FRANCEL'année politique 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le temps des remaniements gouvernementaux

Après le revers des élections municipales, le président de la République se résout à se séparer de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le 31 mars, Manuel Valls devient Premier ministre. Sa popularité est alors nettement supérieure à celle du président, et s’étend au-delà de son propre camp politique. Certains membres de la majorité le trouvent cependant trop peu « à gauche », et sa nomination entraîne le départ des ministres écologistes du gouvernement. Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, quitte le gouvernement (il deviendra commissaire européen le 1er novembre), Ségolène Royal y fait son entrée à la tête du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. La ligne du nouveau gouvernement est contestée par une partie du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, fédérée dans le mouvement des « frondeurs » – quarante et un d’entre eux s’abstiennent lors de la présentation du plan de réformes par le Premier ministre en avril. D’ailleurs, la nomination de Manuel Valls ne met pas fin aux « couacs » dont avait pâti le gouvernement Ayrault. Devant l’ampleur de la contestation, le président et le Premier ministre décident, à la fin du mois d’août, de se séparer des ministres contestataires de l’aile gauche du P.S. : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. L’ancien secrétaire général adjoint de la présidence de la République Emmanuel Macron devient ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Réputé plus favorable aux entreprises que son prédécesseur Arnaud Montebourg, il incarne en quelque sorte le tournant social-démocrate annoncé par le président de la République dès sa conférence de presse du 14 janvier 2014. La tonalité de celle-ci, l’annonce d’importants allègements de charges et d’un programme de baisse des impôts officialisaient ce que sa conférence de presse du 13 novembre 2012 sur le pacte de compétitivité annonçait déjà en substance.

Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014

Photographie : Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault, le 1er avril 2014

À Matignon, passation de pouvoir entre les deux hommes. Manuel Valls devient le deuxième Premier ministre de François Hollande. Le quinquennat connaît alors une seconde phase, marquée peu après par le départ du gouvernement des ministres les plus à gauche et par une nette inflexion... 

Crédits : Thibault Camus/ AP/ SIPA

Afficher

Les ministres de la discorde

Photographie : Les ministres de la discorde

Les ministres Arnaud Montebourg (Économie et Redressement productif) et Benoît Hamon (Éducation nationale) en juin 2014, sur les bancs du gouvernement à l'Assemblée nationale. Leurs tentatives pour infléchir la politique du gouvernement Valls se solderont par leur démission au mois d'août... 

Crédits : Revelli-Beaumont/ SIPA

Afficher

En somme, la tête de l’État trouve enfin sa cohérence entre propos présidentiel et composition du gouvernement, ce qui ne va pas empêcher l’exécutif de connaître de nouveaux problèmes. Ainsi, à peine le nouveau gouvernement en place, le secrétaire d’État Thomas Thévenoud doit démissionner parce qu’il a omis de déclarer et payer ses impôts pendant plusieurs années. En novembre encore, c’est un fidèle de François Hollande, Kader Arif, soupçonné de favoritisme dans l’attribution de marchés publics, qui quitte le gouvernement.

Le cabinet du président de la République connaît lui aussi quelques secousses. En avril, le conseiller politique de François Hollande démissionne : Aquilino Morelle est accusé par le site d’information en ligne Mediapart de conflit d’intérêts, en raison des liens qu’il entretenait avec des laboratoires pharmaceutiques quand il était en poste à l’Inspection générale des affaires sociales. En décembre, le président reçoit la démission de son conseiller Faouzi Lamdaoui, cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour « abus de biens sociaux ». Après l’affaire Cahuzac en 2013, ces événements contribuent à ternir le projet de « République exemplaire » porté par François Hollande pendant sa campagne. Quant à la nomination en avril de Jean-Pierre Jouyet, un ami du chef de l’État, au poste de secrétaire général de l’Élysée, elle suscite quelques interrogations à gauche. Cet ancien conseiller de Lionel Jospin a en effet été secrétaire d’État aux Affaires européennes sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2020)

France : participation aux élections municipales (1947-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections européennes 1979-2014 (pourcentage)

France : élections européennes 1979-2014 (pourcentage)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 1er, la direction d'Europe Écologie-Les Verts décide, contre l'avis de la majorité de ses parlementaires, de ne pas participer au gouvernement de Manuel Valls, nommé Premier ministre le 31 mars. Le 2, la composition du gouvernement est annoncée. Sur les seize ministres, seuls deux ne faisaient pas partie du gouvernement précédent: Ségolène Royal, nommée à l'Écologie, au Développement durable et à l'Énergie, et François Rebsamen, au Travail, à l'Emploi et au Dialogue social. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2014/