BALLA GIACOMO (1871-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signataire avec Boccioni, Carrá, Russolo et Severini du Manifeste des peintres futuristes, le 11 février 1910 à Milan, Giacomo Balla est le plus âgé du groupe. Né à Turin, Balla décide très tôt de sa vocation de peintre. Autodidacte, il ne suivra que quelques cours de dessin ; il travaille chez un lithographe et approfondit les techniques et les problèmes spécifiques de la photographie, ce qui influencera profondément son œuvre. En 1895, il s'installe à Rome, où il passera la plus grande partie de sa vie, et où il sera très vite séduit, comme nombre de jeunes artistes de sa génération, par le socialisme humanitaire. Caricaturiste, il réalise des portraits et s'intéresse au paysage urbain, comme élément d'une nouvelle thématique riche de signification sociologique. Utilisant surtout à cette époque la technique divisionniste, Balla se passionne pour les phénomènes lumineux, naturels d'abord puis artificiels, et la Lampe électrique (1909, Museum of Modern Art, New York), qui atteste l'intérêt du peintre pour les conquêtes de la science, est considérée comme l'une des toutes premières réalisations de la poétique futuriste. S'étant abstenu de participer aux premières manifestations du groupe, Balla montre en 1913 au théâtre Costanzi à Rome des œuvres qui illustrent parfaitement cette notion futuriste : « Tout bouge, tout court, tout tourne rapidement, une figure n'est jamais immobile [...]. Elle paraît et disparaît sans cesse... » (Fillette courant sur un balcon, 1912, Civica Galleria d'arte moderna, Milan ; Laisse en mouvement, Buffalo Fine Arts Academy ; Les Rythmes de l'archet, coll. Estorick, Tate Gallery, Londres). Représentation analytique des phases successives des gestes et des déplacements par la répétition simultanée des parties qui bougent, les peintures de Balla donnent une interprétation plastique nouvelle de l'espace, jusqu'à atteindre avec Auto en course, étude de vitesse (1913, Civica Galleria d'arte moderna, Milan) une composition pratiquement abstraite faite de la pénétration spatiale et dynamique des seuls plans lumineux. Balla, comme ses amis, tend [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALLA GIACOMO (1871-1958)  » est également traité dans :

FUTURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI, 
  • Claude FRONTISI, 
  • Claude KASTLER
  •  • 5 047 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Giacomo Balla (1871-1958) »  : […] À l'écart des Milanais, Balla donne d'abord une version rétinienne très marquée du futurisme. C'est le temps du cocasse Dynamisme d'un chien en laisse et de La Main du violoniste (1912). Mais, en 1913, les Compénétrations iridescentes orientent ses recherches dans une voie abstraite, substituant la figuration de la vitesse à cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/futurisme/#i_13061

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « BALLA GIACOMO - (1871-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giacomo-balla/