GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


			Rite funéraire, Germains orientaux

Rite funéraire, Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Exemple d'habitat, Germains orientaux   

Exemple d'habitat, Germains orientaux   
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Culture de Przeworsk   , Germains orientaux

Culture de Przeworsk   , Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


L'expression « Germains orientaux » a été adoptée par les linguistes pour désigner les peuples germaniques de l'Antiquité dont la langue se différenciait, d'une part, de celle des Germains occidentaux de la Rhénanie, de l'Elbe et de la mer du Nord et, d'autre part, de celle des Germains septentrionaux de Scandinavie. Les reconstitutions linguistiques permettent de compter notamment au nombre des Germains orientaux les Goths, les Vandales, les Burgondes, les Gépides, les Hérules, les Ruges, les Bastarnes et les Skires. La séparation linguistique entre Germains se serait produite vers 400 avant J.-C. Néanmoins, on ne discerne réellement de cultures archéologiques propres aux Germains orientaux qu'à partir de l'époque romaine.

L'époque romaine (Ier-IVe s.)

Pline et Tacite ont décrit la Germania, vaste territoire compris entre la Rhénanie à l'ouest et le bassin de la Vistule et les Carpates à l'est. Ils distinguaient trois principaux groupes de Germains : en Rhénanie, ceux qu'ils appellent « les fils du dieu Mannus », dans la région de l'Elbe, les Suèves et, enfin, à l'est, les Vandilii. Selon l'archéologue allemand Rolf Hachmann, ces trois groupes de tribus constituaient des lignes cultuelles chacune dotée d'un panthéon particulier et correspondant à trois zones de pratiques funéraires différentes. R. Hachmann localise les Vandilii dans la région de l'Oder-Vistule, et il y a tout lieu de penser qu'ils coïncident avec les Germains orientaux connus des linguistes. L'analyse des textes montre que le groupe des Vandilii comprenait plusieurs peuples, en particulier les Goths et les Burgondes. Or les recherches archéologiques attestent effectivement, dans la région de l'Oder-Vistule en Pologne, la présence à l'époque romaine de plusieurs cultures archéologiques très proches : celles de Przew [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art  » est également traité dans :

VANDALES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 4 159 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les témoignages archéologiques »  : […] Les témoins archéologiques concernant les Vandales apparaissent des plus ténus jusqu'à leur établissement dans la partie orientale du Maghreb, ce qui ne saurait étonner. Les peuples en mouvement laissent en effet peu de traces dans le sol du fait de la brièveté relative de leurs étapes. C'est ainsi qu'il est pratiquement utopique d'espérer jalonner par des trouvailles archéologiques les itinérair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vandales/#i_94908

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel KAZANSKI, « GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germains-orientaux-archeologie-et-art/