Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FILLON FRANÇOIS (1954- )

Homme politique français, François Fillon fut Premier ministre de 2007 à 2012. Sa carrière politique est assez éloignée du cursus honorum des commis de l'État sortis des grandes écoles de la République.

Un ancrage local

Né le 4 mars 1954 au Mans (Sarthe) d'un père notaire d'obédience gaulliste et d'une mère historienne, François Fillon a suivi une formation de droit et de science politique. Il « monte » à Paris pour y achever ses études supérieures et, après un bref passage dans le journalisme, est intronisé en politique par Joël le Theule. Ce dernier, député gaulliste de la Sarthe, adversaire de Jacques Chirac, en fait son attaché parlementaire et son collaborateur au ministère des Transports du gouvernement Barre. À sa mort en 1980, François Fillon fait figure de successeur et devient six mois plus tard, à l'âge de vingt-sept ans, le benjamin de l'Assemblée nationale, alors submergée par une « vague rose » au lendemain de l'élection de François Mitterrand. Le jeune député du Rassemblement pour la République (RPR) conserva tout au long de sa carrière ses attaches avec cette France de l'Ouest, tant comme élu local (maire de Sablé-sur-Sarthe jusqu'en 2001, président du conseil régional des pays de la Loire de 1998 à 2002...) que national (député de la Sarthe constamment réélu de 1981 à 2002, sénateur de la Sarthe de 2004 à 2007).

En même temps qu'il gravira à grandes enjambées les échelons électoraux, François Fillon sera de toutes les minorités au sein du parti néo-gaulliste. Au côté de Philippe Séguin, son nouveau mentor, il se prononce pour les rénovateurs en 1989, contre la direction du RPR en 1990, et contre la monnaie unique lors du référendum sur le traité de Maastricht en 1992. Paradoxalement, c'est ce statut de représentant du « gaullisme social » qui le fait nommer, en 1993, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement de cohabitation dirigé par Édouard Balladur. Cette accession à un poste ministériel ouvrit la seconde phase de sa carrière politique, pour le moins mouvementée.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en science politique, université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

François Fillon au Trocadéro, 2017

François Fillon au Trocadéro, 2017

Autres références

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 9 350 mots
    • 6 médias
    ...toujours aux avant-postes et décidé à le faire savoir, qui entend contrôler de près l'action de son équipe ministérielle, avec l'aide du Premier ministre François Fillon et du secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant. Le gouvernement, préparé depuis plusieurs jours par le président et son futur Premier...
  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 5 662 mots
    • 2 médias
    ...la veille de l'élection de 2012 (34 p. 100 de satisfaits en décembre 2011, 36 p. 100 en avril 2012). Dans le même temps, tout au long du quinquennat, l'image de François Fillon est nettement plus positive (presque toujours plus de 50 p. 100 de satisfaits). Le volontarisme politique de Nicolas Sarkozy...
  • FRANCE - L'année politique 2007

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 3 004 mots
    Dirigé sans surprise par François Fillon, nommé Premier ministre après l'élection présidentielle et reconduit au lendemain des législatives, le gouvernement accueille, de façon visible, plusieurs ministres de gauche, qu'il soient issus de l'aile droite du Parti socialiste comme ...
  • FRANCE - L'année politique 2012

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 3 582 mots
    • 2 médias
    ...Alors que des tensions étaient déjà apparues à propos du nombre de parrainages dont devaient bénéficier les candidats pour concourir, la compétition entre François Fillon et Jean-François Copé révèle la fracture profonde au sein de l'ancien mouvement gaulliste, non seulement entre les partisans de l'un...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi