CAMARÓN DE LA ISLA JOSÉ MONGE CRUZ, dit (1950-1992)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Plus qu'un révolutionnaire, je le vois comme un créateur et un rénovateur de la musique et des formes du flamenco. Son disque La Légende du temps est pour moi un des joyaux de la discographie flamenca de cette seconde moitié du siècle », écrivait Antonio Morciano à la mort du célèbre cantaor, dont le véritable nom était José Monge Cruz.

Il était né calle del Carmen, à Isla de San Fernando, dans la province de Cadix, le 5 décembre 1950, d'une famille gitane originaire de Jerez depuis 1693. Ses parents chantaient : le père se produisait dans des seguiriyas qui donnaient le frisson, la voix de la mère pouvait, disait-on, se convertir en création. De bonne heure, il joue de la guitare et accompagne des amis comme Capinetti ou Miguel Perez. À huit ans, à la Venta Vargas, il entend Manolo Caracol et la Niña de los Peines, et, dans d'autres endroits, Aurelio Sellé, Manolo Vargas, Pericon ou Flecha. Et il chante déjà avec son camarade « Rancapino » dans les autobus ou les trains qui les mènent à San Fernando, à Chiclana ou à Jerez ; ils sont assez connus des receveurs pour qu'on ne réclame d'eux que de chanter. C'est alors qu'un de ses oncles, pour se moquer affectueusement de son teint pâle, lui dit qu'il a l'air d'un camarón de la isla (une crevette de l'île). Il gardera désormais ce surnom, qui lui plaisait. Il avait rêvé d'être torero, mais il trouvait le même risque dans la vocation musicale : « Le chanteur est comme le torero, disait-il. Lui seul sait ce qu'il sent. » Il entame bientôt sa trajectoire personnelle dans les troupes de Miguel de los Reyes, Dolores Vargas et quelques autres. À dix-huit ans, il enregistre son premier disque avec Paco de Lucia, le guitariste qui le conduira à modifier son style, et, trois ans plus tard, obtient, au concours de Mairena del Alcor, le premier prix Antonio-Mairena, un des plus grands noms du cante jondo.

En 1975, on lui confie la chaire de flamencologie à Jerez de la Frontera et il obtient le prix national de chant. Marié en 1976 à Dolores Montoya [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMARÓN DE LA ISLA JOSÉ MONGE CRUZ, dit (1950-1992)  » est également traité dans :

PACO DE LUCÍA (1947-2014)

  • Écrit par 
  • Francis COUVREUX
  •  • 1 106 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre tradition et expérimentation »  : […] Francisco Sánchez Gómez voit le jour le 21 décembre 1947 à Algésiras dans la province de Cadix. Si ses parents ne sont pas gitans, le flamenco fait partie du quotidien de cette famille très modeste. Le jeune Francisco abandonne l’école très tôt, travaille la guitare d’arrache-pied avec son père et son frère Ramón et subvient en partie aux besoins d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paco-de-lucia/#i_98317

Pour citer l’article

André GAUTHIER, « CAMARÓN DE LA ISLA JOSÉ MONGE CRUZ, dit (1950-1992) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camaron-de-la-isla/