GHAZNĪ, RHAZNĪ ou GHAZNA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située à 145 km au sud-ouest de Kābul (Afghānistān) et à 2 200 m d'altitude, Ghaznī (ou Ghazna, Rhaznī, Rhazna), aujourd'hui bourgade de 10 000 habitants, fut une capitale brillante et raffinée du xe au xiiie siècle. Peut-être existait-il en ces lieux, au temps des Grecs, une Alexandrie, capitale de l'Arachosie, et au ive siècle de l'ère chrétienne une nouvelle cité, Zābul ou Zābulistān. Des témoignages dignes de foi attestent que Ghaznī était au xe siècle une riche ville commerçante et un emporium de l'Inde.

Afghanistan : carte administrative

Afghanistan : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Afghanistan. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Elle n'entra vraiment dans l'histoire qu'après l'annexion d'une grande partie de l'Afghānistān actuel dans les possessions de la dynastie musulmane de Sāmān (875-999). Celle-ci, originaire de la région de Balkh, et de tradition iranienne, connut son apogée sous le règne de Naṣr II ibn Aḥmad (914-943). Mais, à cette époque, l'islamisation des Turcs allait placer face à face le monde iranien et le monde turc. C'est à Ghaznī que se produisit l'événement qui allait transformer la carte politique de l'Asie centrale.

La capitale des Ghaznévides

Alptigin, d'origine turque, d'abord commandant en chef de la garde des Sāmānides, avait obtenu le poste de gouverneur du Khurāsān sous le règne de ‘Abd al-Malik (954-961). Destitué de cette haute charge par le Sāmānide suivant, il se retira à Balkh. Mais, chassé de cette ville par l'armée sāmānide, il alla se réfugier à Ghaznī (962), où il fonda une principauté indépendante. Son fils lui succéda, puis trois de ses esclaves ; le dernier, Sebüktigin, sera en 976 le fondateur d'une dynastie qui allait durer deux siècles. Maḥmūd, le fils aîné de Sebüktigin, lui succéda en 998. Il sera l'une des plus éminentes figures de l'histoire musulmane.

Son règne dura trente-deux ans, au cours desquels il unifia tout le territoire afghan et étendit son empire dans toutes les directions, en Iran (Rayy et Iṣfahān), au Khwārizm et en Inde, où il ne fit pas moins de dix-sept raids, pouss [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : conservateur en chef du département des Arts asiatiques des Musées nationaux (musée Guimet), professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  GHAZNI, RHAZNI ou GHAZNA  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'art préislamique aux environs de Ghazni »  : […] Le grand monastère de Tapa-sardar (M. Taddei, 1968 ; M. Taddei et G. Verardi, 1978) est presque le seul représentant de l'art préislamique, dans les environs de Ghazni. Situé sur une colline au sud-est de la ville, c'est un très vaste établissement qui n'a pas encore été totalement fouillé. Il possède le plus haut stūpa d'Afghanistan, de nombreuses chapelles et de curieux stūpas votifs construits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_326

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ghaznevides/#i_326

MAḤMŪD DE GHAZNĪ (971-1030) souverain afghan (998-1030)

  • Écrit par 
  • Mohammad ALI, 
  • Universalis
  •  • 942 mots

Souverain afghan (998-1030), né en 971, mort le 30 avril ( ?) 1030 à Ghaznī. Mahmūd de Ghaznī, de son nom complet Yamin al-dawla Abū'l-Qāsim Mahmūd ibn Sebüktigin, est le fils de Sebüktigin, un esclave turc qui, en 977, devient le souverain de Ghaznī. Lorsque Mahmūd monte sur le trône en 998 à l'âge de vingt-sept ans, il a déjà fait preuve d'une habilité administrative et de qualités d'homme d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahmud-de-ghazni/#i_326

Voir aussi

Pour citer l’article

Jeannine AUBOYER, « GHAZNĪ, RHAZNĪ ou GHAZNA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ghazni-rhazni-ghazna/