LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre maniérisme et caravagisme

L'absence de documents sur les années de formation de Georges de La Tour (entre 1605 et 1615) réduit aux hypothèses l'étude des sources de son art. Les œuvres diurnes que l'on s'accorde à situer dans la première partie de la carrière de l'artiste – tels les Apôtres (six originaux conservés dont deux à Albi, musée Toulouse-Lautrec), les Mangeurs de pois (Gemäldegalerie, Berlin), La Rixe du musée Paul Getty (Malibu, Californie) ou, un peu plus tard, La Diseuse de bonne aventure du Metropolitan Museum, New York – sont généralement rattachées à la mouvance caravagesque pour leur réalisme et certaines mises en page, mais elles n’en doivent pas moins au maniérisme le brio de la facture, la préciosité des tons, les raffinements d'écriture et une certaine verve descriptive. La présence à Nancy, jusqu’à sa mort en 1616, du peintre Jacques Bellange, adepte d'un maniérisme exacerbé à la poésie ambiguë et souvent déroutante, a amené certains critiques à suggérer que La Tour avait pu recevoir des leçons de ce grand artiste qui semble avoir œuvré toute sa vie pour la cour de Lorraine. Que La Tour ait croisé Bellange en Lorraine, cela est très probable : pour autant, entre les premières œuvres connues du peintre de Lunéville et l’art de Bellange, les affinités souvent relevées (visages en forme d’œuf d’autruche, thème de la rixe de musiciens, figures de gueux, luminisme…) sont trop ponctuelles pour appuyer l’hypothèse d’une filiation entre les deux artistes.

La Rixe des musiciens, G. de La Tour

Photographie : La Rixe des musiciens, G. de La Tour

Photographie

Georges de La TOUR, La Rixe des musiciens, huile sur toile, 94 cm X 141 cm. Musée J. Paul Getty, Malibu, États-Unis. 

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

Comme peintre de « nuits », c'est-à-dire de nocturnes éclairés par une source lumineuse artificielle visible dans le tableau, La Tour s'inscrit dans un courant fort ancien de la peinture occidentale, auquel le caravagisme apporta toute la force de conviction de son langage réaliste. Au-delà du luminisme, c'est peut-être dans l’œuvre de Caravage lui-même que le Lorrain puisa cette faculté de donner aux êtres et aux choses les plus humbles une dimension spirituelle, et, inversement, de trouver dans la réalité la p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LA TOUR GEORGES DE (1593-1652)  » est également traité dans :

GEORGES DE LA TOUR (exposition)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 160 mots

En 1972, une mémorable exposition tenue à l'Orangerie des Tuileries a fait connaître à un large public l'envergure de Georges de La Tour (1593-1652), redécouvert depuis à peine une soixantaine d'années. Les relations du peintre avec le milieu artistique lorrain, si actif à son époque, ont été abordées en 1992, lors des manifestations célébrant le […] Lire la suite

ORANGERIE, 1934 : LES PEINTRES DE LA RÉALITÉ (exposition)

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 1 422 mots

Des expositions sur les « peintres de la réalité », il y en eut plusieurs : celle organisée à Paris par le musée de l'Orangerie et la Réunion des musées nationaux du 22 novembre 2006 au 5 mars 2007, destinée à établir un lien symbolique entre le passé et l'avenir de la maison des Nymphéas , avait une ambition toute particulière. Comme l'indique son titre, il s'agissait d'une exposition prenant pou […] Lire la suite

TÉNÉBRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 816 mots
  •  • 2 médias

Historiquement, le ténébrisme s'affirme autour des peintres du xvii e  siècle qui ont suivi la leçon de Caravage dans l'utilisation de l'ombre comme moyen d'expression plastique, peintres appelés pour cela tenebrosi . Il faut donc remonter à Caravage, à son sens de la lumière et de l'ombre qui apparaît dans son œuvre surtout autour de 1600, par exemple dans Le Repas à Emmaüs (pinacothèque de la B […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

République centrafricaine. Élection de Faustin-Archange Touadéra à la présidence. 14 février 2016

Faustin-Archange Touadéra, Premier ministre sous la présidence de François Bozizé, remporte le second tour de l’élection présidentielle avec 62,7 p. 100 des suffrages, contre 37,3 p. 100 pour Anicet-Georges Dologuélé, qui reconnaît sa défaite. Le taux de participation est de 59 p. 100. […] Lire la suite

République centrafricaine. Report du second tour de l’élection présidentielle. 25-27 janvier 2016

Le 25, la Cour constitutionnelle annonce l’annulation, en raison de « nombreuses irrégularités », des élections législatives organisées le 30 décembre 2015. Le 27, la Cour annonce le report du second tour de l’élection présidentielle initialement prévu le 31. Au premier tour, le 30 décembre […] Lire la suite

Chypre. Élection de Nicos Anastasiades à la présidence. 17-24 février 2013

Le 17, le candidat du Rassemblement démocrate (conservateur), l'avocat d'affaires Nicos Anastasiades, soutenu par le Parti démocratique (centriste), arrive largement en tête au premier tour de l'élection présidentielle, avec 45,5 p. 100 des suffrages contre 26,9 p. 100 pour son principal […] Lire la suite

France. Victoire de la gauche aux élections régionales. 12-21 mars 2010

». Il rappelle, par ailleurs, le caractère « régional » du scrutin à venir et exclut un changement de Premier ministre ou de politique à l'issue de celui-ci. Le 14, les résultats du premier tour des élections régionales sont marqués par un fort taux d'abstention – 53,6 p. 100, un chiffre sans précédent […] Lire la suite

France. Défaite de Robert Hue lors d'une législative partielle. 2 février 2003

Le 2, le président du Parti communiste français, Robert Hue, est battu au second tour de l'élection législative partielle dans la 5e circonscription du Val-d'Oise. Georges Mothron, député U.M.P. sortant et maire d'Argenteuil, obtient 51,8 p. 100 des suffrages. Le scrutin de juin 2002 avait été invalidé. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FOHR, « LA TOUR GEORGES DE - (1593-1652) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-de-la-tour/