma Sharon Tate, aux initiales, dates et messages commémoratifs que l'on trouve si souvent sur la surface des sites historiques, en postulant qu'ils sont tous issus d'une même motivation : le désir de laisser un souvenir plus durable que soi-même devant l'anonymat de la mort, il serait néanmoins ridicule d'avancer que celle-ci soit la seule motivation de tous les auteurs de graffiti. On peut supposer, au contraire, que les divers mobiles qui les animent correspondent à la diversité des catégories des graffiti. En plus des graffiti commémoratifs, des graffiti politiques et des graffiti protestataires, il existe des graffiti érotiques ou pornographiques en général, des graffiti érotiques initiatiques par lesquels les adolescents s'enseignent mutuellement la physiologie des organes sexuels, des graffiti-exercices d'école, des graffiti-annonces d'homosexuels, des graffiti de prisonniers, des graffiti humoristiques, des graffiti signalétiques de gitans et de vagabonds qui ont un sujet tout autre que le « moi ».

On ne doit pas exclure non plus de ce catalogue les graffiti qui, à cause de leur qualité expressionniste accusée, tendent à faire croire qu'ils représentent, pour leurs auteurs, un moyen de s'exprimer sans souci de savoir si quelqu'un d'autre découvrira ou non leur œuvre. La façon dont l'homme manipule la matière du monde a toujours représenté u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : professeur de criminologie et de justice pénale à l'université du Missouri, Saint Louis (États-Unis)
  • : professeur de criminologie et de justice pénale à l'université du Missouri, Saint Louis (États-Unis)
  • : docteur en ethnologie de l'université de Paris

Classification

Autres références

«  GRAFFITI  » est également traité dans :

ART URBAIN

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 2 728 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Naissance du « writing » »  : […] S'il est d'abord le fait d'une poignée d'artistes en rupture, c'est par son versant populaire que l'art urbain accédera au rang de véritable culture. À la toute fin des années 1960, émerge en effet sur la côte est des États-Unis un mouvement esthétique promis à une diffusion internationale : le writing (nom donné par les Anglo-Saxons au graffiti d'inspiration new-yorkaise et que les graffeurs pr […] Lire la suite

BANKSY (1974- )

  • Écrit par 
  • Stéphanie LEMOINE
  •  • 1 125 mots

Dans le chapitre « Du graffiti au pochoir »  : […] Si l'œuvre est célèbre, on sait très peu de choses de l'homme. L'anonymat, de mise chez des artistes urbains condamnés à la discrétion par l'illégalité de leur démarche, a largement contribué à forger sa légende dans une société obsédée par la visibilité. Banksy serait né en 1974 à Bristol. Son milieu d'origine est mal connu. S'il est parfois présenté comme issu de la classe ouvrière, les très rar […] Lire la suite

BASQUIAT JEAN MICHEL (1960-1988)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 961 mots

Dans le chapitre « La voie des tags »  : […] Né en 1960 à Brooklyn (New York), Basquiat est issu de ce que l'on appelle aux États-Unis les « minorités raciales » : son père est haïtien, sa mère, portoricaine. Sa famille n'appartient cependant pas aux milieux modestes, mais est plutôt de classe moyenne. Contrairement à ce que peut parfois laisser entendre la légende de l'artiste, Basquiat n'est en effet ni un défavorisé, ni un illettré. En re […] Lire la suite

BRASSAÏ GYULA HALÁSZ dit (1899-1984)

  • Écrit par 
  • Anne de MONDENARD
  •  • 1 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Vision normale » et graffitis »  : […] Après avoir arpenté la cité, le photographe pousse les portes de ce décor : il entre au bal musette des Quatre Saisons, fréquenté par les gens du « milieu », s'invite au grand bal des homosexuels, ou encore au bar Le Monocle, couru des lesbiennes. Brassaï va plus loin dans l'intimité de personnages. Il fixe l'ambiance d'une maison close, chez Suzy, ou d'un hôtel de passe rue Quincampoix. Pour fai […] Lire la suite

BRASSAÏ (expositions)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 008 mots

Mort en 1984, Brassaï aurait eu cent ans en 1999. Deux institutions lui ont rendu hommage en 2000. Le musée Picasso, du 2 février au 1 er  mai 2000, et le Centre Georges-Pompidou, du 19 avril au 26 juin 2000. Ces deux expositions ont su partager l'œuvre du photographe pour en donner simultanément deux approches différentes. Parmi les nombreux photographes qui ont pu approcher Picasso et donner le […] Lire la suite

COLLECTIF ART

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 923 mots
  •  • 2 médias

Quels que soient les rapports de tout art avec la collectivité, on parle précisément d'art collectif quand les œuvres sont produites, non par des personnes individuelles, mais par des groupes. C'est sous l'angle poïétique, par l'examen des instances créatrices non individuelles, que le concept d'art collectif a pris consistance : le développement de l'ethnologie, de l'anthropologie, et la prise en […] Lire la suite

DESSIN CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Philippe PIGUET
  •  • 2 082 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le wall drawing »  : […] Le dessin acquiert une dimension d'architecture dès lors qu'il s'agit de wall drawings (« dessins muraux »), un concept qui s'est développé dans la foulée de l'art conceptuel et qui n'est pas sans rappeler l'art de la fresque. Dans ce domaine, il y va pour l'essentiel de grandes compositions abstraites dont les figures géométriques visent au dialogue avec l'espace qui les accueille et dont les p […] Lire la suite

DOUCET JACQUES (1924-1994)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 406 mots

Peintre français. Pour Jacques Doucet, seuls comptent les jeux de la matière, ceux dont il peut varier à l'infini les textures et ceux dont il tire parti avec subtilité et fantaisie dans ses peintures, ses papiers collés et ses « pétrifications ». Artiste solitaire, encouragé dès 1941 par Max Jacob, qui lui trouve de l'humour, il est un des rares peintres français à se sentir, en compagnie d'Atlan […] Lire la suite

ENSÉRUNE

  • Écrit par 
  • Hubert GALLET DE SANTERRE
  •  • 1 028 mots

L'oppidum d'Ensérune se dresse sur une colline haute de 118 mètres, qui est située dans l'actuel département de l'Hérault, entre Béziers et Narbonne, et qui, à quelques kilomètres de la mer, domine la plaine languedocienne, lieu de passage à toutes les époques. Cette position géographique explique le rôle de poste de guet et de marché, de trait d'union entre l'arrière-pays montagneux et le monde m […] Lire la suite

HARING KEITH (1958-1990)

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 631 mots
  •  • 1 média

Les graffitistes new-yorkais ont été privés en moins de deux ans de leurs chefs de file : Jean Michel Basquiat en 1988 à la suite d'une overdose, et Keith Haring , mort du sida le 16 février 1990. La carrière de Keith Haring a été fulgurante aux États-Unis et en Europe et les grandes galeries ont exposé ses peintures et sculptures-totems. En quelques années, il a imposé son graphisme et son messag […] Lire la suite

Pour citer l’article

Glen D. CURRY, Scott H. DECKER, William P. MCLEAN, « GRAFFITI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/graffiti/