GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste de paléontologie des invertébrés et théoricien de l'évolution du vivant, Stephen Jay Gould fut l'une des figures scientifiques les plus brillantes et les plus populaires de la seconde moitié du xxe siècle aux États-Unis. De 1974 à sa mort en 2002, il enseigne à Harvard la géologie, la paléontologie et l'histoire des sciences. Un quart de siècle durant, ses positions théoriques et ses analyses incisives, souvent provocatrices, ont dynamisé tout un champ de recherche et de réflexion. Il a également été un remarquable vulgarisateur, auteur de nombreux ouvrages qui ont ouvert au grand public l'accès d'une réflexion exigeante sur les grands thèmes de la biologie évolutive contemporaine.

Du néodarwinisme à la théorie des équilibres ponctués

Né à Brooklyn en 1941, Gould fut l'élève du grand paléontologue américain George Gaylord Simpson, un des pionniers du néodarwinisme qui avait introduit les concepts de la nouvelle synthèse en paléontologie et mené une réflexion approfondie sur « le rythme et les modalités » de la macro-évolution (Tempo and Modes of Evolution, New York, 1944), et sous la direction duquel il soutint en 1967, à l'université Columbia (New York), une thèse sur l'évolution des escargots des Bermudes.

L'aspect novateur de l'apport de Gould consiste d'abord en ce qu'il propose de réintroduire la notion de forme et d'organisme dans la pensée évolutionniste, engageant ainsi un renouveau de la réflexion sur la macro-évolution à un moment – la fin des années 1960 – où les tenants de la théorie synthétique de l'évolution se concentraient surtout sur l'élucidation des mécanismes évolutifs au niveau « microscopique », plus particulièrement au niveau du gène. Gould rédige en 1972, en collaboration avec Niles Eldredge, un article qui fait date et qui pose les bases de la théorie des « équilibres ponctués ». Ce texte ne propose rien moins qu'une révision des concepts du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeure d'université, directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  GOULD STEPHEN JAY (1941-2002)  » est également traité dans :

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Signification de la « révolution darwinienne » »  : […] Une fois définies ces cinq thèses, qu'est-ce qu'être darwinien ? Le gradualisme de Darwin a souvent été contesté. Ainsi, Stephen Jay Gould (1941-2002), quoique antigradualiste, ne s'en déclare pas moins profondément darwinien. Peut-on s'accorder autour du couple variation et sélection ? Ou bien le darwinisme est-il non une théorie particulière (réf […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_99633

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Vers une vision hiérarchique généralisée  »  : […] On ne peut que souligner, à ce point, l'importance de l'influence intellectuelle exercée par Stephen Jay Gould (1946-2002), penseur puissant et original, bien que fort contesté. « Enfant terrible » de la synthèse, il a bien exprimé dans son œuvre à la fois son attachement à la théorie synthétique et sa volonté de la renouveler en la transcendant. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_99633

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 672 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La contribution des données paléontologiques »  : […] Les fossiles susceptibles d'apporter des informations sur les relations entre les embranchements actuels et sur l’origine des plans d'organisation sont essentiellement ceux qui sont compris entre 600 et 500 millions d'années (Ma), ce qui correspond à la fin du Protérozoïque et au Cambrien. Leur exploitation est toutefois rendue délicate du fait de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_99633

Voir aussi

Pour citer l’article

Claudine COHEN, « GOULD STEPHEN JAY - (1941-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-jay-gould/