BROOKS LOUISE (1906-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Louise Brooks, grande figure mythique du cinéma à l'égal de Greta Garbo ou de Marlene Dietrich, n'a acquis ce statut, paradoxalement, qu'une trentaine d'années après avoir séduit les couvertures de magazines, et par la grâce d'un seul film. Son Pygmalion fut le cinéaste austro-allemand G. W. Pabst (1885-1967), qui a idéalisé et sublimé sa personnalité dans un des derniers grands films muets, Loulou (Die Büchse der Pandora, 1929). Aujourd'hui galvaudée, l'expression film culte ne s'applique à aucun autre chef-d'œuvre mieux qu'à lui. Mais ce n'est qu'à partir de 1955 que l'enthousiasme d'une minorité associant la verve surréaliste du critique Ado Kyrou et le fétichisme patrimonial des cinémathèques (Henri Langlois) va tresser des couronnes à l'actrice oubliée. Par la suite, ses grands films, reconstitués par de patients spécialistes à partir des copies disponibles en cinémathèque, permettront enfin d'apprécier dans le monde entier l'œuvre de G. W. Pabst et de souscrire à l'admiration due à son actrice.

Louise Brooks

Louise Brooks

Photographie

Louise Brooks, grande actrice du cinéma muet (1906-1985), photographiée ici durant les années 1920. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les « Roaring Twenties »

Née en 1906 à Wichita, dans le Kansas, Louise Brooks s'est consacrée très jeune à la danse, et a pu intégrer dès l'âge de quinze ans la Denishawn School, pionnière de la danse moderne américaine. Renvoyée pour indiscipline deux ans plus tard, elle se produit dans les revues déshabillées de Broadway, puis est engagée par le célèbre meneur de revues Florenz Ziegfeld. Cette expérience des diverses chorégraphies lui sera précieuse et contribuera à la fascination qu'elle exerce, jusqu'à nos jours, sur les écrans.

Louise Brooks vit avec intensité les années folles, les Roaring Twenties. Elle bénéficie de riches protecteurs, et compte des amis, des amants, dans l'industrie du spectacle. L'un d'eux, Walter Wanger, futur grand indépendant à Hollywood, alors producteur au studio Paramount de New York, l'introduit dans le monde du cinéma, où ell [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROOKS LOUISE (1906-1985)  » est également traité dans :

LOULOU, film de Georg Wilhelm Pabst

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 884 mots

Dans le chapitre « L'amour et la mort »  : […] De nos jours, Loulou est devenu une icône. Certes, Louise Brooks y est pour beaucoup, le type de beauté de l'actrice américaine ayant résisté, plus encore peut-être que celui de Greta Garbo, au cycle des modes – son jeu même est éloigné des mines appuyées de ses collègues d'alors. Mais ne négligeons pas le film. Bien sûr, la désinvolture avec laquelle Pabst traite l'espace d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loulou/#i_91089

PABST GEORG WILHELM (1885-1967)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 2 038 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Contestation »  : […] Né à Raudnitz en Bohême, Pabst était fils d'employé et aurait dû devenir ingénieur. Mais la passion du théâtre en décida autrement. De 1905 à 1914, il joua et mit en scène en Suisse, en Autriche, en Allemagne et aux États-Unis. Interné en France pendant toute la guerre, il y organisa un théâtre. Revenu à Vienne en 1920, il prend la direction de la Neue Wiener Bühne. Un des pionniers du cinéma all […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-wilhelm-pabst/#i_91089

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « BROOKS LOUISE - (1906-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-brooks/