PABST GEORG WILHELM (1885-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Louise Brooks

Louise Brooks
Crédits : Hulton Getty

photographie

Don Quichotte, G. W. Pabst

Don Quichotte, G. W. Pabst
Crédits : Hulton Getty

photographie


L'Autriche de François-Joseph a offert au cinéma un triple cadeau « impérial » : Eric von Stroheim, Georg Wilhelm Pabst et Josef von Sternberg.

Nés à une époque où l'empire des Habsbourg est encore somptueux, tous trois ont, au point culminant de leur carrière, contesté par l'image le type de société qui les a vus naître. Les trois personnalités diffèrent, mais leur protestation commune apparaît, dans leurs œuvres, comme autant de cris douloureux échappés à une adolescence lucide.

Des trois, Pabst est peut-être le plus sensible, le plus humain, le plus instable aussi, mû par un idéalisme social et fraternel, puis déçu, pour terminer sa vie et son œuvre en porte à faux dans un monde qui bouge.

Contestation

Né à Raudnitz en Bohême, Pabst était fils d'employé et aurait dû devenir ingénieur. Mais la passion du théâtre en décida autrement. De 1905 à 1914, il joua et mit en scène en Suisse, en Autriche, en Allemagne et aux États-Unis. Interné en France pendant toute la guerre, il y organisa un théâtre. Revenu à Vienne en 1920, il prend la direction de la Neue Wiener Bühne. Un des pionniers du cinéma allemand, Carl Froelich, l'entraîne alors derrière la caméra... Le metteur en scène demeure, il change seulement de moyen.

Seize ans de théâtre, en plein essor de l'expressionnisme pictural puis théâtral et cinématographique, ne peuvent pas ne pas laisser de trace. Son premier film, Le Trésor (Der Schatz, 1923), est baigné de clairs-obscurs et d'ombres portées. L'amour libre s'y oppose à la cupidité. Ce n'est qu'un début.

En Allemagne, où Pabst tourne quinze films en neuf ans, la république s'étiole, le mark s'écroule, l'économie s'effondre. Le monde bouge ; le communisme naissant attire les idéalistes, plusieurs bases d'un passé séculaire sont remises en cause.

Déjà la grande mutation des années trente s'annonce : Hitler se prépare. Pabst s'engage. Il veut « combattre le capitalisme du dedans », mais il exprime surtout sa pitié pour les réprouvés. Ses œuvres, dans leur combat pour une plus grande liberté sociale et [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PABST GEORG WILHELM (1885-1967)  » est également traité dans :

LOULOU, film de Georg Wilhelm Pabst

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 884 mots

Loulou (Die Büchse der Pandora) passe dans l'histoire « classique » des styles cinématographiques pour illustrer le courant allemand de la Nouvelle Objectivité (« Neue Sächlichkeit »). Venu du théâtre, son réalisateur G. W. Pabst se caractérise par une conception « engagée » de son art, liant autant que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loulou/#i_24875

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 337 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'âge d'or du muet »  : […] Rahn, La Rue (Die Strasse, 1928) de Karl Grune, Asphalt (1929) de Joe May. Georg-Wilhelm Pabst, lui aussi, a su assimiler l'influence du Kammerspiel, bien qu'écartelé entre l'expressionnisme métaphysique du Trésor (Der Schatz, 1923) et le réalisme social de La Rue sans joie ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_24875

BROOKS LOUISE (1906-1985)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 1 342 mots
  •  • 1 média

paradoxalement, qu'une trentaine d'années après avoir séduit les couvertures de magazines, et par la grâce d'un seul film. Son Pygmalion fut le cinéaste austro-allemand G. W. Pabst (1885-1967), qui a idéalisé et sublimé sa personnalité dans un des derniers grands films muets, Loulou (Die Büchse der Pandora, 1929). Aujourd'hui galvaudée, l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-brooks/#i_24875

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 824 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « En Allemagne »  : […] L'Ange bleu, Quatre de l'infanterie (Westfront 18), réalisé par G. W. Pabst avant L'Opéra de quat' sous. Mais déjà les bandes hitlériennes parcourent les villes. Le nouveau réalisme du cinéma allemand, qui succède aux formes hallucinées de l'expressionnisme et aux lumières moites du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_24875

WEILL KURT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 338 mots

Février 1931 Le film L'Opéra de quat' sous de Georg Wilhelm Pabst en versions allemande et française sort malgré les poursuites intentées par Weill et Brecht contre la maison de production Nero-Film pour utilisation abusive de leur œuvre dans l'adaptation cinématographique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/weill-reperes-chronologiques/#i_24875

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor BACHY, « PABST GEORG WILHELM - (1885-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-pabst/