TUTSI GÉNOCIDE DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les massacres de masse dirigés en 1994 contre la population tutsi du Rwanda constituent le troisième cas de génocide reconnu officiellement par la communauté internationale, après ceux commis contre les Arméniens et contre les Juifs. En l'espace d'à peine trois mois, du 7 avril à la fin du mois de juin, environ un million de Tutsi furent éliminés pour ce qu'ils étaient, dans des souffrances effroyables. En kinyarwanda, cet événement est appelé Itsembabwoko. En même temps que les Tutsi, de nombreux Hutu soupçonnés de ne pas adhérer au projet furent tués. Plusieurs facteurs expliquent la terrible efficacité de cette entreprise. Pour commencer, il faut rappeler la campagne médiatique qui, pendant trois ans environ, a fait du Tutsi un ennemi mortel, invitant au fichage, à la chasse aux « infiltrés » Tutsi qui ont dissimulé leur identité ethnique pour mieux dominer et détruire le peuple Hutu. Il faut ajouter la mémoire de la violence ethnique et prédatrice qui a accompagné le processus révolutionnaire et qui a marqué les premières années de la République (1959-1964). Il convient en outre de souligner la détermination des planificateurs qui s'étaient emparés de l'État et ont mis sans réserve ses moyens et ses forces au service d'une entreprise d'extermination, ainsi que la participation populaire massive à l'extermination et du recours à des armes disponibles et faciles d'utilisation. Enfin il faut évoquer l'indifférence ou les intérêts calculés des instances qui avaient les moyens de s'y opposer : le Conseil de sécurité des Nations unies et certains de ses États impliqués au Rwanda, en particulier la France et, dans une moindre mesure, la Belgique.

Le monde peine à reconnaître et à juger toutes les responsabilités dans ce génocide qu'il a pourtant officiellement reconnu, ce qui donne libre cours au négationnisme. Néanmoins, ce génocide commis en plein essor de la société de l'information et des cultes mémoriels est, par opposition à ceux qui l'ont précédé, celui qui a été le plus rapidement documenté. Les témoignages recueillis par les associations humanitaires, par les journalistes et les cinéastes, les enquêtes diligentées par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (T.P.I.R.) ainsi que par les tribunaux rwandais, enfin les récits des survivants, permettent, relativement peu d'années après les faits, de reconstituer le fil des événements, d'en démonter les mécanismes.

La guerre du F.P.R. et la campagne de haine

Le 1er octobre 1990, les exilés et fils d'exilés tutsi de la décennie 1960-1970, rassemblés dans le Front patriotique rwandais (F.P.R.), lancent une attaque contre le Rwanda depuis la frontière ougandaise au nord. Ils cherchent à recouvrer par la force le droit au retour dans la patrie que le gouvernement de Kigali leur refuse. Dès le déclenchement de cette guerre, une idée se forme et nourrit une constante campagne : celle d'un « problème tutsi » à résoudre. Un hebdomadaire, Kangura, consacra ses pages, de 1990 à 1994, à cette campagne contre les Tutsi accusés de subvertir la République, d'avoir repris le pouvoir politique et économique malgré les apparences et de préparer l'extermination des Hutu et l'asservissement de ceux qui survivront, selon la technique bien connue de l'accusation en miroir. Dans son numéro 6 de décembre 1990, le journal publiait les « Dix commandements des Bahutu ». Ce texte recommandait de mettre les Tutsi à l'écart, de ne pas s'associer à eux dans les affaires, de ne pas épouser leurs filles, de les exclure de la fonction publique et de l'armée. En novembre 1991, le journal posait cette question : « Quelles sont les armes que nous utiliserons pour vaincre définitivement les Inyenzi ? » Placée sous cette phrase, la photo d'une machette posée à côté de celle du premier président du Rwanda, Grégoire Kayibanda, fondateur en 1959 du Parti du mouvement de l'émancipation des Bahutu (Parmehutu). Parmi les premières victimes de la violence meurtrière dirigée contre les Tutsi figurent les Bagogwe, assimilés aux Tutsi parce qu'ils pratiquent l'élevage de gros bétail, établis dans le nord-ouest du pays, entre Gisenyi et Ru [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TUTSI GÉNOCIDE DES  » est également traité dans :

UNE SAISON DE MACHETTES (J. Hatzfeld)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 985 mots

« Nous connaissons mieux les victimes, nous les avons écoutées, alors qu'il ne nous reste presque rien des bourreaux, constatait un jour l'écrivain biélorusse Svetlana Alexievitch. Ils ont dissimulé et laissé sous scellés dans leurs archives secrètes l'expérience la plus importante du siècle passé. » C'est un pan de ces « archives secrètes » que met au jour Jean Hatzfeld dans Une sa […] Lire la suite

AUDOIN-ROUZEAU STÉPHANE (1955- )

  • Écrit par 
  • Paula COSSART
  •  • 911 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des chantiers divers »  : […] Au-delà de cette position générale, Audoin-Rouzeau a investi des terrains divers. Dans La Guerre des enfants (1993), l’historien analyse « la première grande mobilisation morale et intellectuelle de l’enfance au sein du champ politique européen ». Il souligne l’agressivité nouvelle du langage de guerre proposé aux enfants dès 1914. L’Enfant de l’ennemi (1914-1918). Viol, avortement, infanticide […] Lire la suite

DANS LE NU DE LA VIE. RÉCITS DES MARAIS RWANDAIS (J. Hatzfeld)

  • Écrit par 
  • Mona CHOLLET
  •  • 987 mots

« En 1994, entre le lundi 11 avril à 11 heures et le samedi 14 mai à 14 heures, environ 50 000 Tutsi, sur une population d'environ 59 000, ont été massacrés à la machette, tous les jours de la semaine, de 9 h 30 à 16 heures, par des miliciens et voisins hutu, sur les collines de la commune de Nyamata, au Rwanda. » Ainsi débute Dans le nu de la vie (Seuil, Paris, 2001), de Jean Hatzfeld, qui rasse […] Lire la suite

DES FORGES ALISON (1942-2009)

  • Écrit par 
  • Catherine CHOQUET
  •  • 941 mots

Née le 20 août 1942 à Schenectady, dans l'État de New York, Alison Bowe Des Forges, née Liebhafsky, a disparu le 12 février 2009. Cette historienne, spécialiste de la région des Grands Lacs, était une femme extraordinaire, au sens littéral du mot, une personnalité hors du commun, d'une rare intelligence de cœur et d'esprit, traduite en actes tout au long de sa vie. Femme fluette, elle en imposait […] Lire la suite

KAGAME PAUL (1957- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 943 mots
  •  • 1 média

Président du Rwanda depuis 2000. Né le 23 octobre 1957 à Gitarama, dans le centre du Rwanda, Paul Kagame grandit en exil en Ouganda. Ses parents ont quitté le pays en 1959, lors des premières violences perpétrées contre les Tutsi par les Hutu dans le contexte de l'indépendance du pays. Kagame poursuit des études à l'université de Makerere, à Kampala, avant de rejoindre, en 1979, les forces de Yo […] Lire la suite

NKURUNZIZA PIERRE (1964-2020)

  • Écrit par 
  • Christian THIBON
  •  • 901 mots

Pierre Nkurunziza, homme politique, président de la République du Burundi de 2005 à 2020, est né à Ngozi, dans le nord du pays, le 18 décembre 1964. Comme ses prédécesseurs depuis l’indépendance, son régime a pratiqué la personnalisation du pouvoir, l’autoritarisme, l’usage de la violence et la corruption, bien qu’à la différence des précédents il fût mis en place par le premier rebelle parvenu a […] Lire la suite

RWANDA

  • Écrit par 
  • François BART, 
  • Jean-Pierre CHRÉTIEN, 
  • Marcel KABANDA
  •  • 11 937 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « De la « Révolution sociale » (1959-1961) au génocide (1994) »  : […] En novembre 1959, la Belgique met en route un processus d'autonomie interne. Mais la tension est montée au Rwanda depuis la mort subite de Mutara, en juillet précédent : un nouveau mwami, Kigeri Ndahindurwa, a été intronisé par les milieux les plus traditionalistes ; des partis politiques sont nés : le Parmehutu (Parti du mouvement de l'émancipation des Hutu) et l'Aprosoma (Association pour la pr […] Lire la suite

RWANDA 1994 (collectif Groupov)

  • Écrit par 
  • Stéphen ROSTAIN
  •  • 876 mots

Le plateau est nu, fermé au fond par un immense panneau rougeoyant qui s'ouvre et se ferme comme des portes de l'enfer. Sur le côté, un petit orchestre. Au milieu, juste une chaise. Une femme vient s'asseoir. Elle s'appelle Yolande Mukagasana. Elle est infirmière. Autrefois, elle vivait à Kigali. Trente minutes durant, elle raconte l'horreur du massacre dont ses enfants et son mari, Tutsi comme el […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

3-27 mai 2021 France – Rwanda. Visite du président Emmanuel Macron au Rwanda.

Les troupes françaises de l’opération Turquoise étaient accusées de complicité de génocide et de crimes contre l’humanité, en lien avec des massacres de réfugiés tutsi perpétrés dans les collines de Bisesero, près du lac Kivu, en juin 1994. Le procureur indique que l’instruction n’a permis d’établir « aucune aide ou assistance des troupes françaises lors de la commission d’exactions, aucune adhésion de ces dernières au projet criminel poursuivi par les forces génocidaires, ni aucune abstention d’intervenir face à des crimes constitutifs d’un génocide ou de crimes contre l’humanité en vertu d’un accord antérieur ». […] Lire la suite

26 mars 2021 France – Rwanda. Remise du rapport sur le rôle de la France dans le génocide rwandais.

La commission d’historiens dirigée par Vincent Duclert remet au président Emmanuel Macron son rapport sur « La France, le Rwanda et le génocide des Tutsi (1990-1994) ». Celui-ci établit « un ensemble de responsabilités, lourdes et accablantes » pour Paris. L’exonérant de toute complicité dans le génocide de quelque huit cent mille Tutsi par le pouvoir hutu, entre avril et juillet 1994, le rapport indique que « la France s’est néanmoins longtemps investie au côté d’un régime qui encourageait des massacres racistes », qu’« elle est demeurée aveugle face à la préparation d’un génocide par les éléments les plus radicaux de ce régime », qu’« au moment du génocide, elle a tardé à rompre avec le pouvoir intérimaire qui le réalisait » et qu’« elle a réagi tardivement avec l’opération Turquoise ». […] Lire la suite

16 mai - 3 juin 2020 France – Rwanda. Arrestation en France de Félicien Kabuga.

Le 16, la police française arrête Félicien Kabuga, l’un des principaux responsables présumés du génocide commis au Rwanda en 1994, qui vivait depuis plusieurs années sous une fausse identité à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). L’ancien homme d’affaires est inculpé depuis 1997 de génocide par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), dont les dossiers ont été transférés en 2015 au Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI) à La Haye. […] Lire la suite

20 décembre 2019 Belgique. Condamnation de Fabien Neretse pour génocide.

La cour d’assises de Bruxelles, agissant en application de la loi de compétence universelle, condamne l’ancien haut fonctionnaire rwandais Fabien Neretse à vingt-cinq ans de prison pour avoir participé au génocide des Tutsi et commis des crimes de guerre – neuf meurtres –, en 1994, lors de la guerre civile au Rwanda. Il est notamment reconnu coupable d’avoir dénoncé des Tutsi habitant son quartier, dont trois membres d’une famille belgo-rwandaise. […] Lire la suite

6 juillet 2016 France – Rwanda. Condamnation à Paris de deux anciens bourgmestres rwandais.

La cour d’assises de Paris condamne à la réclusion à perpétuité, pour génocide et crimes contre l’humanité, deux anciens bourgmestres rwandais, Tito Barahira et Octavien Ngenzi, pour leur participation au massacre de quelque deux mille personnes à Kabarondo, dans l’est du pays, en avril 1994. Des violences ethniques avaient alors causé la mort d’environ huit cent mille Tutsi et Hutu modérés en une centaine de jours. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel KABANDA, « TUTSI GÉNOCIDE DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genocide-des-tutsi/