TARDE GABRIEL (1843-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les lois de l'imitation

La fascination exercée par les sciences exactes sur la sociologie naissante a été critiquée par Tarde. Il leur a néanmoins emprunté de nombreux exemples et n'a pas cessé d'affirmer que l'étude des faits sociaux doit aboutir à la formulation de lois d'une certitude mathématique. Sans doute aussi a-t-il dénoncé comme un leurre de la sociologie la construction de systèmes de type comtien. Mais c'est dans la recherche de lois générales qui régissent les sociétés et leur devenir historique que lui-même s'est engagé.

Une conception unitaire de la science préside à l'énoncé de quelques principes fondamentaux. L'adaptation, la répétition, l'opposition sont les trois formes caractéristiques des phénomènes qu'examinent la physique, la biologie et la science sociale. Les idées d'accumulation et d'irréversibilité, de multiplication indéfinie et de sélection leur sont respectivement associées. Pour chacune des sciences concernées, la répétition consiste spécifiquement en ondulation, génération, imitation, comme l'invention, d'une part, la concurrence et la guerre, d'autre part, sont les formes que prennent dans la société l'adaptation et l'opposition.

S'agissant de l'invention, Tarde a reconnu en avoir disserté moins précisément que de l'imitation. Aussi y est-il revenu en 1902 dans un article où il la donne à voir comme le moteur de l'évolution sociale. C'est d'ailleurs dans cette perspective qu'il a toujours considéré inventions et découvertes en liaison avec leur rayonnement, l'ordre et les conditions de leur apparition, accumulation ou substitution. S'autorisant des travaux de F. Galton, il a surtout insisté sur le génie inventif de l'individu.

En ce qui concerne l'opposition universelle, l'ouvrage qui lui est consacré en 1897 est, de l'aveu même de son auteur, une promenade de l'esprit. La conclusion de l'inventaire des contraires qu'il renferme reflète bien l'irénisme de Tarde : la lutte [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  TARDE GABRIEL (1843-1904)  » est également traité dans :

ACTION COLLECTIVE

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 471 mots

Dans le chapitre « Les approches psychosociologiques »  : […] Le jeu de l'influence et du charisme, les mécanismes de contagion mentale et le rôle des croyances, des attentes et des frustrations ont été les premiers facteurs évoqués pour expliquer les raisons incitant les individus à adhérer et participer à des entreprises collectives. Ainsi, Gustave Le Bon ( Psychologie des foules , 1895) rend compte de la formation d'une foule par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/action-collective/#i_16384

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Causalité et compréhension »  : […] Dernier argument contre le recours à l'explication causale dans les sciences sociales : par opposition aux phénomènes naturels, les phénomènes sociaux sont immédiatement signifiants pour l'observateur. Il est certain que le sociologue a un rapport privilégié avec son objet. Cependant, ce privilège ne lui confère pas la garantie d'un accès direct aux phénomènes sociaux. Sans doute, la relation entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/#i_16384

CRIMINOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques LÉAUTÉ
  •  • 8 832 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le relâchement des freins moraux »  : […] Parmi les déclins néfastes, le recul de la pratique religieuse a été présenté au début du xx e  siècle par Tarde comme un facteur criminogène ( La Criminalité comparée , 1910). Cet auteur pensait que la déchristianisation s'accompagnait d'un recul de la moralité sans remplacement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/criminologie/#i_16384

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Psychologie et sociologie »  : […] Certes, il était déjà fait une place plus ou moins large à la qualité dans la science économique d'hier. Et non seulement du fait de l'histoire, mais aussi de la psychologie et de la sociologie. On a même établi que la psychologie économique avait précédé, dans la chronologie des théories, la logique économique. La pensée économique du xviii e s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_16384

INFLUENCE

  • Écrit par 
  • François CHAZEL
  •  • 4 171 mots

Dans le langage scientifique, une sorte de coexistence s'instaure fréquemment entre deux niveaux de conceptualisation, l'un assez proche de la langue courante, où le terme est employé dans un sens générique très large et désigne plutôt une notion, l'autre plus strictement scientifique, où l'expression devient spécifique et précise et où l'on a affaire à un véritable concept. Tel est justement le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/influence/#i_16384

NATURE / CULTURE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 450 mots

Dans le chapitre « La culture, seconde nature ? »  : […] De simple instrument, l’artifice finit par devenir essentiel à la culture, qui n’est peut-être qu’un masque qui aurait fini par oublier son origine, comme le suggère Gabriel Tarde (1843-1904), qu’il s’agisse de l’imitation d’autrui ou de la répétition, c’est-à-dire de l’imitation de soi-même, analyses conduites dans son ouvrage Les L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-culture-notions-de-base/#i_16384

PSYCHOLOGIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Laurent BÈGUE
  •  • 4 474 mots

Dans le chapitre « Panorama historique »  : […] À partir de la seconde moitié du xix e  siècle, plusieurs penseurs européens édifient la psychologie des peuples, avec l’intention de démontrer combien la pensée individuelle et les comportements en groupe s’avèrent profondément façonnés par la société. La fondation, en 1860, d’une revue consacrée à la Völkerpsychologie ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-sociale/#i_16384

SOCIABILITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 511 mots

Dans le chapitre « Les formes de sociabilité »  : […] Cependant, la sociabilité revêt surtout des formes dans lesquelles on aurait tort de ne voir que les figures de la frivolité et de la futilité mondaine. En effet, au-delà de l'élaboration des matériaux nécessaires à la vie collective et qui constituent la matière même de la socialisation, au-delà aussi des contenus propres à des modes de participation sociale régis par des intérêts particuliers, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociabilite-notion-de/#i_16384

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « Durkheim et l'école française de sociologie »  : […] En France, ils sont plusieurs à se faire concurrence au sein d'un espace scientifique en construction. Outre Le Play déjà cité, il faut d'abord compter avec René Worms, qui se signale moins par l'originalité de ses écrits que par son action en faveur de la reconnaissance de la discipline. Il crée ainsi la Revue internationale de sociologie et fonde un Institut international […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-histoire/#i_16384

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « TARDE GABRIEL - (1843-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-tarde/