SCELSI GIACINTO (1905-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Giacinto Scelsi est mort à Rome le 9 août 1988, dans sa quatre-vingt-quatrième année. La veille, avant de perdre conscience, il avait signifié qu'il rompait le contact avec ici-bas ce jour, le 8.8.88 (quatre fois l'infini !), symbole qui paraissait important à un homme né aussi le 8 janvier (1905, à La Spezia).

Une musique unique et inclassable

Après la disparition de Giacinto Scelsi, une imposante collection de disques a fait son apparition, image d'une fulgurante destinée posthume, amorcée déjà par la gloire tardive qui était venue illuminer les dernières années de son existence, après une « traversée du désert » sans doute plus longue et plus solitaire que pour tout autre grand créateur musical du xxe siècle, rançon d'une originalité sans pareille et d'une totale indépendance de caractère. Mais la controverse a continué à faire rage, l'hostilité de certains compositeurs n'a pas désarmé, allant jusqu'à contester que Scelsi soit vraiment l'auteur de sa musique. Et il est vrai qu'il travaillait avec des copistes et des assistants, de sorte qu'il n'existe pas de partitions holographes de ses œuvres de maturité. Face à l'adhésion enthousiaste d'un Xenakis, d'un Ligeti, d'un Morton Feldman, l'hostilité de Boulez, par exemple, est demeurée irréductible. Conflit de générations, d'options esthétiques fondamentales. Cette attitude est somme toute normale, car il s'agit (et cela, même ses adversaires ne peuvent le nier) d'un novateur, d'un créateur totalement original remettant en question les fondements mêmes de la composition musicale. La querelle de ceux qui reprochent à Scelsi l'absence d'« écriture » (au sens traditionnel du conservatoire : harmonie, contrepoint...) est exactement, et jusque dans les termes utilisés, celle de Vincent d'Indy et de la Schola cantorum attaquant Debussy ! Il est certain qu'une remise en cause aussi radicale d'options sur lesquelles la musique occidentale a vé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCELSI GIACINTO (1905-1988)  » est également traité dans :

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 037 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Perception et musiques nouvelles »  : […] Il est possible de distinguer deux grandes tendances dans l'évolution de la musique depuis le début du xx e  siècle : celle qui accorde la primauté aux relations entre les sons – illustrée, par exemple, par les compositeurs sériels – et celle qui s'attache à l'élaboration du son lui-même, et qui consiste, selon Jean-Claude Risset, à « sculpter le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-contemporaine-l-evolution-de-la-musique-depuis-1945/#i_99528

RADULESCU HORATIU (1942-2008)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 951 mots

Il détestait être classé dans un quelconque courant. Mais le compositeur français d'origine roumaine Horatiu Radulescu a bel et bien contribué, à la suite de Gérard Grisey et de Tristan Murail, à établir les fondements de l'école dite spectrale. « La musique est la musique. Le reste est technique, secret de fabrication. On ne sait avec combien de dioxyde de carbone ou d'azote Dieu fabrique les nu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horatiu-radulescu/#i_99528

Pour citer l’article

Harry HALBREICH, « SCELSI GIACINTO - (1905-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacinto-scelsi/