TARDE GABRIEL (1843-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée d'interaction

Nommé en 1894 chef de la Statistique criminelle à Paris, Tarde a été appelé à exposer ses idées à l'école libre des Sciences politiques puis au collège libre des Sciences sociales. Ces œuvres Les Transformations du pouvoir et d'abord Les Lois sociales (1898) sont issues de ces cours. Leur plan systématique – répétition, opposition, adaptation – s'explique par la nécessité de faire pièce à la sociologie durkheimienne. Élu en 1900 au Collège de France, Tarde a traité de l'économie suivant les mêmes divisions ; mais c'est à la psychologie intermentale que son premier cours est consacré. La permanence de la forme ne doit donc pas tromper.

Dans la plupart des ouvrages précédemment cités et dans certains des articles qui les encadrent, on suit la mise en place progressive d'une perspective interactionniste. Les réflexions sur la gloire, la mode, la politesse, les fêtes, la vendetta.... dessinent un nouveau domaine d'investigation que Tarde a préféré nommer psychologie interspirituelle, intercérébrale, intermentale, ou interpsychologie plutôt que psychologie « sociale » ou « collective ». Les études rassemblées en 1901 sur le public et la foule, l'opinion et la conversation, la rumeur aussi donnent une bonne idée de ce que ce domaine recouvre. Ces analyses, qui recourent aux notions modernes de groupe, de rôle, de leader, ont cependant été beaucoup moins prisées que celles de G. Le Bon ; et les très suggestifs aperçus sur la mondanité, les salons, les clubs, les cercles, les cafés sont pratiquement ignorés par les recherches actuelles sur les formes de sociabilité.

Il reste donc à s'interroger sur les raisons de l'insuccès, en France, de la conception tardienne de la science sociale. Les plus superficielles tiennent aux caractères extérieurs de l'œuvre et à la carrière de son auteur. Un défaut de concision, certaines dérives poétiques, une propension à la rêverie métaphysique lui ont été reprochés par ceux qui souhaitaient, avec Bougl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  TARDE GABRIEL (1843-1904)  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Les approches psychosociologiques »  : […] Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives. Ainsi, Gustave Le Bon ( Psychologie des foules , 1895) rend compte de la formation d'une foule par l'action de meneurs e […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité et compréhension »  : […] Dernier argument contre le recours à l'explication causale dans les sciences sociales : par opposition aux phénomènes naturels, les phénomènes sociaux sont immédiatement signifiants pour l'observateur. Il est certain que le sociologue a un rapport privilégié avec son objet. Cependant, ce privilège ne lui confère pas la garantie d'un accès direct aux phénomènes sociaux. Sans doute, la relation entr […] Lire la suite

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement par un autre facteur d'éducation morale. Son point de vue, cependant, n'était pas partagé par d'autres criminologues, […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Psychologie et sociologie »  : […] Certes, il était déjà fait une place plus ou moins large à la qualité dans la science économique d'hier. Et non seulement du fait de l'histoire, mais aussi de la psychologie et de la sociologie. On a même établi que la psychologie économique avait précédé, dans la chronologie des théories, la logique économique. La pensée économique du xviii e siècle était de style psychologique, notamment avec […] Lire la suite

INFLUENCE

  • Écrit par 
  • François CHAZEL
  •  • 4 171 mots

Dans le langage scientifique, une sorte de coexistence s'instaure fréquemment entre deux niveaux de conceptualisation, l'un assez proche de la langue courante, où le terme est employé dans un sens générique très large et désigne plutôt une notion, l'autre plus strictement scientifique, où l'expression devient spécifique et précise et où l'on a affaire à un véritable concept. Tel est justement le c […] Lire la suite

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « La culture, seconde nature ? »  : […] De simple instrument, l’artifice finit par devenir essentiel à la culture, qui n’est peut-être qu’un masque qui aurait fini par oublier son origine, comme le suggère Gabriel Tarde (1843-1904), qu’il s’agisse de l’imitation d’autrui ou de la répétition, c’est-à-dire de l’imitation de soi-même, analyses conduites dans son ouvrage Les L ois de l'imitation (1890) , en particulier dans le chapitre  […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 4 474 mots

Dans le chapitre « Panorama historique »  : […] À partir de la seconde moitié du xix e  siècle, plusieurs penseurs européens édifient la psychologie des peuples, avec l’intention de démontrer combien la pensée individuelle et les comportements en groupe s’avèrent profondément façonnés par la société. La fondation, en 1860, d’une revue consacrée à la Völkerpsychologie ( Volk signifiant « peuple » dans la langue allemande) contribue alors à di […] Lire la suite

SOCIABILITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 511 mots

Dans le chapitre « Les formes de sociabilité »  : […] Cependant, la sociabilité revêt surtout des formes dans lesquelles on aurait tort de ne voir que les figures de la frivolité et de la futilité mondaine. En effet, au-delà de l'élaboration des matériaux nécessaires à la vie collective et qui constituent la matière même de la socialisation, au-delà aussi des contenus propres à des modes de participation sociale régis par des intérêts particuliers, o […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international de sociologie. Juge pu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « TARDE GABRIEL - (1843-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-tarde/