ORBAY FRANÇOIS D' (1634-1697)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Élève puis collaborateur de Louis Le Vau, dont il dirige les travaux après 1660, François d'Orbay fait partie de l'administration des Bâtiments de Louis XIV (1664), où il est chargé notamment de lever les plans d'architecture. De cette activité, il nous reste un très grand nombre de dessins signés de sa main, témoignage précieux des grandes œuvres de la seconde moitié du xviie siècle, parfois disparues ou mutilées. Reçu membre de la toute récente Académie d'architecture (1771), François d'Orbay avait déjà participé aux plus grands chantiers du règne, à Versailles et à Paris (à la mort de Le Vau en 1770, il est chargé de continuer, avec les conseils de Claude Perrault, la colonnade du Louvre). Ses œuvres personnelles — à Paris, le portail de l'église des Prémontrés de la Croix-Rouge (1661) et celui de l'hôpital de la Trinité (1671), tous deux détruits ; à Lyon, le portail des Carmélites (1680-1682) — dénotent un style très dépendant de celui de ses maîtres, sans avoir toutefois l'aisance de Le Vau ni la force et la diversité de François Mansart. La cathédrale de Montauban (1692-1739), édifiée sur ses plans et continuée à partir de 1708 par Robert de Cotte, est digne de figurer cependant parmi les meilleurs morceaux d'architecture religieuse baroque en France. En 1688, François d'Orbay avait établi les plans et construit l'hôtel des Comédiens-Français avec un luxe de décoration qui rendait enfin honneur au théâtre dans la ville. Le peintre Boullogne et le sculpteur Le Hongre assistèrent l'architecte dans cette entreprise sans précédent en France.

—  Daniel RABREAU

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Sorbonne, directeur du centre Ledoux

Classification


Autres références

«  ORBAY FRANÇOIS D' (1634-1697)  » est également traité dans :

CLASSICISME

  • Écrit par 
  • Pierre DU COLOMBIER, 
  • Henri PEYRE
  •  • 13 796 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Versailles »  : […] Le second classicisme pourrait, en quelque sorte, se symboliser par deux entreprises : la colonnade du Louvre et Versailles . La première, dont la portée a été infiniment moindre, a paru, peut-être à tort, essentielle pour une définition du classicisme français. Colbert, devenu en 1664 surintendant des Bâtiments, y a attaché son nom, non sans dessein de favoriser le Louvre aux dépens de Versailles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classicisme/#i_9276

LE VAU LOUIS (1612-1670)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 608 mots
  •  • 3 médias

Succédant à Jacques Le Mercier avec le titre de premier architecte, puis d'intendant et d'ordonnateur général des Bâtiments royaux, Le Vau a régné sur l'architecture française à partir de 1654. Une riche clientèle privée, la protection de Mazarin, le coup d'éclat de Vaux-le-Vicomte , la faveur royale (il a l'oreille de Louis XIV, et Colbert s'en inquiète dans une lettre du 28 septembre 1663) lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-le-vau/#i_9276

Pour citer l’article

Daniel RABREAU, « ORBAY FRANÇOIS D' - (1634-1697) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-d-orbay/