FRANCEL'année politique 2008

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une gauche déchirée

Les déchirements de la gauche, et singulièrement du Parti socialiste, ne datent pas de l'année 2008. Patents depuis la défaite de Lionel Jospin au premier tour de la présidentielle de 2002, renforcés par la division du P.S. lors du référendum du 29 mai 2005 sur le traité constitutionnel européen, gagnant encore en virulence lors de la course à l'investiture pour la présidentielle de 2007, ils ont franchi une nouvelle étape en 2008 avec le combat pour la direction du P.S. et lors du congrès de Reims qui a précédé l'élection par les militants de la nouvelle première secrétaire, Martine Aubry. Ces querelles sont apparues à l'opinion comme relevant d'abord du choc des personnalités, quand bien même elles traduisent aussi des choix stratégiques et doctrinaux : Convient-il de nouer une alliance avec le MoDem ou de privilégier celle du Parti communiste, des Verts, de l'extrême gauche ? Le socialisme doit-il faire siennes certaines règles propres au libéralisme ? Le P.S. doit-il s'assumer comme un parti social-démocrate ? L'interventionnisme économique accru de Nicolas Sarkozy, le recentrage de sa politique fiscale et ses ambitions dans le champ de l'environnement rendent la marge de différenciation plus difficile, sauf en matière de justice, de sécurité, d'immigration, de médias et de pratique des institutions.

Pendant pratiquement toute l'année 2008, le P.S. aura été le champ clos de rivalités qui allaient se cristalliser en novembre, à Reims, dans les principales motions portées au congrès : une voie située à la gauche du parti, incarnée par Benoît Hamon qui fut l'un des chefs de file du non au référendum de 2005 ; une voie « sociale-libérale », défendue par le maire de Paris Bertrand Delanoë, à laquelle s'étaient ralliés le premier secrétaire sortant François Hollande ainsi que la plupart des anciens partisans de Dominique Strauss-Kahn et de Michel Rocard ; une voie plus « présidentialiste », affirmant le besoin d'ouverture et d'élargissement de la base traditionnelle du P.S., revendiquée par Ségolène Royal dans le cadre de la motion présentée par le maire de Lyon Gérard Collomb ; enfin, une voie d'apparence plus classique et ancrée dans la tradition socialiste, que représentait Martine Aubry. Le résultat, très en deçà des attentes, obtenu lors du vote des sections par la motion Delanoë (25,24 p. 100), au coude à coude avec celle de Martine Aubry (24,32 p. 100), et le score inespéré réussi par la gauche du parti (18,52 p. 100) aboutirent à un duel entre la maire de Lille et l'ancienne candidate à la présidentielle de 2007, dont la motion avait obtenu 29,08 p. 100 lors du vote des sections. S'étaient ralliés à la première tant les partisans du maire de Paris que, dans un second temps, ceux de Benoît Hamon, faisant naître des doutes sur la cohérence de la doctrine de l'ancienne ministre de l'Emploi et de la Solidarité du gouvernement Jospin mais aussi sur le caractère durable, au sein de la nouvelle direction, de la cohabitation entre des personnalités à la vision différente, sinon opposée, du positionnement futur du P.S. Faute de possibilité d'entente au congrès, les militants répartirent leurs suffrages de façon presque égale entre les deux candidates au second tour, Martine Aubry ne devançant Ségolène Royal que d'une centaine de voix, sur plus de 137 000 votants. Refusant de participer à la nouvelle direction, pluraliste dans son inspiration, sans pour autant quitter le parti de la rue de Solferino, les amis de Ségolène Royal campent dans une opposition qui laisse augurer de nouveaux déchirements à venir.

À la suite de cette élection, le sénateur Jean-Luc Mélenchon, membre de l'aile gauche du P.S., a décidé de quitter ce dernier pour fonder le Parti de gauche, sur le modèle de Die Linke (La Gauche), le mouvement créé en Allemagne par Oskar Lafontaine en rupture avec le Parti social-démocrate. Du côté de l'aile libérale de la gauche, ralliée à Nicolas Sarkozy, le secrétaire d'État d'ouverture et maire de Mulhouse Jean-Marie Bockel transforme en novembre son club en un parti politique, La Gauche moderne, dont le poids électoral potentiel reste toutefois limité. Quant au Parti communiste, son XXXIVe congrès, en décembre, voit la reconduction de Marie-George Buffet, secrétaire nationale sortante, pour un quatrième mandat mais avec un score de 67,72 p. 100, largement inférieur aux 91 p. 100 de 2006, qui témoigne de la montée des oppositions internes. À l'extrême gauche, souhaitant capitaliser sur le mécontentement social engendré par la crise, certaines réformes gouvernementales et les tensions internes du P.S., Olivier Besancenot transforme la Ligue communiste révolutionnaire en un Nouveau Parti anticapitaliste qui verra officiellement le jour en janvier 2009. Lutte ouvrière, de son côté, annonce la désignation de Nathalie Arthaud, trente-huit ans, pour succéder comme porte-parole à Arlette Laguiller, de trente ans son aînée et qui fut six fois consécutivement candidate à l'élection présidentielle. Quant aux Verts, dirigés depuis novembre 2006 par Cécile Duflot, réélue secrétaire nationale en décembre 2008, ils peinent à faire entendre leur voix, le succès médiatique du « Grenelle de l'environnement » ajoutant ses effets à ceux de leurs divisions traditionnelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

9-27 octobre 2008 France. Malaise des magistrats

Le 9, la ministre de la Justice, Rachida Dati, se rend à la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Moselle) où un adolescent de seize ans s'est pendu dans sa cellule le 6 – le quatre-vingt-septième détenu en France à se donner la mort depuis le début de l'année. Elle critique la « mauvaise décision » du procureur et du substitut de Sarreguemines qui ne  […] Lire la suite

3-9 juillet 2007 France – Union européenne. Le déficit budgétaire français en débat à Bruxelles

politique générale l'intention de la France de repousser à 2012 « au plus tard » la date du rétablissement de son équilibre budgétaire. Dans son volet préventif, le pacte de stabilité et de croissance européen préconise de diminuer le taux de déficit public de 0,5 p. 100 du P.I.B. par année de croissance – il doit être de 2,5 p. 100 en France en 2007 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2008 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2008/