COPÉ JEAN-FRANÇOIS (1964- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jean-François Copé, député-maire de Meaux, a été secrétaire général de l'UMP de 2010 à 2012 et président du mouvement de 2012 à 2014.

Il est né en 1964 à Boulogne-Billancourt. Son père est un chirurgien réputé, fils d'un médecin généraliste qui a fui dans les années 1920 les persécutions antisémites de Roumanie. Sa mère, rapatriée pied-noire, déteste le général de Gaulle autant que son mari, marqué par l'épisode vichyssois, l'admire. Après une enfance et une adolescence sage et studieuse, Jean-François Copé est diplômé de Sciences Po Paris en 1985 avant de sortir trente-cinquième sur cent quarante de l'ENA, en 1989. Ayant choisi le corps des administrateurs civils, il se spécialise dans l'économie tant dans ses tâches administratives que dans celles d'enseignement. Il est d'abord chef du bureau des études économiques à la Caisse des dépôts et consignations (de 1989 à 1991) puis passe dans le privé et devient directeur de cabinet du président du groupe bancaire Dexia. Parallèlement, il enseigne l'économie et les finances locales à l'ENA et à l'Institut d'études politiques de Paris de 1990 à 1993, puis à l'université de Paris-VIII de 1998 à 2002. Dans la même logique de cumul des fonctions qui lui vaut de fréquentes critiques, il est, de 2007 à 2010, avocat médiateur dans un des plus importants cabinets d'avocats d'affaires international, tout en demeurant député-maire.

Sa véritable carrière, publique, repose en fait sur des mandats électifs, obtenus depuis 1995, et des postes ministériels variés qu'il occupe de 2002 à 2007. Pour son baptême au suffrage universel, c'est à trente et un ans qu'il parvient, par une candidature « chiraquienne » dissidente face à un « balladurien », à conquérir la mairie de Meaux, ville de banlieue de 50 000 habitants en Seine-et-Marne. Réélu en 2001, en 2008 et en 2014 au premier tour avec les deux tiers des suffrages exprimés, il occupe les fonctions de maire, hormis entre 2002 et 2005 où il est adjoint. Il devient également en 2007 président de la communauté d'agglomération du pays de Meaux. Ses expériences locales sont parfois des demi-succès : élu à l'assemblée d'Île-de-France en 1998, il est la tête de liste de l'UMP lors du renouvellement de 2004 mais échoue à reprendre la région au socialiste Jean-Paul Huchon en ne réunissant que 40,72 p. 100 des suffrages exprimés au second tour (il reste membre du Conseil régional jusqu'en 2007). Ce rapport contrarié au suffrage universel se retrouve lors des législatives. D'abord nommé député de la 5e circonscription de Seine-et-Marne en 1995 lorsque son statut de suppléant lui permet de succéder à Guy Drut, devenu ministre, il perd son mandat en 1997 mais le reconquiert en 2002 et le conserve en 2007, au prix d'un changement de circonscription (la 6e).

De son propre aveu, fait en 2009 dans Un député ça compte énormément, Jean-François Copé ne découvre la réalité du travail parlementaire qu'à partir de mai 2007. Député sans réelle expérience parlementaire, il est en effet élu à cette date à la tête du groupe majoritaire de droite suite au retrait de son principal adversaire, Christian Estrosi. En 2008, il complète ce profil nouveau pour lui en se voyant confier la présidence d'une commission extra-parlementaire chargée de réfléchir à une réforme de l'audiovisuel public.

L'élu Copé peut en fait être considéré comme un avatar du militant RPR puis UMP dont le capital politique tient pour l'essentiel à la manière dont il a su, comme d'autres, convertir des ressources scolaires et professionnelles en dispositions expertes et politiques. Adhérant au RPR de Jacques Chirac dès 1988, il a en charge en 1995, 1997 et 2002 la rédaction du volet économique des programmes du parti post-gaulliste. Mais ce sont surtout les cabinets ministériels que fréquente Jean-François Copé. Directeur de cabinet de Roger Romani, ministre délégué aux relations avec le Sénat et chargé des Rapatriés de 1993 à 1995, il est lui-même secrétaire d'État aux relations avec le Parlement de mai 2002 à mars 2004 dans le gouvernement Raffarin. Ministre délégué à l'Intérieur en 2004, il est ministre délégué au Budget et à la Réforme de l'État de novembre 2004 à mai 2007. Occupant parallèlement les fonctions de porte-parole du gouvernement durant toute cette législature, il en tire un livre bilan i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : doctorant en science politique à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, chargé de cours à l'université de Strasbourg

Classification

Autres références

«  COPÉ JEAN-FRANÇOIS (1964- )  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2013

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 311 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une opposition dans l’incertitude »  : […] En outre, l’opposition ne parvient pas à refaire son unité. Malgré le compromis de la fin de 2012 sur l’organisation de l’U.M.P., le conflit se prolonge entre le président du parti Jean-François Copé et l’ancien Premier ministre François Fillon. Au mois de septembre, les prises de position de ce dernier sont vivement critiquées, jusque dans son propre camp : il affirme d’abord qu’entre un candida […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2012

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La droite en crise »  : […] Dès la campagne électorale, et plus encore après la défaite de Nicolas Sarkozy, les rivalités internes au sein de l' U.M.P. s'exacerbent. Elles atteignent leur paroxysme lors de la désignation du président du parti par les militants, en novembre. Alors que des tensions étaient déjà apparues à propos du nombre de parrainages dont devaient bénéficier les candidats pour concourir, la compétition entr […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les remaniements ministériels et les contestations au sein de la majorité »  : […] Le 22 mars, le premier remaniement de l'année 2010, dans la foulée des élections régionales, fut d'importance assez limitée. Il voit l'arrivée au gouvernement d'un ministre proche de Jacques Chirac, François Baroin, et d'un secrétaire d'État fidèle de Dominique de Villepin, Georges Tron. Xavier Darcos quitte le gouvernement à la suite de son échec électoral ; il sera appelé par la suite à prendre […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 702 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une vie politique troublée »  : […] La vie politique de l'année 2009 est principalement marquée par la poursuite des querelles de personnes, désormais traditionnelles, au sein du P.S., l'existence de désaccords plus feutrés à l'U.M.P., de fortes interrogations sur l'avenir du MoDem et le maintien de l'éclatement de la gauche extrême. Pendant ce temps, le président de la République continue à jouer sa politique dite « d'ouverture », […] Lire la suite

Les derniers événements

20-27 novembre 2016 France. Victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre.

 100, Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien-démocrate) 1,5 p. 100 et Jean-François Copé (LR) 0,3 p. 100. Près de quatre millions trois cent mille personnes participent au scrutin. Nicolas Sarkozy indique qu’il votera pour François Fillon au second tour. Le 27, François Fillon remporte la primaire avec 66,5 p. 100 des suffrages, contre 33,5 p. 100 pour Alain Juppé. […] Lire la suite

8 septembre 2015 France. Non-lieu dans l’affaire des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé qui était poursuivi pour abus de confiance. La justice prend acte de l’incertitude quant à l’interprétation du droit applicable au remboursement des pénalités ainsi que de l’insuffisance de preuves du caractère intentionnel de l’abus de confiance.  […] Lire la suite

3 février 2015 France. Mise en examen de Jean-François Copé.

des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy pour le dépassement de ses frais de campagne en 2012 mettent en examen Jean-François Copé, alors président du parti, pour « abus de confiance ». L'ex-trésorière de l'U.M.P. Catherine Vautrin avait été mise en examen dans le même dossier et pour le même motif en décembre 2014. […] Lire la suite

29 novembre 2014 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l'U.M.P.

de Jean-François Copé, en juin, à la suite de l'affaire Bygmalion. Celui-ci avait été élu à ce poste en novembre 2012 au terme d'un scrutin interne contesté qui l'avait opposé à l'ancien Premier ministre François Fillon.  […] Lire la suite

15-27 mai 2014 France. Démission du président de l'U.M.P. Jean-François Copé

Il affirme que ni Jean-François Copé ni Nicolas Sarkozy n'étaient informés de ces écarts. Le 27, lors d'une réunion animée du bureau politique de l'U.M.P., Jean-François Copé, sommé par ses détracteurs – au premier rang desquels François Fillon – de démissionner de la présidence du parti, accepte de quitter ses fonctions le 15 juin. Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin assurent la direction intérimaire de l'U. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Thomas MARTY, « COPÉ JEAN-FRANÇOIS (1964- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-francois-cope/