Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MAMMAIRE GLANDE

Caractéristique des mammifères, la glande mammaire sécrète le lait indispensable à la nutrition des jeunes. Elle se développe à partir de deux crêtes embryonnaires épiblastiques qui s'étendent ventralement de la région axillaire à l'aine. Chez l'homme, cette crête se résorbe ensuite, sauf dans la région pectorale où elle donne naissance à des bourgeons ectodermiques qui se creusent en canaux et en alvéoles sécrétrices, ou acini. Les canaux, qui sont dits galactophores, débouchent au niveau du mamelon, zone conique formée par un stroma conjonctif dense recélant des fibres musculaires, circulaires et radiées, permettant l'érection. La glande proprement dite reste atrophique chez l'homme (sauf syndrome de gynécomastie) et elle se développe chez la femme dès la puberté par suite de la prévalence de l'équilibre endocrinien gonadohypophysaire qui s'instaure à ce moment. Elle associe, en proportions variables, une charpente conjonctive, le tissu glandulaire et du tissu adipeux qui se mettent en place sous la peau de la région pectorale ; celle-ci va donc être soulevée par les globes des seins qui se développent, centrés par les mamelons correspondants. La vascularisation est assurée par les branches « perforantes » de l'artère mammaire interne, et par des rameaux des artères intercostales et de l'axillaire. Il existe un réseau veineux superficiel et des lymphatiques rassemblés en un réseau sous-aréolaire drainé par des collecteurs gagnant le creux axillaire, et en un réseau profond qui communique avec une chaîne lymphatique mammaire interne et atteint les ganglions sus et sous-claviculaires.

La glande mammaire réagit aux modifications du taux des stéroïdes sexuels. Pendant le cycle menstruel, la folliculine et la progestérone stimulent respectivement le développement des canaux et ceux des acini ; le volume des seins est maximal au stade précédant la menstruation ; il diminue pendant les règles. Si la femme est enceinte, l'augmentation du tissu mammaire continue à s'accroître sous l'influence des œstrogènes provenant du placenta fœtal. Une sécrétion lactéale commence alors à se produire (cinquième mois de la grossesse) et après l'accouchement on assiste à une « montée laiteuse » abondante. On peut l'enrayer par compression du thorax sous bandages. Mais normalement, la production du lait, qui a été déclenchée alors par des hormones stimulantes hypophysaires (prolactine pour la sécrétion, ocytocine pour l'excrétion), va se poursuivre pendant plusieurs mois, entretenue par les excitations sensitives réalisées pendant la tétée. La succion du mamelon par le nourrisson semble stimuler l'hypothalamus et par là l'hypophyse, qui met en circulation les hormones qui stimulent la lactation. Au niveau cellulaire, le lait apparaît sous forme de gouttelettes dans le cytoplasme des cellules sécrétrices mammaires. Elles rassemblent des granules lipidiques d'origine ergastoplasmique et des granules protéiques d'origine golgienne. L'expulsion des gouttelettes a lieu sans amputer le cytoplasme : la sécrétion est dite mérocrine.

Symbole de maternité, le sein est aussi, et peut-être surtout, symbole de féminité. Il donne à la silhouette son galbe et il en souligne la séduction. Or son développement est volontiers capricieux, ce qui n'est pas sans conséquences psychologiques. Pour pallier cet inconvénient, au-delà de pratiques empiriques souvent peu efficaces, on a depuis plusieurs décennies recours au remodelage et à la plastie chirurgicale du sein à des fins esthétiques. La pathologie du sein, en dehors des syndromes infectieux, relativement diffus (mastites) ou localisés (abcès) est essentiellement une pathologie tumorale. Les tumeurs bénignes (adénofibromes et kystes) sont fréquentes et décelables à la palpation. Il faut souligner l'importance[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Didier LAVERGNE. MAMMAIRE GLANDE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • HYPOTHALAMUS

    • Écrit par
    • 5 706 mots
    • 5 médias
    ...montré que la stimulation du noyau supra-optique ou la lésion du faisceau supra-optico-hypophysaire amenaient des effets d'éjection lactée par les glandes mammaires même après dénervation de celles-ci, ou, inversement, d'interruption de la lactation et la reprise de celle-ci après administration compensatoire...
  • IMMUNITÉ, biologie

    • Écrit par , , et
    • 21 509 mots
    • 11 médias
    La glande mammaire est associée au système immunitaire des muqueuses. Les antigènes pénétrant dans l'intestin maternel induisent la stimulation de lymphocytes B puis leur maturation en plasmocytes qui vont se localiser dans la glande mammaire et qui produisent les anticorps IgA sécrétoires...
  • LAIT

    • Écrit par et
    • 4 705 mots
    • 8 médias
    Le lait est sécrété par les glandes mammaires des femelles de mammifères. Il est convenu de réserver le mot « lait », sans spécification, à la sécrétion lactée de la vache. Dans tous les autres cas, on le fait suivre de la désignation de l'espèce : lait humain, lait de brebis, lait de chèvre, etc....
  • MAMMIFÈRES

    • Écrit par , , et
    • 10 795 mots
    • 20 médias
    ...et chez eux seuls. Se développant chez l'embryon à partir de zones épidermiques situées de part et d'autre de la paroi abdominale, elles se groupent, sauf chez les Monotrèmes, en une ou plusieurs paires demamelles situées en position variable : inguinales, abdominales, pectorales, axillaires, etc.