CACCINI FRANCESCA (1587-env. 1641)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La compositrice et chanteuse florentine Francesca Caccini, également appelée Francesca Signorini, Francesca Signorini-Malaspina ou Francesca Raffaelli, surnommée la Cecchina, fit partie de la poignée de femmes dans l’Europe du xviie siècle dont les compositions furent publiées. Elle produisit ses œuvres majeures alors qu’elle vivait à la cour des Médicis, à Florence.

Francesca Caccini naît le 18 septembre 1587. Sa sœur Settimia et elle sont introduites dans le monde musical florentin par leur père, Giulio Caccini, compositeur réputé d’opéras et de madrigaux. Elle chante probablement lors de la création, en 1600, d’Euridice, un opéra qui inclut des contributions de son père interprétées par ses élèves (la plus grande partie de la musique a été écrite par Jacopo Peri). La même année, elle chante vraisemblablement aussi dans Il rapimento di Cefalo (« L’enlèvement de Céphale »), composé par Giulio sur un livret de Gabriello Chiabrera. Après avoir échoué deux fois, en 1604 et 1606, à s’assurer un travail régulier comme compositrice et chanteuse en dehors de Florence, elle rejoint finalement son père au service des Médicis, en novembre 1607.

La musicienne, qui a appris à jouer de plusieurs instruments – luth, guitare, clavecin – en plus de l’art vocal, se voit confier différents rôles, mais ses fonctions principales sont de chanter et d’enseigner le chant à toutes sortes de membres de la cour. Comme beaucoup de recueils d’airs de cette période, son unique livre de madrigaux pour une et deux voix avec basse continue, Il primo libro delle musiche (1618), obéit peut-être à une double visée artistique et pédagogique, et offre un aperçu de ses méthodes d’enseignement. L’ouvrage contient une grande variété de genres musicaux, associés à des textes sacrés aussi bien que profanes, et inclut une notation détaillée pour l’ornementation vocale. À en juger d’après les essais introductifs des deux recueils d’airs écrits par Giulio Caccini, enseigner l’art de l’ornementation constitue alors l’une des principa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeure de musique, Rutgers university, New Brunswick, New Jersey (États-unis)

Classification

Autres références

«  CACCINI FRANCESCA (1587-env. 1641)  » est également traité dans :

CACCINI GIULIO, dit GIULIO ROMANO (1545 env.-1618)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 443 mots
  •  • 1 média

Chanteur, instrumentiste et compositeur, Giulio Caccini fut intimement lié au cercle du comte Bardi. Cette assemblée de poètes et de musiciens, par ses discussions esthétiques et particulièrement ses spéculations sur la musique de l'Antiquité grecque et ses rapports avec le théâtre et la poésie, exerça une action décisive sur le développement de la monodie accompagnée et de l'opéra. Avec Peri, mem […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rebecca CYPESS, « CACCINI FRANCESCA (1587-env. 1641) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francesca-caccini/