CACCINI GIULIO, dit GIULIO ROMANO (1545 env.-1618)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chanteur, instrumentiste et compositeur, Giulio Caccini fut intimement lié au cercle du comte Bardi. Cette assemblée de poètes et de musiciens, par ses discussions esthétiques et particulièrement ses spéculations sur la musique de l'Antiquité grecque et ses rapports avec le théâtre et la poésie, exerça une action décisive sur le développement de la monodie accompagnée et de l'opéra. Avec Peri, membre du même cercle et son rival heureux, Caccini est directement à l'origine du recitar cantando. Dans une œuvre comme l'Euridice de Rinuccini, mise en musique par Peri, où Caccini inséra des fragments de sa composition, il est malaisé de déterminer l'apport de l'un ou de l'autre, autant que leur influence respective sur l'évolution de l'art lyrique. De 1602 à 1614, Caccini publia un certain nombre de recueils d'airs accompagnés, qui comptent parmi les plus importantes publications de son temps. Les caractères propres à sa musique lui viennent de sa qualité de chanteur virtuose. Ses airs sont plus ornés que ceux de Peri, dans un but expressif, mais aussi par goût de la richesse ornementale pure et de la virtuosité, désir de mettre en valeur la maîtrise technique du chanteur. Ses préoccupations théoriques et pédagogiques se manifestent d'ailleurs dès la préface de son premier recueil (Le Nuove Musiche, 1601) et dans son dernier (Nuove Musiche e nuova maniera di scriverle, 1614). Il donne à ses airs soit la structure de variations strophiques (forme dont il est l'initiateur, évidemment liée au souci de virtuosité), soit celle du madrigal ; il est enfin l'un des premiers à utiliser la basse continue chiffrée. La réputation du virtuose aida à la renommée du compositeur. Elle l'attira en France, où il séjourna en 1604 à la demande de Marie de Médicis. Son influence y fut ainsi plus marquée que celle de Peri, et son souvenir était encore vivant à Paris à la fin du xviie siècle, quand ses contemporains, voire ses successeurs, étaient oubliés. Remarquable pédagogue, Caccini avait fait de sa seconde femme, Lucia, et de ses deux filles d'excellentes chanteuses, avec lesquelles il se produisait souvent. Sa sœur Francesca, d'autre part, connue sous le nom de la Cecchina, était une virtuose du chant, s'accompagnant au luth, au clavecin, à la guitare : elle composa plusieurs opéras et un recueil d'airs accompagnés, et sa réputation ne fut pas moindre que celle de son frère.

Euridice, Giulio Caccini

Euridice, Giulio Caccini

photographie

Page de titre de l'édition originale d'Euridice de Giulio Caccini, publiée en 1600 chez Giorgio Marescotti, premier en date des imprimeurs de musique florentins. Cet opéra sur un livret d'Ottavio Rinuccini sera créé en 1602 au palais Pitti de Florence. 

Crédits : AKG

Afficher

—  Philippe BEAUSSANT

Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  CACCINI GIULIO, dit GIULIO ROMANO (1545 env.-1618)  » est également traité dans :

OPÉRA - Les techniques d'écriture

  • Écrit par 
  • Yves GÉRARD
  •  • 3 850 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] L'histoire a retenu comme période de naissance de l'opéra la fin du xvi e siècle, lorsqu'une conjonction heureuse a fait se rencontrer les traditions des spectacles établis avec les discussions nouvelles sur la déclamation de textes poétiques, rythmée et accentuée à l'imitation des Anciens. Que l'on étudie les intermèdes italiens, tels ceux de La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-les-techniques-d-ecriture/#i_22556

PERI JACOPO (1561-1633)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 251 mots
  •  • 1 média

Avec Caccini, Peri est le véritable initiateur du style rappresentativo , et donc de l'opéra. Comme Caccini, il est, dans les dernières années du xvi e  siècle, musicien de cour à Florence et membre de l'Académie du comte Bardi, où s'élabore le style récitatif. Après les intermèdes qu'il chante lui-même en s'accompagnant sur le chitarrone au mariag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacopo-peri/#i_22556

VOCALE DISTRIBUTION

  • Écrit par 
  • Sophie COMET, 
  • Denis MORRIER
  •  • 5 018 mots

Dans le chapitre « La virtuosité dissimulée »  : […] Aux tout débuts de l'opéra, il était de bon goût que le virtuose donne à ses exécutions une apparence de facilité et de désinvolture ( sprezzatura ), afin d'en accroître l'effet. Dans la Préface d' Euridice (1600) de Jacopo Peri, l'un des deux premiers opéras dont la musique ait été conservée, le compositeur et chanteur Giulio Caccini évoque cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distribution-vocale/#i_22556

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « CACCINI GIULIO, dit GIULIO ROMANO (1545 env.-1618) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giulio-caccini/