GÉODYNAMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les causes de la dynamique interne

On peut tenter d'estimer l'ordre de grandeur de la puissance mécanique mise en jeu par la déformation ; cette estimation peut être faite, soit en évaluant l'énergie sismique, soit en considérant l'énergie mise en jeu dans la déformation tectonique (pour laquelle on peut obtenir l'ordre de grandeur de l'énergie potentielle du relief créé, à défaut de pouvoir calculer l'énergie absorbée par la déformation), soit enfin en la déduisant de la dérive des plaques, permise par la fluidité d'une assise profonde (l'asthénosphère) dont on peut estimer la viscosité par la vitesse à laquelle se rétablit l'équilibre isostatique, lorsqu'il a été troublé (remontée post-glaciaire de la Scandinavie, par exemple). L'étude de ces phénomènes conduit à des chiffres très faibles par rapport au flux géothermique normal (de l'ordre du millième). Cette prépondérance des phénomènes thermiques par rapport aux phénomènes mécaniques trouve une confirmation directe dans le fait que, même pour une roche profondément déformée, l'énergie mécanique absorbée par la déformation équivaut à une quantité de chaleur qui n'élèverait la température que de quelques degrés, ou dizaines de degrés, alors que le métamorphisme implique une élévation de température de plusieurs centaines de degrés.

Il est donc vraisemblable que la cause des phénomènes mécaniques doit être cherchée dans l'évolution thermique, alors que l'inverse est exclu. Le flux thermique peut provenir de la chaleur dégagée par radioactivité ; mais, étant donné l'âge (4,6 milliards d'années) et les dimensions du globe, nous n'avons aucune certitude qu'un régime thermique permanent soit atteint, et on ne peut exclure qu'un refroidissement se poursuive.

Par quel mécanisme une partie de l'énergie transportée peut-elle se transformer en énergie mécanique, comme dans un moteur thermique ? On peut montrer que la contraction par refroidissement ne pourrait fournir qu'une puissance très insuffisante.

Le seul mécanisme que l'on puisse invoquer est celui de courants de convection, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : ingénieur général des Mines, ancien directeur du service de la carte géologique de France

Classification

Autres références

«  GÉODYNAMIQUE  » est également traité dans :

MÉTAMORPHISME ET GÉODYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Christian NICOLLET
  •  • 5 987 mots
  •  • 8 médias

La dynamique de notre planète est conditionnée depuis son origine par son évolution thermique : c’est la dissipation de l’énergie thermique qui fait fonctionner la machine Terre. Volcanisme et flux de chaleur sont des exemples manifestes de transferts de la chaleur des profondeurs du globe vers la surface, associés a […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 173 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Géodynamique de la chaîne andine »  : […] Le fonctionnement de deux mégastructures explique l'évolution de l'ensemble des Andes pour la période récente (de 30 Ma à l'Actuel) ; il s'agit, d'une part, de la subduction du Pacifique (plaque de Nazca) sous le continent sud-américain (subduction océanique), d'autre part, de la subduction du socle de l'avant-pays andin et de sa couverture sédimentaire sous les Andes (subduction continentale). L […] Lire la suite

ANDINE CHAÎNE

  • Écrit par 
  • François MÉGARD
  •  • 5 715 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La géodynamique actuelle et néogène des Andes »  : […] Le fonctionnement actuel et néogène des Andes, que ce soit du point de vue de la déformation ou de celui du magmatisme, peut être mis en relation directe avec la subduction de la plaque océanique de Nazca – plancher de la plus grande partie du Pacifique sud-est – sous la plaque sud-américaine . En surface, ce phénomène s'initie au long de la profonde fosse océanique qui borde le continent à l' […] Lire la suite

ARCS INSULAIRES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 1 788 mots
  •  • 3 médias

Les arcs insulaires sont des ensembles d' îles, la plupart volcaniques, réparties en un ou plusieurs alignements courbes dessinant des arcs à convexité généralement tournée vers le large. Les arcs insulaires sont des éléments essentiels des zones géodynamiques vivantes du globe terrestre : une grande partie de l'activité sismique et volcanique mondiale s'y trouve concentrée. Leur répartition corr […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS

  • Écrit par 
  • John Tuzo WILSON
  • , Universalis
  •  • 3 387 mots
  •  • 10 médias

La tectonique des plaques est formulée de façon synthétique dans deux articles publiés en 1968, l'un signé par l'Américain W. Jason Morgan, l'autre par le Français Xavier Le Pichon. Ces deux chercheurs s'étaient « appuyés sur les épaules de géants », parmi lesquels John Tuzo Wilson, qui avait proposé la notion de faille transformante. Ce dernier écrivit en 1969 cet article, qui est repris quasi in […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS (modélisation numérique)

  • Écrit par 
  • Nicolas COLTICE
  •  • 791 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les approches modernes »  : […] Les géodynamiciens ont alors proposé deux manières de modéliser les continents. Une approche, dite mécanicienne, consiste à placer dans l'écoulement convectif un radeau. Celui-ci, pour persister sur de longues durées, comme l'atteste l'existence de portions de continents âgées de plusieurs milliards d'années (le Groenland, le nord du Canada ou le nord-est de l'Australie par exemple), doit être tr […] Lire la suite

DÉRIVE DES CONTINENTS, en bref

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 708 mots

Le 6 janvier 1912, le météorologue allemand Alfred Wegener (1880-1930) présente une communication à la session annuelle de l'Union géologique, qui se tient à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) : Idées nouvelles sur la formation des grandes structures de la surface terrestre (continents et océans) sur des bases géophysiques . Wegener y suppose que les continents actuels étaient regroupés à une cer […] Lire la suite

GÉODÉSIE

  • Écrit par 
  • Anny CAZENAVE, 
  • Pascal WILLIS
  •  • 7 311 mots
  •  • 3 médias

Science très ancienne, la géodésie a eu longtemps pour objet l'étude de la forme de la Terre et la mesure de ses dimensions. La mise sur orbite des premiers satellites artificiels autour de la Terre, dans le milieu des années 1960, a marqué le début d'une transformation radicale de cette discipline. En effet, grâce à la multiplicité des capteurs embarqués et aux performances sans cesse accrues de […] Lire la suite

GLANGEAUD LOUIS (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 1 387 mots

Né à Tulle en 1903, Louis Glangeaud a occupé une place exceptionnelle au sein de la communauté géologique française. Animé par une passion dévorante de la géologie, auteur d'une œuvre scientifique considérable, il fut un chef d'école particulièrement dynamique : on sait maintenant que ce fut un grand visionnaire et un véritable précurseur des sciences de la Terre modernes. Louis Glangeaud entrepri […] Lire la suite

GRANITES ET RHYOLITES

  • Écrit par 
  • Bernard BONIN, 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Georges PÉDRO, 
  • Michel ROBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Associations granitiques »  : […] Dans les années 1960, le problème du granite semblait définitivement résolu : le granite, « terme ultime » des processus métamorphiques, se formait uniquement par la cristallisation d'un magma provenant de la fusion partielle de la croûte continentale. La prise en compte de vrais granites en milieu océanique (Islande, Kerguelen), où aucun fragment continental n'est connu, a relancé le débat à la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GOGUEL, « GÉODYNAMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/geodynamique/