LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une chronologie incertaine

Sur moins de cinquante œuvres originales de La Tour parvenues jusqu'à nous, deux seulement, des nocturnes, hélas fort rapprochés dans le temps, portent une date encore lisible : Les Larmes de saint Pierre (1645, Museum of Art, Cleveland) et Le Reniement de saint Pierre, 1650, musée des Beaux-Arts, Nantes). À ces points de repère s'ajoutent cependant quelques éléments plus hypothétiques : l'identification du Saint Sébastien peint pour Louis XIII avec une composition en largeur dont l'original est perdu mais dont les copies sont nombreuses (preuve de sa renommée), l'identification possible également de quatre des six tableaux peints pour le marquis de La Ferté avec L'Adoration des bergers du Louvre (1644 ?), un Saint Alexis probablement analogue à celui du Musée historique lorrain de Nancy (1648 ?), le grand Saint Sébastien en hauteur de Bois-Anzeray conservé au Louvre (1649 ?) et Le Reniement de saint Pierre déjà cité. C'est assez pour se faire une idée précise de l'art de La Tour à la fin de sa vie, trop peu pour reconstruire la chronologie de toute une production. La critique s'est donc attachée à déceler dans les œuvres elles-mêmes les jalons d'une évolution stylistique plausible. En fait, les principaux spécialistes de La Tour tombent à peu près d'accord pour situer dans la première partie de la carrière de l'artiste, soit avant l'incendie de Lunéville et le voyage à Paris, les œuvres diurnes, et dans la seconde les nocturnes, avec, naturellement, la possibilité d'une phase intermédiaire où les deux inspirations auraient coexisté. Si, à l'intérieur de ces deux groupes, la répartition des œuvres peut varier d'un auteur à l'autre, le schéma d'évolution qui se dégage des différentes chronologies proposées est toujours le même. Des Mangeurs de pois de Berlin aux deux versions du Tricheur (Kimbell Art Museum, Fort Worth, et Louvre), et de la Madeleine Fabius (National Gallery of Arts, Washington) au Saint Sébastien de Bois-Anzeray, La Tour serait ainsi passé d'un art brillamment descriptif, non dénué d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)  » est également traité dans :

GEORGES DE LA TOUR (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 160 mots

En 1972, une mémorable exposition tenue à l'Orangerie des Tuileries a fait connaître à un large public l'envergure de Georges de La Tour (1593-1652), redécouvert depuis à peine une soixantaine d'années. Les relations du peintre avec le milieu artistique lorrain, si actif à son époque, ont été abordées en 1992, lors des manifestations célébrant le […] Lire la suite

ORANGERIE, 1934 : LES PEINTRES DE LA RÉALITÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 1 422 mots

Des expositions sur les « peintres de la réalité », il y en eut plusieurs : celle organisée à Paris par le musée de l'Orangerie et la Réunion des musées nationaux du 22 novembre 2006 au 5 mars 2007, destinée à établir un lien symbolique entre le passé et l'avenir de la maison des Nymphéas , avait une ambition toute particulière. Comme l'indique son titre, il s'agissait d'une exposition prenant pou […] Lire la suite

TÉNÉBRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 816 mots
  •  • 2 médias

Historiquement, le ténébrisme s'affirme autour des peintres du xvii e  siècle qui ont suivi la leçon de Caravage dans l'utilisation de l'ombre comme moyen d'expression plastique, peintres appelés pour cela tenebrosi . Il faut donc remonter à Caravage, à son sens de la lumière et de l'ombre qui apparaît dans son œuvre surtout autour de 1600, par exemple dans Le Repas à Emmaüs (pinacothèque de la B […] Lire la suite

Les derniers événements

14 février 2016 République centrafricaine. Élection de Faustin-Archange Touadéra à la présidence.

tour de l’élection présidentielle avec 62,7 p. 100 des suffrages, contre 37,3 p. 100 pour Anicet-Georges Dologuélé, qui reconnaît sa défaite. Le taux de participation est de 59 p. 100.  […] Lire la suite

25-27 janvier 2016 République centrafricaine. Report du second tour de l’élection présidentielle.

tour de l’élection présidentielle initialement prévu le 31. Au premier tour, le 30 décembre, les anciens Premiers ministres Anicet-Georges Dologuélé et Faustin-Archange Touadéra étaient arrivés en tête avec respectivement 23,7 et 19,1 p. 100 des suffrages.  […] Lire la suite

17-24 février 2013 Chypre. Élection de Nicos Anastasiades à la présidence

tour de l'élection présidentielle, avec 45,5 p. 100 des suffrages contre 26,9 p. 100 pour son principal adversaire, le candidat du Parti communiste au pouvoir, Stavros Malas, ministre de la Santé sortant. Le candidat du Parti socialiste Georges Lillikas enregistre un score inattendu, avec 24,9 p. 100 des voix. La campagne électorale a porté sur la  […] Lire la suite

12-21 mars 2010 France. Victoire de la gauche aux élections régionales

Georges Frêche l'emporte en Languedoc-Roussillon.  […] Lire la suite

2 février 2003 France. Défaite de Robert Hue lors d'une législative partielle

tour de l'élection législative partielle dans la 5e circonscription du Val-d'Oise. Georges Mothron, député U.M.P. sortant et maire d'Argenteuil, obtient 51,8 p. 100 des suffrages. Le scrutin de juin 2002 avait été invalidé.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FOHR, « LA TOUR GEORGES DE - (1593-1652) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-la-tour/