RICHTER GERHARD (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le détour par le photographique

Le recours à des modèles photographiques de seconde main, systématisé à partir de 1962, libérerait l'artiste, aux dires d'une fameuse déclaration de 1972, d'« implications personnelles ». La photographie échapperait, selon lui et à tort, à des critères conventionnels et esthétiques et traduirait dès lors le fantasme d'une image « pure », vierge de toute connotation. Il va sans dire que ce postulat de base d'une image photographique « objective » ne résiste pas à un examen plus attentif de ses rouages sémantiques, sociologiques et esthétiques. Il n'empêche que cet axiome marquera à terme le succès de l'entreprise richtérienne et de sa fortune critique. Ce rapport entre photographie et peinture débouche en tous cas rapidement chez Richter sur une solution intermédiaire, visant non pas à rapprocher la photographie de la peinture, ainsi que l'entendaient les pictorialistes, mais au contraire à soumettre le pictural au photographique. Le noir et blanc et surtout le « flou » auxquels Richter a recours soulignent, dans cette perspective, des effets propres à la photographie. Effets réappropriés et renégociés par le biais d'une technique picturale « neutralisée » et conditionnée par le médium exogène qui lui sert d'inspiration. Richter ambitionne dès lors de rendre la peinture encore plus « photographique » que ne le sont les signes tombant sous cette appellation. Cette stratégie répond toutefois à l'« objectif » paradoxal d'exacerber une qualité picturale. Qualité dont l'artiste chercherait à dévoiler un « degré zéro » iconique similaire à celui, prévalant selon lui, dans la photographie.

Afin d'intensifier ce degré zéro, le répertoire iconographique de l'artiste, regroupé sous la forme d'un Atlas – il s'agit de l'impressionnante banque de données d'images accumulées par Richter –, va s'étoffer au fur et à mesure de sa trajectoire. De 1962 à 1965, le peintre va s'attaquer à un nombre incalculable de thèmes dont la diversité est censée accentuer le caractère insignifiant de son œuvre. Chaque motif subit le même traitement distancié, aboutit à une même composition floue, souvent en noir et blanc, qu'il s'agisse de Jackie Kennedy (Frau mit Schirm, 1964), d'un rouleau de papier toilette (Klorolle, 1965), de Brigitte Bardot (Mutter und Tochter, 1965, Ludwig Galerie, Schloss Oberhausen, Oberhausen), d'une chaise de cuisine (Küchenstuhl, 1965, Städtische Kunsthalle, Recklinghausen) ou d'une vache (Kuh, 1964, Kunstmuseum, Bonn). Cette conception « démocratique » qui tend à tout mettre sur un même plan, peut évidemment être rapprochée de l'esthétique minimaliste qui va gagner du terrain aux États-Unis et en Europe. Rapprochement d'autant plus judicieux que les minimalistes aussi bien que Richter cherchent à développer un langage froid, anonyme et mécanique circonscrivant les spécificités de leurs médiums respectifs. Certains tableaux réalisés à cette période, quoi qu'en dise l'artiste, viennent toutefois contrecarrer cette esthétique distanciée et « neutralisée ». Autour de 1964-1966, et comme il le fera par la suite, Richter puise en effet régulièrement dans son propre album de famille, exhume souvenirs et cicatrices, à l'instar des portraits de sa tante Marianne « euthanasiée » par les nazis (Tante Marianne, 1965), de son oncle Rudi enrôlé dans la Wehrmacht (Onkel Rudi, 1965, Musée tchèque des beaux-arts, Prague) et ne manque pas en 1966 de réaliser un tableau de sa femme enceinte (Ema, Museum Ludwig, Cologne) d'après une première photographie prise par lui-même, transgressant ainsi la règle selon laquelle les images doivent être extraites d'un répertoire de seconde main. Le tableau, l'un des plus emblématiques mais aussi contradictoires de Richter, fut proposé en 1967 par le marchand René Block à la Nationalgalerie de Berlin. Son directeur, Werner Haftmann, rétorqua qu'il ne « collectionne pas des photos mais de la peinture »...

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification

Autres références

«  RICHTER GERHARD (1932- )  » est également traité dans :

ART ET TERRORISME SELON GERHARD RICHTER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 457 mots

2 avril 1968 Andreas Baader et Gudrun Ensslin, activistes allemands d'extrême gauche, font exploser le grand magasin Kaufhaus Schneider à Francfort.Avril 1970 Arrestation et emprisonnement d'Andreas Baader.2 juin 1970 Un tract, plus tard attribué à Ulrike Meinhof, alors journal […] Lire la suite

GERHARD RICHTER, PANORAMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Après la Tate Modern de Londres et la Nationalgalerie de Berlin, c'est au tour du Centre Georges-Pompidou à Paris (du 6 juin au 24 septembre 2012) de fêter les quatre-vingts ans de Gerhard Richter. Considéré comme le plus important peintre contemporain en activité, toutes générations confondues, l'artiste n'avait pas fait l'objet d'une grande rétrosp […] Lire la suite

MORT 1 (G.Richter)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 270 mots
  •  • 1 média

Quelque dix années après le « suicide collectif » dans leur cellule le 18 octobre 1977, de quatre des membres du groupe terroriste Rote Armee Fraktion (Fraction Armée rouge), Gerhard Richter, peintre allemand né en 1932, réalisa puis exposa pour la première fois un cycle de quinze peintures, 18 octobre 1977 (Museum of Modern Art, […] Lire la suite

HYPERRÉALISME

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 3 196 mots

Dans le chapitre « Procédures et procédés »  : […] La proposition est paradoxale : il s'agit à la fois pour les hyperréalistes d'imiter à la perfection et de produire une infime trace d'originalité, de se poser en virtuose et d'opérer des gestes de fabrication laborieux et fatigants – « On ne peut pas tricher, affirme Hucleux, on est obligé [d'y passer] trois mois, à raison de quinze heures par jour » –, tout cela pour la simple beauté du geste d […] Lire la suite

POLKE SIGMAR (1941-2010)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 2 358 mots

Né en 1941 à Oels en Silésie, Sigmar Polke se réfugie avec sa famille en Thuringe, lors de l'expulsion des communautés allemandes qui suit la fin de la Seconde Guerre mondiale, puis passe à l'Ouest en 1953. De 1959 à 1960, il est apprenti chez un maître verrier de Düsseldorf et intègre en 1961 la Kunstakademie de cette même ville, où il côtoie dès 1962 le peintre Gerhard Richter (né en 1932) et […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Erik VERHAGEN, « RICHTER GERHARD (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerhard-richter/