GIROUD FRANÇOISE (1916-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Née le 21 septembre 1916 à Genève (Suisse), Françoise Giroud, de son vrai nom France Gourdji, a consacré sa vie au journalisme, dont elle fut l'une des grandes figures au xxe siècle, mais aussi à la politique et à la littérature.

Fille d'une juive séfarade et d'un journaliste turc né à Bagdad, Salih Gourdji, directeur de l'Agence télégraphique ottomane, Françoise Giroud obtient à quatorze ans un certificat de sténodactylo, le seul diplôme dont elle pourra se prévaloir. Contrainte, à moins de seize ans, de gagner sa vie après le décès de son père et la ruine de sa mère, elle devient vendeuse dans une librairie parisienne. Elle rencontre le réalisateur Marc Allégret, un ami de ses parents, qui l'encourage à se tourner vers le cinéma. Elle est scripte sur le tournage de Fanny (1932), puis de La Grande Illusion de Jean Renoir (1936) et enchaîne les films à des titres divers : scripte, assistante-metteur en scène, coscénariste et scénariste (notamment pour Antoine et Antoinette, de Jacques Becker).

En 1940, elle quitte Paris pour rejoindre Clermont-Ferrand où habite sa sœur aînée, Djenane, dite « Douce ». À la recherche d'un nouvel emploi, elle soumet ses contes à Hervé Mille, alors directeur de Paris-Soir, quotidien parisien exilé à Lyon. Elle y est engagée comme journaliste, chargée de l'actualité du spectacle. Peu de temps après, elle entre dans la Résistance comme agent de liaison. Arrêtée sur dénonciation en 1943 par la Gestapo, elle est incarcérée à Fresnes, mais elle réussit à échapper à la déportation. Elle est relâchée un mois seulement avant la Libération.

En 1945, Hélène Lazareff lui confie la rédaction du magazine Elle, fonction qu'elle assumera jusqu'en 1953. En 1951, elle rencontre le journaliste Jean-Jacques Servan-Schreiber, et devient sa compagne. C'est avec lui que, en mai 1953, elle fonde L'Express, premier magazine hebdomadaire français consacré à l'actualité générale et politique ; tous les autres suivront son exemple. À travers ce journal, le couple mènera plusieurs combats : lutte pour l'indépendance de l'Indochine puis de l'Algérie, soutien à Pierre Mendès France, campagne pour Monsieur X (Gaston Defferre), lutte en faveur de la pilule et de la légalisation de l'avortement... Françoise Giroud devient directrice de la rédaction de L'Express en 1963, puis directrice de la publication, de 1971 à 1974. En 1964, L'Express change de formule, en imitant avec succès ses homologues et prédécesseurs américains.

Pendant ces années, Françoise Giroud traverse des périodes difficiles sur le plan personnel. En 1959, Jean-Jacques Servan-Schreiber la quitte ; quelque temps après, elle fait une tentative de suicide aux barbituriques. En 1972, son fils, Alain-Pierre Danis, meurt en montagne à l'âge de trente et un ans. Elle soigne alors sa dépression nerveuse sur le divan de Jacques Lacan.

Ses convictions la conduisent ensuite à s'engager en politique. En 1974, elle appelle à voter pour François Mitterrand dans Le Provençal. Pourtant, c'est sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing qu'elle est nommée secrétaire d'État chargée de la Condition féminine, le 16 juillet 1974, auprès du Premier ministre Jacques Chirac. Elle abandonne alors ses fonctions au sein du groupe L'Express. Elle fait adopter plus de cent mesures destinées aux femmes, mais perd le combat pour l'égalité des salaires. En août 1976, elle devient secrétaire d'État à la Culture dans le cabinet de Raymond Barre, fonction qu'elle assumera jusqu'en mars 1977. Vice-présidente du Parti radical, puis de l'U.D.F., elle se présente et échoue aux élections municipales de mars 1977 dans le XVe arrondissement de Paris, sur la liste U.D.F. conduite par Michel d'Ornano. Elle démissionne de la vice-présidence de l'U.D.F. en 1979. En 1981, elle appelle à voter pour François Mitterrand.

Elle retrouve le journalisme en 1983, comme éditorialiste au Nouvel Observateur, chargée d'une rubrique sur la télévision. Elle collabore également au Figaro et au Journal [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Autres références

«  GIROUD FRANÇOISE (1916-2003)  » est également traité dans :

GROULT BENOÎTE (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 723 mots
  •  • 1 média

Tout au long de sa vie d’écrivain, Benoîte Groult aura fait une large place aux combats en faveur du féminisme et aux engagements politiques. Née le 31 janvier 1920 à Paris, Benoîte Groult entre tardivement en littérature . Élevée dans une famille bourgeoise – sa mère est la sœur du couturier Paul Poiret –, elle épouse le journaliste Georges de Caunes en 1946 puis, en 1952, le romancier Paul Guim […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis BALLE, « GIROUD FRANÇOISE - (1916-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-giroud/