Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FLUIDE, physique

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les trois états physiques de la matière tels qu'on les enseigne à l'école primaire sont le solide, le liquide et le gaz. L'état fluide rassemble les deux derniers termes, en soulignant leur parenté. Encore faut-il savoir que l'on parle du nom plutôt que de l'adjectif : une huile très visqueuse est un fluide bien peu fluide ! De fait, c'est la capacité à s'écouler, qui ne veut pas dire absence de viscosité, qui caractérise cet état, dont la frontière avec l'état solide est difficile à établir : vingt-cinq siècles après Héraclite, on peut dire « tout s'écoule » (panta rhei). La rhéologie est la science des écoulements de la matière, qui vont des mouvements très lents du manteau terrestre aux écoulements turbulents de l'air atmosphérique !

En regardant s'écouler du sable entre les doigts ou se soulever une poussière, on peut comprendre de façon simplifiée, comme les philosophes grecs classiques, l'origine microscopique de la fluidité. Dans un solide usuel, les atomes (ou molécules) sont fortement soudés par des liaisons chimiques. Dans un fluide, les molécules en contact entre elles qui composent un liquide, ou celles beaucoup plus distantes d'un gaz, peuvent se déplacer les unes par rapport aux autres. Il existe de plus une agitation permanente, liée à la température, qui facilite ce mouvement relatif des molécules et transmet les mouvements.

Viscosité

Au plan macroscopique, la première manifestation d'un liquide est la viscosité dont on fait spontanément l'expérience quand, pour tester les caractéristiques d'une huile, on en place une goutte entre deux doigts qu'on déplace parallèlement l'un par rapport à l'autre. Dans cette opération, dite de cisaillement, on évalue la force de résistance au mouvement. Elle est proportionnelle aux aires des surfaces en regard et inversement proportionnelle à la distance entre ces surfaces. Le coefficient de proportionnalité entre la force et la vitesse relative des deux doigts (ou plaques) en regard est la viscosité. En termes plus savants, on dit que la contrainte de cisaillement (la force par unité de surface) varie linéairement avec le gradient de vitesse (la variation de vitesse par unité de distance). Isaac Newton a le premier exprimé cette loi, mais il a fallu attendre le milieu du xixe siècle et les expériences du physiologiste français Jean-Louis Marie Poiseuille, qui s'intéressait aux écoulements du sang dans les vaisseaux, pour qu'une étude quantitative en soit menée. La raison de ce décalage dans le temps est que, lorsque la vitesse est assez élevée, les forces de frottement fluide qui, dans un tube, se traduisent par la perte de charge (chute de pression par unité de longueur) sont principalement dues à la turbulence : la viscosité n'intervient qu'indirectement. Le nombre de Reynolds, du nom du physicien britannique qui a étudié en premier cette apparition de turbulence dans un tube cylindrique, permet de caractériser le seuil d'apparition de la turbulence.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur honoraire de l'École normale supérieure, Paris

Classification

Pour citer cet article

Étienne GUYON. FLUIDE, physique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Autres références

  • CINÉTIQUE DES FLUIDES THÉORIE

    • Écrit par
    • 9 801 mots
    • 15 médias

    La théorie cinétique des fluides appartient à une branche de la physique qui se propose d'expliquer les propriétés macroscopiques des fluides à partir d'une analyse statistique des mouvements des particules qui les constituent. On peut classer les fluides en trois grandes familles : gaz, liquides,...

  • CONTINUITÉ ET DISCONTINUITÉ, physique

    • Écrit par
    • 1 230 mots

    La dichotomie continu /discontinu, comme tous les couples de contraires tirés de l'expérience courante, est mise à mal par la théorie physique. La transformation d'un liquide en gaz montre déjà le caractère limité et relatif de la distinction. L'eau de la casserole que nous mettons sur le feu...

  • FLUIDES MÉCANIQUE DES

    • Écrit par , et
    • 8 791 mots
    • 4 médias

    La mécanique des fluides constitue l'extension de la mécanique rationnelle à une classe de milieux continus dont les déformations peuvent prendre des valeurs aussi grandes que l'on veut. On désigne sous le nom général de fluides des corps matériels, gaz, liquides et plasmas, qui peuvent se mettre sous...

  • MATIÈRE (physique) - État liquide

    • Écrit par
    • 3 243 mots
    • 6 médias

    La notion de liquide est une notion familière, l'état liquide étant, avec l'état solide et l'état gazeux, l'un des trois états communs de la matière.

    On peut étudier un liquide comme une phase condensée fluide. Cela signifie que le liquide a une masse spécifique élevée, proche...

  • Afficher les 9 références