Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GÉOMÉTRIE

La généralisation de Riemann

Si la synthèse de Klein avait pu sembler couvrir tout le champ de la géométrie, elle ne portait en fait que sur des espaces « homogènes ». En 1854, dans sa Dissertation inaugurale, Riemann avait proposé une conception plus générale, et, en un sens, plus profonde de la géométrie. Il s'était attaché au « concept général de grandeur de dimension multiple (déjà envisagé, mais de façon beaucoup moins précise, par Grassmann en 1847), comprenant comme cas particulier les grandeurs étendues » et il avait conclu qu'« une grandeur de dimensions multiples est susceptible de différents rapports métriques » et que « l'espace n'est par suite qu'un cas particulier d'une grandeur de trois dimensions ». Se libérant encore plus nettement que Gauss et Lobatchevski de la limitation qu'imposait le lien de la géométrie avec l'espace physique, et allant au-delà de la reconnaissance de la validité de la géométrie de l'angle obtus, Riemann fut amené à définir un espace à partir d'éléments différentiels, en exprimant le carré ds2 de l'élément de distance entre deux points infiniment voisins en fonction des éléments différentiels dx, dy et dz des coordonnées d'un point. Riemann définissait alors un type d'espace très général dont l'intérêt devait notamment apparaître lors de la création par Albert Einstein de la théorie de la relativité générale. Les conceptions de Klein et de Riemann ne furent « raccordées » que par les travaux d'Élie Cartan (1869-1951), qui généralisa la notion d'espace de Riemann par l'introduction d'une connexion définie par un groupe.

Déjà avec Klein, mais plus encore avec Riemann, la notion de géométrie avait connu une mutation profonde, non seulement par les généralisations qu'ils en donnaient, mais aussi par la substitution, dans la conception de la géométrie, à l'intérêt premier porté aux figures, de la considération de la nature même de l'espace. Réalité « neutre », sans « forme », simple réceptacle dans la géométrie classique, l'espace, désormais envisagé comme une structure, était reconnu comme le constituant fondamental de la géométrie, comme son objet premier.

— François RUSSO

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École polytechnique, docteur en droit, conseiller à l'U.N.E.S.C.O.

Classification

Pour citer cet article

François RUSSO. GÉOMÉTRIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Pythagore - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Pythagore

Euclide - Alexandrie (Égypte) - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Euclide - Alexandrie (Égypte)

Coniques - crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Coniques

Autres références

  • PRIX ABEL 2020

    • Écrit par
    • 1 824 mots
    • 2 médias

    Le prix Abel 2020 a été attribué conjointement à Hillel Furstenberg et Gregory Margulis « pour l'utilisation visionnaire de méthodes issues de la théorie des probabilités et de celles des systèmes dynamiques en théorie des groupes, théorie des nombres et combinatoire ».

    Hillel...

  • ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

    • Écrit par
    • 1 754 mots
    • 1 média
    ...ère, il traite d'un domaine très stable à travers les âges et correspond, à peu de choses près, à ce qui était déjà enseigné au iiie siècle avant J.-C. Le fonds en est constitué par les livres géométriques des Éléments d'Euclide, accrus des résultats obtenus par Archimède. Mais il vise plus à l'efficacité...
  • ALGÈBRE

    • Écrit par
    • 7 143 mots
    C'est à Jordan que remonte la première étude de groupes contenant une infinité d'éléments, notion qui allait prendre une importance considérable durant la deuxième moitié du xixe siècle. En liaison avec le renouveau des études géométriques et les préoccupations axiomatiques de cette...
  • APERÇU HISTORIQUE SUR L'ORIGINE ET LE DÉVELOPPEMENT DES MÉTHODES EN GÉOMÉTRIE (M. Chasles)

    • Écrit par
    • 189 mots

    L'apport de Michel Chasles (1793-1880) en géométrie est caractéristique du fécond débat entre les diverses conceptions défendues par les mathématiciens français du xixe siècle. Dans toutes ses recherches et son enseignement, Chasles a développé la géométrie projective et contribué...

  • Afficher les 69 références