FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Frédéric II de Prusse (1712-1786)

Frédéric II de Prusse (1712-1786)
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Bataille de Mollwitz

Bataille de Mollwitz
Crédits : AKG

photographie


Le despote éclairé

L'admiration des contemporains n'est pas allée uniquement au chef de guerre. Leurs louanges s'adressent plus encore au souverain éclairé, au « roi philosophe ». Douze années de guerre (la campagne de 1778 n'est qu'une mobilisation) sur quarante-six ans de règne : le souverain a eu le temps d'améliorer l'administration de son royaume. Dans quel sens vont ses réformes ? Quel est l'esprit qui les anime ? L'œuvre intérieure de Frédéric II s'inscrit-elle dans le mouvement du despotisme éclairé dont l'importance se révèle de plus en plus grande dans l'Europe du xviiie siècle ?

Frédéric apparaît tout d'abord comme un souverain absolu. Aucune volonté ne peut s'opposer à la sienne : les états provinciaux sont sans pouvoirs, le clergé, protestant ou catholique, est tenu en bride, la noblesse est liée au prince par l'armée dont elle fournit les cadres, les fonctionnaires ne sont pas, comme en France, des officiers propriétaires de leur charge. Les ministres et les conseillers – Podewils et Hertzberg pour les Affaires étrangères, le baron de Cocceji pour la Justice, le secrétaire du cabinet Eichel – n'ont d'influence que celle que le roi veut bien leur laisser. Simples exécutants de la volonté du maître, les administrateurs appliquent les mesures ordonnées par celui-ci pour accroître les revenus du royaume.

Tel est bien le but essentiel : le royaume est administré « comme une ferme » qui doit rapporter toujours davantage. Frédéric a gardé l'appareil bureaucratique et le système fiscal de ses prédécesseurs, les ressources provenant des domaines (ils couvrent un quart du pays), de la contribution foncière et des impôts indirects (accise). Les novations financières sont postérieures à 1763 : fondation de la Banque d'émission de Berlin (1765), mise en régie des postes et de l'accise (1766). Les recettes provenant de la régie sont versées (ainsi que les excédents des recettes des provinces) à un « fonds de disposition » non soumis au contrôle de la Cour des comptes et où Frédéric puise comme il l'entend. Ainsi sont [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)  » est également traité dans :

FRÉDÉRIC II (roi de Prusse)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 215 mots
  •  • 1 média

Lorsqu'il meurt, à Potsdam, en 1786, Frédéric II est depuis longtemps considéré comme le « roi-philosophe ». Roi de Prusse depuis 1740, il est en effet célèbre pour sa culture, notamment sa connaissance des lettres françaises, et pour ses amitiés avec de nombreux philosophes, en particulier Voltaire, qui séjourna au château de Sans-Souci, dont Frédéric II ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii/#i_9317

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 992 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Choc, manœuvre et feu »  : […] Pendant des siècles, à travers les doctrines ou les procédés d'emploi, choc et manœuvre s'étaient opposés. À partir du xiv e  siècle, l'apparition de l'arme à feu pose un nouveau problème aux chefs de guerre : comment combiner le feu avec le choc et la manœuvre ? La recherche d'une solution limite pendant plusieurs siècles la réflexion doctrinale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-doctrines-et-tactiques/#i_9317

DESPOTISME ÉCLAIRÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques CHEVALLIER
  •  • 4 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théorie et pratique des despotes éclairés : Frédéric II »  : […] Éclairés, ces despotes le sont dans la mesure où ils insistent sur l'idée du service de l'État – qui, certes, n'avait pas fait défaut à Louis XIV, ce modèle de l'absolutisme classique – sans revendiquer ouvertement l'identification qu'avait traduite le mot pseudo-historique : « L'État, c'est moi. » Ils sont éclairés, également, dans la mesure où ils fondent leur pouvoir non sur le droit divin mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire/#i_9317

DESPOTISME ÉCLAIRÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 151 mots

1740 Avènement de Frédéric II de Prusse. 1750-1753 Séjour de Voltaire à la cour de Potsdam. 1752 Testament politique de Frédéric II : les principes du despotisme éclairé. 1762 Avènement de Catherine II de Russie. 1767 Échec de la réunion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/despotisme-eclaire-reperes-chronologiques/#i_9317

GRAUN CARL HEINRICH (1704-1759)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 422 mots

Le nom du compositeur allemand Carl Heinrich Graun est avant tout attaché à sa cantate de la Passion Der Tod Jesu . Né le 7 mai 1704, à Wahrenbrück, en Saxe, dans une famille de musiciens, Carl (ou Karl) Heinrich Graun étudie le chant à la Kreuzschule de Dresde, où il a pour maîtres Johann Zacharias Grundig et Christian Petzold ; il prend également des cours de composition au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-heinrich-graun/#i_9317

MARIE-THÉRÈSE (1717-1780) archiduchesse d'Autriche et impératrice, reine de Hongrie et de Bohême (1740)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

Fille de l'empereur germanique Charles VI, Marie-Thérèse , archiduchesse d'Autriche, est reine de Hongrie et de Bohême en 1740 ; elle est l'épouse de l'empereur germanique François de Lorraine (1745-1765) et, à ce titre seulement, impératrice. Mais, indépendamment des querelles de titulature, Marie-Thérèse n'en est pas moins, durant quarante ans, le véritable souverain de la monarchie autrichienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-therese/#i_9317

MOLLWITZ BATAILLE DE (1741)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BOIS
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Au début de la guerre de Succession d’Autriche, Frédéric II attaque l’armée de Wilhelm Reinhard Neipperg, à Mollwitz (Silésie), le 10 avril 1741. Il étrenne, dans l’ordonnance de ses troupes, un agencement spécial, dotant l’infanterie, déployée en ordre mince (3 rangs) au centre, de petits canons de trois livres devant chaque bataillon, et intercalant deux bataillons de grenadiers dans les escadro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-mollwitz/#i_9317

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 224 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le royaume de Prusse au XVIIIe siècle »  : […] La subtilité grammaticale par laquelle l'empereur avait cru limiter la portée de ce qu'il avait concédé ne devait pas être durable. Dès le règne de Frédéric-Guillaume I er (1713-1740), l'appellation de roi de Prusse prévaut dans les chancelleries. Curieux personnage que ce roi, chez qui les traits ridicules et même odieux coexistent avec une très ha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_9317

SEPT ANS GUERRE DE (1756-1763)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 046 mots

La guerre de Succession d'Autriche avait abouti en 1748 à une déception générale. Seul Frédéric II de Prusse en avait tiré profit et il désirait préserver la conquête de la Silésie contre une revanche que l'Autriche préparait presque ouvertement. La Grande-Bretagne cherchait une alliée continentale capable de protéger le Hanovre contre toute menace pendant qu'elle lutterait contre la France dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-sept-ans/#i_9317

SUCCESSION D'AUTRICHE GUERRE DE LA (1740-1748)

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 789 mots

Crise ouverte à la mort de l'empereur Charles VI, les puissances européennes contestant la succession assurée par la pragmatique sanction de 1713 à sa fille Marie-Thérèse, la guerre de la Succession d'Autriche résulte de plusieurs causes : absence de loi fondamentale fixant l'ordre de succession, existence de règlements particuliers antérieurs à la pragmatique sanction passés avec l'Électeur de Ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-de-la-succession-d-autriche/#i_9317

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 244 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les réformes des souverains éclairés, les progrès de l'intégration des États des Habsbourg et les débuts du mouvement national »  : […] En 1740, la pragmatique sanction publiée en 1713 par l'empereur Charles VI, qui fait des différents pays où il règne un tout indissoluble, donne le prétexte de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748) contre sa fille Marie-Thérèse (1740-1780). Frédéric II de Prusse s'empare de la plus grande partie de la Silésie et du comté de Glatz. Charles de Bavière est reconnu comme roi par la noblesse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-tcheque/#i_9317

Pour citer l’article

Michel EUDE, « FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/