FRANCEL'année politique 2008

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'année 2008 fut la première année pleine de la présidence de Nicolas Sarkozy. La présidence de l'Union européenne par la France pendant le second semestre, des tensions internationales majeures et l'ouverture d'une crise financière et économique de grande ampleur ont naturellement pesé sur la perception par l'opinion de la stratégie suivie. Elles n'ont pas masqué, toutefois, d'importantes contestations de plusieurs aspects de la politique gouvernementale, perceptibles – sur un mode atténué – jusque dans les rangs de l'U.M.P. À gauche, le Parti socialiste (P.S.) apparaît comme le grand gagnant des élections municipales de mars et progresse sensiblement au Sénat, mais il voit en fin d'année ses divisions exacerbées lors du congrès de Reims et de la désignation de son premier secrétaire. En pointe dans la critique de l'action gouvernementale, le Mouvement démocrate (MoDem) reste marginalisé dans le jeu politique, tandis que l'extrême gauche paraît en situation de profiter des querelles socialistes comme de l'approfondissement de la crise économique et sociale qui atteint le pays.

Un gouvernement aux ambitions réformatrices pris par la tourmente

Au-delà de tiraillements entre personnalités, de quelques exemples d'une mauvaise communication et des rumeurs régulières sur les tensions entre le président et le Premier ministre, la composition de l'équipe gouvernementale a connu une assez grande stabilité et les remaniements sont restés d'ampleur limitée. Le lendemain des élections municipales de mars 2008 voit des secrétaires d'État changer d'affectation et d'autres faire leur entrée au gouvernement, à des postes nouveaux ou remodelés, les compétences des ministres de rattachement étant élargies ou modifiées dans le même mouvement : départ de Christian Estrosi, élu maire de Nice et remplacé à l'Outre-Mer par Yves Jégo ; arrivée d'autres proches de Nicolas Sarkozy, comme Nadine Morano à la Famille et Alain Joyandet à la Coopération, ce dernier en remplacement de Jean-Marie Bockel, auteur de propos critiques envers la « Françafrique », qui passe aux Anciens Combattants, Alain Marleix devenant secrétaire d'État à l'Intérieur et aux Collectivités locales ; arrivée de Hubert Falco (Aménagement du territoire) et de centristes comme Christian Blanc (Développement de la région capitale) et Anne-Marie Idrac (Commerce extérieur) ; Éric Besson ajoute à ses responsabilités celle du Développement de l'économie numérique ; Laurent Wauquiez cède à Luc Chatel (Industrie et Consommation) la fonction de porte-parole du gouvernement et se voit confier l'Emploi. En décembre, Patrick Devedjian, dont l'activité en tant que secrétaire général de l'U.M.P. avait été contestée au sein de son propre camp, prend auprès du Premier ministre les fonctions de ministre chargé de la mise en œuvre du plan de relance. À l'issue du dernier Conseil de l'Union européenne sous la présidence française, le secrétaire d'État d'ouverture Jean-Pierre Jouyet (Affaires européennes), qui avait souhaité quitter le gouvernement, cède la place à l'ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin à Matignon, Bruno Le Maire. Enfin, le chef d'entreprise Yazid Sabeg est nommé commissaire à la Diversité et à l'Égalité des chances, sans entrer pour autant au gouvernement.

Le mode de gouvernement connaît une novation avec la réunion informelle, mais régulière, autour du président, du « groupe des sept », composé de quelques ministres et secrétaires d'État considérés comme les plus proches : Brice Hortefeux, Xavier Darcos, Xavier Bertrand, Éric Woerth, Laurent Wauquiez, Luc Chatel et Nadine Morano. La discorde larvée entre le président et son Premier ministre, phénomène classique sous la Ve République, en est renforcée. Y contribue également la place originale, parfois considérée comme celle d'un « Premier ministre bis », occupée par le secrétaire général de la Présidence, Claude Guéant, qui a pu avoir la primeur de diverses annonces aux médias.

Certains ministres sont toutefois fortement critiqués au sein même du gouvernement et de la majorité. La grogne du monde judiciaire envers la garde des Sceaux Rachida Dati conduisit ainsi le président Sarkozy à recevoir directement une délégation de magistrats, tandis que le Premier ministre contestait [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique, enseignant à Sciences Po Paris

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

9-27 octobre 2008 France. Malaise des magistrats

Le 9, la ministre de la Justice, Rachida Dati, se rend à la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Moselle) où un adolescent de seize ans s'est pendu dans sa cellule le 6 – le quatre-vingt-septième détenu en France à se donner la mort depuis le début de l'année. Elle critique la « mauvaise décision » du procureur et du substitut de Sarreguemines qui ne s'étaient pas fait présenter le mineur avant son incarcération et déclare que cette présentation – que les textes n'imposent pas – doit être inscrite dans la loi; de leur côté, les syndicats de magistrats dénoncent les effets du durcissement, selon eux, de la répression. […] Lire la suite

3-9 juillet 2007 France – Union européenne. Le déficit budgétaire français en débat à Bruxelles

par année de croissance – il doit être de 2,5 p. 100 en France en 2007 –, mais le gouvernement ne prévoit pas de baisse en 2008. Le 4, le gouvernement allemand critique la position française. Le 5, le directeur de la Banque centrale européenne (B.C.E.), Jean-Claude Trichet, indique que celle-ci « observe avec inquiétude les pressions apparues dans un certain nombre de pays pour un relâchement concernant les objectifs budgétaires ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2008 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2008/