TÉNÉBRISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Ronde de nuit (La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq), Rembrandt

La Ronde de nuit (La Compagnie du capitaine Frans Banning Cocq), Rembrandt
Crédits : De Agostini

photographie

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez

Vieille Femme faisant frire des œufs, D. Velázquez
Crédits : Bridgeman Images

photographie


Historiquement, le ténébrisme s'affirme autour des peintres du xviie siècle qui ont suivi la leçon de Caravage dans l'utilisation de l'ombre comme moyen d'expression plastique, peintres appelés pour cela tenebrosi. Il faut donc remonter à Caravage, à son sens de la lumière et de l'ombre qui apparaît dans son œuvre surtout autour de 1600, par exemple dans Le Repas à Emmaüs (pinacothèque de la Brera, Milan). Pour la première fois, il s'agit non pas d'un simple jeu de lumière réduisant les formes à des volumes schématisés comme dans la peinture maniériste, mais d'une nouvelle sensibilité par laquelle la lumière devient le moyen d'existence des formes. C'est « une lumière unie, qui arrive de côté sans reflet, comme dans une chambre aux murs noirs, éclairée par une fenêtre ; les ombres très sombres et les lumières très claires donnent du relief à la peinture » (Mancini, Considerazioni sulla pittura, 1619-1621). La solution de Caravage est révolutionnaire, car elle permet de renforcer la forme par un éclat vif et d'accentuer ainsi le volume, ou de la noyer dans l'ombre et même de la détruire. Cette attaque portée aux canons de la forme fera scandale, puisqu'elle ose faire éclater les règles de l'anatomie classique, parfois déformée, mais jamais encore disloquée. Le ténébrisme produit ainsi une sorte de choc physique. Il ne s'agit pas du clair-obscur vibrant de Tintoret, mais d'une vision différente de la réalité qui acquiert ainsi une nouvelle consistance matérielle. Aussi n'est-il pas étonnant que l'on s'éloigne des recherches des coloristes pour s'occuper davantage des couleurs virtuelles de l'imaginaire. Aux noms de Caravage et de ténébrisme est attaché le regard porté sur la réalité ; cet art est parfois qualifié de vulgaire car il emprunte ses sujets à la vie quotidienne. La beauté ne correspond plus aux formes idéales de l'humanisme, de même que les ténèbres appellent une spiritualité nouvelle qui s'affirme au moment de la Contre-Réforme. C'est un des chemins empruntés par les tenebrosi et par d'autres peintres contemporain [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification


Autres références

«  TÉNÉBRISME  » est également traité dans :

LEYSTER JUDITH (1609-1660)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 385 mots

Peintre néerlandaise, Judith Leyster fut l'une des rares artistes féminines de son temps à sortir de l'ombre. Parmi ses œuvres les plus connues figurent des portraits, des peintures de genre et des natures mortes. Fille d'un brasseur, baptisée le 28 juillet 1609 à Haarlem, non loin d'Amsterdam, Judith Leyster commence à peindre à un très jeune âge et, à vingt-quatre ans, devient membre de la guil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judith-leyster/#i_43128

NAVARRETE JUAN FERNÁNDEZ DE (1526-1579)

  • Écrit par 
  • Claudie RESSORT
  •  • 319 mots
  •  • 1 média

Peintre espagnol. Sourd-muet depuis l'âge de trois ans ( El Mudo ) et d'une santé très précaire, Juan Fernández de Navarrete ne put réaliser pleinement ses dons de décorateur et de coloriste. Son talent est reconnu très tôt par les hiéronymites du monastère de La Estrella (Navarre) qui l'accueillent et qui l'aident à entreprendre un voyage en Italie. Il visite Rome, Florence, Naples et Venise surt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-fernandez-de-navarrete/#i_43128

NOCTURNE, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 854 mots
  •  • 2 médias

En peinture, certains thèmes religieux (Songe de Joseph, Nativité, Adoration des bergers, Jésus au jardin des Oliviers, Reniement de saint Pierre, etc.) ou mythologiques (Diane et Endymion, Amour découvrant Psyché endormie...) impliquent la suggestion de l'obscurité nocturne. C'est dans cette direction qu'il convient donc de rechercher les premières manifestations d'un traitement pictural de la nu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nocturne-peinture/#i_43128

RIBALTA FRANCISCO (1564-1628)

  • Écrit par 
  • Antonio BONET-CORREA
  •  • 388 mots

Originaire de Catalogne, Ribalta inaugure, pour ainsi dire, la peinture espagnole du xvii e  siècle. Après avoir vécu à Barcelone, Ribalta travaille à Madrid vers 1581 et s'installe définitivement en 1599 à Valence, ville où son meilleur client, en dehors des couvents, fut Juan de Ribera, prélat de la Contre-Réforme et fondateur du collège du Patriarche ou collège du Corpus Christi. Son fils Juan, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-ribalta/#i_43128

RIBERA JOSÉ DE (1591-1652)

  • Écrit par 
  • Antonio BONET-CORREA
  •  • 1 616 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La carrière napolitaine d'un peintre espagnol »  : […] Le peintre Jusepe de Ribera, surnommé le Spagnoletto à cause de sa petite taille, est né en Espagne à Játiva (aujourd'hui San Felipe), au sud de Valence. Ses débuts demeurent obscurs, et l'on ignore s'il fut vraiment à Valence le disciple de Ribalta, l'un des peintres qui favorisèrent l'introduction du « ténébrisme » en Espagne. Ribera va très jeune en Italie et, après un séjour à Rome, il s'inst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-de-ribera/#i_43128

RIZI fray JUAN (1600-1681)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 265 mots

Artiste qui occupe une place à part dans la peinture espagnole parce qu'il s'agit d'un moine bénédictin de grande culture, Rizi se consacra surtout à la décoration de monastères de son ordre. Son père, Antonio Ricci, était un Italien venu travailler avec Federico Zuccaro, en 1585, au chantier de l'Escorial. Rizi entra au monastère de Montserrat en 1627, mais il en fut expulsé en 1640 lors de la ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rizi-fray-juan/#i_43128

SÁNCHEZ COTÁN fray JUAN (1560-1627)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 482 mots
  •  • 1 média

Né à Orgaz, une bourgade des monts de Tolède, Sánchez Cotán étudia la peinture avec le Tolédan Blas del Prado. Cet artiste, de tradition maniériste, était surtout apprécié comme peintre de fleurs. En 1603, la quarantaine passée, Sánchez Cotán entre chez les chartreux. Apparemment, cette vocation n'est pas la conséquence d'une crise intérieure, mais l'épanouissement d'une piété profonde. Elle n'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sanchez-cotan-fray-juan/#i_43128

ZURBARÁN FRANCISCO DE (1598-1664)

  • Écrit par 
  • Antonio BONET-CORREA
  •  • 2 359 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les composantes d'un art »  : […] Le rôle joué par le ténébrisme dans la formation de Zurbarán est un problème qui a toujours intéressé les critiques et les historiens d'art. Pour les uns, le peintre d'Estrémadure reste, dans les premières années de son activité, en dehors des problèmes du clair-obscur. Pour d'autres, il aborde les problèmes d'éclairage, spécialement dans ses natures mortes, avec des conceptions qui viennent du t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francisco-de-zurbaran/#i_43128

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « TÉNÉBRISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tenebrisme/