GARCÍA MÁRQUEZ GABRIEL (1928-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maturité technique et synthèse thématique : « Cent Ans de solitude »

Dans les premières œuvres de García Márquez, au demeurant fort courtes, Macondo n'existe que par morceaux que le lecteur doit lui-même assembler. Avec le très volumineux Cent Ans de solitude surgit, foisonnant, le roman de Macondo apparemment définitif. À côté d'éléments nouveaux, on trouve nombre de matériaux narratifs déjà connus mais encore développés et, surtout, organisés en une très habile construction romanesque. Nous suivons l'histoire de Macondo à travers celle d'une famille, les Buendía, depuis la fondation de la ville jusqu'à sa disparition après plusieurs générations. Macondo semble vivre d'abord une sorte d'âge d'or, fait d'innocence et de simplicité, connaît ensuite les guerres civiles, puis le développement économique et les conflits sociaux que lui apporte une prétendue civilisation, pour sombrer après dans la décadence et être enfin balayée par un cataclysme. Au premier abord, on est séduit dans Cent Ans de solitude, comme dans tous les autres récits de García Márquez, par le pur et simple plaisir que procure l'art du conte. Cependant, il est très vite évident que l'intérêt majeur du livre, ce sont ses innombrables possibilités de signification. Car Macondo n'est pas seulement la transposition poétisée d'Aracataca, ou même l'image symbolique de la bourgade colombienne typique. C'est aussi le symbole de toute l'Amérique latine qui, d'une manière générale, connaît le même destin, les mêmes conflits et problèmes que la Colombie. Mais surtout Cent Ans de solitude apparaît comme une histoire de l'humanité, décrite notamment à travers des mythes bibliques : Genèse et Apocalypse, patriarches et prophètes, grimoires qui contiennent l'indéchiffrable parole de Dieu, paradis terrestre et paradis perdu, Terre promise, déluge, etc. En une sorte de geste primitive, nous refaisons le chemin qui mène de la superstition à la science en passant par l'alchimie. Les humains qui peuplent Macondo ne sont ni bons ni mauvais : ils se laissent aller à leurs instincts, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : ancien maître de conférences, université de Paris-IV-Sorbonne, U.F.R. de langue et littérature espagnoles

Classification


Autres références

«  GARCÍA MÁRQUEZ GABRIEL (1928-2014)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 290 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le roman »  : […] La vogue du récit ne s'amoindrit pas, le roman reste largement servi par le choix des éditeurs en France, laissant aussi une plus grande place au roman court et à la nouvelle, si fréquemment cultivés en Amérique de langue espagnole. Les grandes figures des années 1970-1980 conservent leur suprématie. Gabriel García Márquez, après avoir fait une incursion dans la Carthagène des Indes du xviii e  s […] Lire la suite

CENT ANS DE SOLITUDE, Gabriel García Márquez - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Ève-Marie FELL
  •  • 1 011 mots

Gabriel García Márquez naît en Colombie en 1928 , dans un village de la côte atlantique entouré de plantations bananières qui lui servira de modèle pour le cadre de Cent Ans de solitude. Étudiant en droit, il interrompt ses études lorsque la reprise de la guerre civile se solde par plusieurs dizaines de milliers de morts. Il se tourne alors vers le journalisme, tout en élaborant ses premiers réc […] Lire la suite

LA FABRIQUE DE L'ÉCRIVAIN NATIONAL (A.-M. Thiesse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 1 395 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’écrivain, quintessence de l’esprit national »  : […] À compter du milieu du xix e  siècle, les écrivains sont définitivement chargés de l’écriture du roman national. Ils l’élaborent à travers des poésies au lyrisme patriotique et des œuvres panoramiques qui décrivent l’éventail national des types sociaux. Au moment des éveils nationaux, ils composent des hymnes et des manifestes, montent des pièces engagées. La publication de la littérature dans le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre RESSOT, « GARCÍA MÁRQUEZ GABRIEL - (1928-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-garcia-marquez/