PACO DE LUCÍA (1947-2014)

Par sa virtuosité, sa sensibilité et son audace, le maître de la guitare espagnole Paco de Lucía a donné au flamenco un rayonnement planétaire. Tout au long de sa vie, cet autodidacte andalou a fait évoluer la guitare flamenca en la mêlant à divers univers musicaux tels que la musique espagnole classique, les musiques brésiliennes ou encore le jazz.

Paco de Lucía

Paco de Lucía

photographie

En concert ici le 8 juillet 2010 au festival de jazz de Montreux, le guitariste espagnol Paco de Lucía a apporté une grande modernité à la guitare flamenca. 

Crédits : M. Trezzini/ epa/ Corbis

Afficher

Entre tradition et expérimentation

Francisco Sánchez Gómez voit le jour le 21 décembre 1947 à Algésiras dans la province de Cadix. Si ses parents ne sont pas gitans, le flamenco fait partie du quotidien de cette famille très modeste. Le jeune Francisco abandonne l’école très tôt, travaille la guitare d’arrache-pied avec son père et son frère Ramón et subvient en partie aux besoins de la famille en se produisant dès l’âge de douze ans, notamment avec son frère Pepe, avec qui il enregistrera en 1963 un premier album en duo : Los chiquitos de Algeciras.

Conformément à la tradition flamenca, le jeune homme est tout d’abord engagé pour accompagner les prestations de danseurs et, à l’âge de quatorze ans, part en tournée aux États-Unis avec la compagnie de danse de José Gréco. Il y rencontre Sabicas et Mario Escudero, deux guitaristes espagnols renommés qui l’encouragent à mener une carrière de soliste. Comme son frère Pepe, chanteur de flamenco, Paco (diminutif de Francisco) choisit le pseudonyme de Lucía, le prénom de leur mère, tandis que Ramón choisit d’accoler à son prénom « de Algeciras », du nom de leur ville d’origine.

À partir des années 1960, Paco de Lucía multiplie performances scéniques et enregistrements d’albums, notamment en duo avec le guitariste Ricardo Modrego. S’il se distingue par sa sûreté technique et la puissance de son jeu, son style n’est pas encore très affirmé. En 1968, il commence avec le chanteur Fosforito l’enregistrement d’une des anthologies les plus importantes de l’histoire du chant flamenco. L’année suivante, il rencontre Camarón de la Isla, jeune chanteur gitan de la région de Cadix dont la voix et la force émotionnelle hors du commun, associée à la virtuosité du guitaris [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :


Autres références

«  PACO DE LUCÍA (1947-2014)  » est également traité dans :

GALVÁN ISRAEL (1973-    )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 970 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'initiation à la consécration »  : […] par Franz Kafka (La Metamorfosis, 2000), par le compositeur Gerardo Núñez qui, dans le sillage de Paco de Lucía, l'entraîne sur les scènes de festivals de jazz (Galvánicas, 2002), et par le thème de la tauromachie (Arena, 2004). Durant cette période, sa renommée le conduit à se produire au Japon, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel-galvan/#i_56287

Pour citer l’article

Francis COUVREUX, « PACO DE LUCÍA (1947-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paco-de-lucia/