FRANCEL'année politique 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2014)

France : participation aux élections municipales (1947-2014)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bureau de vote parisien lors des municipales de mars 2014

Bureau de vote parisien lors des municipales de mars 2014
Crédits : O. Franken/ Corbis

photographie

France : groupes politiques au Sénat (2004-2014)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2014)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Une opposition divisée

Les divisions secouent l’opposition au moins autant que la majorité. L’Alternative, mouvement issu du rapprochement en 2013 du MoDem de François Bayrou et de l’U.D.I., ne semble pas devoir résister au retrait, en avril, de Jean-Louis Borloo de la vie politique. L’élection du nouveau président de l’U.D.I., Jean-Christophe Lagarde, est d’ailleurs l’occasion pour le centre droit de manifester ses divisions, notamment concernant ses relations avec l’U.M.P.

Au sein de l’U.M.P., la « guerre des chefs », mais aussi celle des valeurs, se poursuit. À la fin mai, sous la pression des responsables du bureau politique, Jean-François Copé annonce qu’il démissionne de son poste de président. Il a été personnellement mis en cause dans l’affaire Bygmalion – du nom d’une société de conseil qui aurait surfacturé à l’U.M.P. des prestations liées à la campagne présidentielle de 2012. En novembre, au terme d’une campagne rude qui l’oppose à Bruno Le Maire et Hervé Mariton, Nicolas Sarkozy est élu à la tête du parti avec un peu moins des deux tiers des suffrages, contre 29,2 p. 100 à l’ancien ministre de l’Agriculture et 6,3 p. 100 au député de la Drôme. Si la campagne de Bruno Le Maire a été marquée au centre, l’ancien président de la République n’a pas hésité à reprendre des thèmes beaucoup plus marqués à droite (critique de l’Europe, lutte contre l’immigration, abrogation de la loi Taubira sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe…), tout en manifestant, à l’instar de François Fillon, son soutien à la Russie de Poutine – dont Alain Juppé et Bruno Le Maire se démarquent nettement.

Au-delà de la direction du parti, la question de la désignation du candidat de l’U.M.P. à la présidentielle de 2017 reste ouverte. L’ancien Premier ministre Alain Juppé revendique une ligne politique plus modérée que celle de l’ancien président et est donné favori par les sondages. Mais Nicolas Sarkozy ne fait pas mystère de ses désirs d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2014/