FRANCEL'année politique 2014

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014

France : les maires des grandes villes après les élections municipales de 2014
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : participation aux élections municipales (1947-2014)

France : participation aux élections municipales (1947-2014)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Bureau de vote parisien lors des municipales de mars 2014

Bureau de vote parisien lors des municipales de mars 2014
Crédits : O. Franken/ Corbis

photographie

France : groupes politiques au Sénat (2004-2014)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2014)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Le temps des remaniements gouvernementaux

Après le revers des élections municipales, le président de la République se résout à se séparer de son Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le 31 mars, Manuel Valls devient Premier ministre. Sa popularité est alors nettement supérieure à celle du président, et s’étend au-delà de son propre camp politique. Certains membres de la majorité le trouvent cependant trop peu « à gauche », et sa nomination entraîne le départ des ministres écologistes du gouvernement. Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, quitte le gouvernement (il deviendra commissaire européen le 1er novembre), Ségolène Royal y fait son entrée à la tête du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie. La ligne du nouveau gouvernement est contestée par une partie du groupe socialiste à l’Assemblée nationale, fédérée dans le mouvement des « frondeurs » – quarante et un d’entre eux s’abstiennent lors de la présentation du plan de réformes par le Premier ministre en avril. D’ailleurs, la nomination de Manuel Valls ne met pas fin aux « couacs » dont avait pâti le gouvernement Ayrault. Devant l’ampleur de la contestation, le président et le Premier ministre décident, à la fin du mois d’août, de se séparer des ministres contestataires de l’aile gauche du P.S. : Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti. L’ancien secrétaire général adjoint de la présidence de la République Emmanuel Macron devient ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Réputé plus favorable aux entreprises que son prédécesseur Arnaud Montebourg, il incarne en quelque sorte le tournant social-démocrate annoncé par le président de la République dès sa conférence de presse du 14 janvier 2014. La tonalité de celle-ci, l’annonce d’importants allègements de charges et d’un programme de baisse des impôts officialisaient ce que sa conférence de presse du 13 novembre 2012 sur l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2014 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2014/