DEPERO FORTUNATO (1892-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Fondo, dans la province du Trentin alors austro-hongroise, formé dans le sillage du symbolisme pictural, Fortunato Depero n'établit le contact avec la scène futuriste romaine qu'en 1913. Influencé par Giacomo Balla dont les toiles mettent en œuvre une décomposition rationnelle du mouvement et de la vitesse, impressionné par la liberté formelle d'Umberto Boccioni, Depero adopte très vite les préceptes futuristes. Dès 1914, il participe à l'exposition libre futuriste internationale. En 1915, alors qu'il réalise un Autoportrait futuriste, une photographie le représentant le poing rageur prêt à s'abattre, entourée du nom de l'artiste répété en noir et rouge, Depero signe le texte Complexité plastique, synthèse théorique du futurisme, et entre officiellement dans le groupe. Il abandonne momentanément la peinture au profit d'un travail abstrait sur le volume à partir de matériaux pauvres plutôt inhabituels, comme le carton ou le bois peints avec des couleurs acidulées. Ses œuvres traduisent d'une manière synthétique et géométrique des sons, des émotions, des perceptions visuelles et des états d'âme, se gardant bien de toute illustration. L'art de Depero parvient à un affranchissement formel tout en appliquant strictement les principes futuristes. Dans ses dessins, il appelle à la guerre libératrice mais explore aussi la magie, le spiritisme, l'imaginaire ou les contes populaires. Très rapidement, son intérêt se porte sur le théâtre et les ballets. Juste après sa première exposition personnelle en 1916, il dessine les costumes d'un ballet, Mimismagia. Serge de Diaghilev le remarque et lui commande le décor et les 35 costumes plastiques-mobiles pour le Chant du Rossignol mis en musique par Stravinski. Malheureusement le projet, trop ambitieux, ne se réalisera pas. Mais Depero exploitera ses costumes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique d'art, historienne de l'art spécialisée en art écologique américain

Classification


Autres références

«  DEPERO FORTUNATO (1892-1960)  » est également traité dans :

PUBLICITÉ ET ART

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 6 477 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une forme d'expression liée à l'écriture »  : […] Au contraire de l'art, la publicité est une expression postérieure à l'invention de l'écriture. Si l'on se réfère aux travaux d'André Leroi-Gourhan qui reposent en partie sur les recherches d'Annette Laming-Emperaire, on voit que l'art pariétal – celui de Lascaux, des Eyzies ou d'Altamira –, malgré son apparent réalisme, est plus qu'un art d'imitation. Les groupements d'animaux en fonction des li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/publicite-et-art/#i_96789

Pour citer l’article

Bénédicte RAMADE, « DEPERO FORTUNATO - (1892-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fortunato-depero/