er-IVe s.)"/ >

GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations

Territoire des Germains orientaux aux époques romaine et des Grandes Migrations
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


			Rite funéraire, Germains orientaux

Rite funéraire, Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Exemple d'habitat, Germains orientaux   

Exemple d'habitat, Germains orientaux   
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


			Culture de Przeworsk   , Germains orientaux

Culture de Przeworsk   , Germains orientaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


L'époque des grandes migrations et le haut Moyen Âge (dernier tiers du IVe s.-VIIe s.)

En 375, l'invasion des steppes d'Europe orientale par les Huns, venus de la région de la Volga, provoque un déséquilibre des forces politiques du monde barbare. Elle déclenche les premières migrations qui vont profondément changer la carte politique et ethnique de l'Europe. Les Germains orientaux prennent une part active à la première phase des grandes migrations (entre 375 et 454), de telle sorte que, dans les années soixante du ve siècle, ils sont dispersés sur un vaste territoire allant du Caucase septentrional, à l'est, jusqu'à l'Espagne et l'Afrique du Nord, à l'ouest.

Malgré le passage des Huns, les cultures archéologiques de la période antérieure subsistent encore en Europe orientale à la fin du ive siècle et dans la première moitié du ve siècle. Ainsi, les sites des phases finales des cultures de Wielbark, Przeworsk, Debczyno, Luboszyce et Černjahov, datés de la première moitié du ve siècle, bien que moins nombreux, n'attestent pas de changement radical par rapport à l'époque romaine. D'autre part, des objets isolés issus de ces cultures (des fibules et des peignes en os par exemple) apparaissent simultanément dans la région de la mer d'Azov, en Crimée, dans la péninsule balkanique, sur le Danube moyen, sur le territoire de l'Allemagne actuelle, en Gaule et, dans une moindre mesure, en Espagne et en Italie. Ces objets, découverts sur des sites occupés par la population locale, témoignent certainement des contacts qu'elle entretenait avec les Germains orientaux et, dans certains cas, ils indiquent les trajets que ceux-ci ont suivi dans leurs migrations. Enfin, à cette époque apparaît une nouvelle mode adoptée par l'aristocratie des Germains orientaux. Elle prend naissance dans la région danubienne où se trouve, au ve siècle, le centre de l'empire d'Attila et elle doit sa propagation rapide, en particulier chez les Germains [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art  » est également traité dans :

VANDALES

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 4 159 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les témoignages archéologiques »  : […] Les témoins archéologiques concernant les Vandales apparaissent des plus ténus jusqu'à leur établissement dans la partie orientale du Maghreb, ce qui ne saurait étonner. Les peuples en mouvement laissent en effet peu de traces dans le sol du fait de la brièveté relative de leurs étapes. C'est ainsi qu'il est pratiquement utopique d'espérer jalonner par des trouvailles archéologiques les itinérair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vandales/#i_94908

Voir aussi

HISTOIRE DU COSTUME    CRIMÉE    GÉPIDES    GOTHS ou GOTS    MOBILIER FUNÉRAIRE    NÉCROPOLE    ART OSTROGOTHIQUE    PLAQUE DE CEINTURE    RITES FUNÉRAIRES    TOMBE

Pour citer l’article

Michel KAZANSKI, « GERMAINS ORIENTAUX, archéologie et art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/germains-orientaux-archeologie-et-art/