DE CHIRICO GIORGIO (1888-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Retour au classicisme

Dans les années 1920, les signes de cet effondrement se multiplient : double autoportrait (avec effigie de sa mère, 1921), copie au musée des Offices de la Sainte Famille de Michel-Ange, pastiches très faibles de Raphaël. C'est l'époque où les surréalistes, suivant l'exemple d'Apollinaire, découvrent l'extraordinaire importance du « premier De Chirico ». Le peintre a beau être accueilli par eux (1922-1925) lors de ses séjours à Paris, ses préoccupations ne sont plus du tout les leurs. Il s'occupe de recherches sur la « détrempe grasse et vernie » et décrie l'insuffisance technique de ses œuvres antérieures. En 1929, alors que la rupture entre De Chirico et les surréalistes est consommée, il publie un livre où ils retrouvent le dernier écho de son génie : Hebdoméros (1929), automythologie écrite en français, sorte de rêverie autobiographique des années 1910-1915, où l'automatisme joue certainement un rôle et où s'expriment candidement aussi bien les phobies infantiles du peintre que sa capacité originelle à ne retenir du monde que les aspects « antitemporels » et les indices d'une immortalité tout intérieure. Par la suite, De Chirico ne cessera de poursuivre de ses insultes ceux qui ont salué la peinture métaphysique comme un événement capital.

La chronologie de ses autopastiches (qui alternent avec le refus de reconnaître comme siennes des toiles authentiques) et de ses peintures qui cherchent à renouer avec la technique et les thèmes pseudo-classiques (Chevaux sur la plage, 1926) est on ne peut plus embrouillée. De Chirico fait par ailleurs figure de peintre sinon officiel, du moins bien en cour dans l'Italie mussolinienne (fresques au palais de la Triennale à Milan, 1933 ; exposition monumentale à Rome, 1934).

Après la guerre, il affirmera qu'un grand nombre de toiles lui ont été dérobées dans sa maison de Florence, alors qu'il séjournait à Rome, mais d'autres explications circulent sur la floraison de toiles signées ou non qu'on a vues, notamment à Paris vers 1948, et qui imitaient assez g [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  DE CHIRICO GIORGIO (1888-1978)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les peintres du XVIIe siècle émilien »  : […] Ce qui attirait les voyageurs des deux derniers siècles – les guides anciens en font foi – , c'était la peinture du xvii e  siècle. De grandes expositions, organisées à Bologne depuis 1954, ont sorti de l'ombre les Carrache, le Guide, Dominiquin, l'Albane, sous-estimés jusque-là au nom de l'antiacadémisme. Mais les amateurs du xviii e et du xix e  siècle en faisaient déjà leurs délices : « Tout […] Lire la suite

L'UNIVERS POÉTIQUE DE VILHELM HAMMERSHØI 1864-1916 (exposition)

  • Écrit par 
  • X.-Y. LANDER
  •  • 1 305 mots

L'œuvre du Danois Vilhelm Hammershøi a fait l'objet à Paris d'une rétrospective aussi remarquée que le fut peu le séjour de six mois que fit le peintre dans cette même ville, en 1891-1892. Son chef-d'œuvre de jeunesse, Portrait d'une jeune fille (1885), exposé chez Durand-Ruel, le grand marchand de peinture moderne, ne rencontra alors guère d'écho ; le peintre ne fit la connaissance d'aucun des m […] Lire la suite

PEINTURE MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 2 222 mots

La peinture métaphysique n'est attachée ni à un mouvement ni à une école : elle n'obéit pas à une doctrine. Elle est cependant liée à un groupe très restreint de peintres qui, entre 1910 et 1920, ont refusé d'axer leurs œuvres sur l'unique recherche formelle que proposaient les avant-gardes. Pas de mouvement donc, car la peinture métaphysique, définie comme telle par son fondateur, n'a jamais eu […] Lire la suite

SAVINIO ALBERTO (1891-1952)

  • Écrit par 
  • Christian CHALMÉ
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] C'est à Athènes, le 25 août 1891, que naquit Savinio. Grec d'adoption, son vrai nom était Andrea de Chirico. Son père était un ingénieur ferroviaire florentin ; d'où l'importance que prennent souvent les trains et les gares dans son œuvre. Son frère, le célèbre peintre, fut lui aussi fortement inspiré par l'activité de son père, puisqu'il est connu comme le peintre des gares. Et de la même manièr […] Lire la suite

SURRÉALISME - Surréalisme et art

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 4 884 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'art surréaliste est-il possible ? »  : […] Le point de départ de l'activité artistique au sein du surréalisme est double. Il y eut d'une part le contexte général de l'époque, d'autre part les préoccupations, voire les préférences personnelles, en général avouées comme telles, de Breton. Le contexte de l'époque est dominé par trois phénomènes : la « reconstitution » par le cubisme d'une vision du monde qui se croyait totalement libérée de l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard LEGRAND, « DE CHIRICO GIORGIO - (1888-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giorgio-de-chirico/