FINANCE DE MARCHÉThéorie des marchés financiers

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les phénomènes d'inefficience

Les bulles spéculatives

Les études empiriques ont mis en évidence des phénomènes d'inefficience. Souvent considéré comme l'un des plus spectaculaires, la bulle spéculative est une inefficience qui concerne tout un ensemble de titres dont les prix s'éloignent de plus en plus des valeurs fondamentales jusqu'à l'éclatement de la bulle, qui est une forme brutale de correction du marché. Les périodes de bulles spéculatives (comme la « bulle Internet » des années 1999-2000) nous montrent de façon évidente que, parfois, les marchés financiers ne sont pas efficients. La recherche en macroéconomie (voir l'article réalisé par Robert Shiller en 1978 pour une synthèse de ces travaux) et en finance (voir par exemple les travaux d'Olivier Blanchard en 1979, ceux d'Olivier Blanchard et Mark Watson en 1982, ou encore de Jean Tirole en 1982) a cependant montré que l'existence d'une bulle spéculative est, dans certains cas, compatible avec un comportement rationnel des investisseurs. Une bulle n'est donc pas toujours le résultat d'un optimisme irrationnel. Mais, quoi qu'il en soit, les prix perdent leur valeur informative, ce qui est le symptôme d'une inefficience.

Les autres formes d'inefficience

En dehors des bulles spéculatives, d'autres formes d'inefficience ont été décelées. Elles sont assez nombreuses, certaines ayant disparu depuis leur mise au jour, d'autres existant encore. À titre d'exemple, une étude réalisée par Richard Rendleman, Charles Jones et Henry Latané en 1982, portant sur la période 1971-1980, rapporte que les entreprises américaines dont les profits annoncés sont supérieurs aux profits anticipés ont des actions dont le prix monte tout de suite après la publication de leur rapport trimestriel, ce qui est conforme à l'intégration de l'information dans les prix et à l'efficience. Mais ces prix continuent d'augmenter pendant une période d'au moins 90 jours après la publication des bénéfices, ce qui traduit un phénomène de sous-réaction. Ce résultat reste assez énigmatique puisque les investisseu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : professeur en sciences économiques à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu

Classification

Autres références

«  FINANCE DE MARCHÉ  » est également traité dans :

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés de capitaux

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 7 775 mots

Sur les marchés de capitaux, on échange des capitaux, c'est-à-dire de l'argent matérialisé par des titres ou des devises. Un continuum d'échéances, du très court terme au long terme, lie aujourd'hui les marchés monétaire et financier. Les titres du marché monétaire (titres de créances négociables et bons du Trésor) port […] Lire la suite

FINANCE DE MARCHÉ - Marchés dérivés

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 2 354 mots
  •  • 1 média

Les premiers marchés à terme réglementés sont nés à Chicago au xixe siècle, mais leur véritable essor date du début des années 1970, après l'introduction des premiers contrats à terme sur devises sur le Chicago Mercantile Exchange (C.M.E.) et des premières options sur actions sur le Chicago Board Options Exchange (C.B.O.E.). Depuis lors, la croissance […] Lire la suite

FINANCE DE MARCHÉ - Comportement des investisseurs

  • Écrit par 
  • Patrick ROGER
  •  • 3 396 mots
  •  • 1 média

La théorie financière s'est développée depuis les années 1950 en s'appuyant sur des hypothèses draconiennes relatives au comportement supposé des investisseurs. Ces hypothèses résultent de la formalisation des préférences élaborée par John Von Neumann et Oskar Morgenstern (Theory of Games and Economic Behavior, 1947). Les marchés financiers sont supposés peuplés d' […] Lire la suite

ACTIONNAIRES

  • Écrit par 
  • Pierre BALLEY
  •  • 8 142 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Valeur patrimoniale de l'action »  : […] Représentant une fraction de l'actif net et de la capacité bénéficiaire d'une société, l'action a incontestablement une valeur patrimoniale. Mais comment l'évaluer ? Aucune méthode n'est pleinement satisfaisante. La valeur comptable n'a pas grande signification, étant donné les fluctuations de la monnaie ; sa revalorisation à partir de coefficients monétaires est sans portée économique. La capital […] Lire la suite

AGENCES DE NOTATION

  • Écrit par 
  • Patrick JOLIVET
  •  • 3 398 mots
  •  • 1 média

Les agences de notation financière, également appelées agences de rating ou agences de notation de crédit, ont pour rôle de fournir aux marchés financiers une information indépendante sur la capacité des emprunteurs à rembourser leur dette, à ne pas faire défaut. Si le marché du renseignement économique et financier s'est progressivement développé au xix e  siècle aux États-Unis, la première nota […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'hétérogénéité des anticipations »  : […] L'analyse économique, quel que soit le modèle de formation des anticipations retenu, recourt généralement au postulat d' homogénéité des prévisions. Ce postulat simplifie l'analyse, puisqu'il évacue la question de l'agrégation des anticipations individuelles. Or de nombreux arguments font pencher en faveur de l'hypothèse opposée, et de la reconnaissance par la théorie économique de l'hétérogénéit […] Lire la suite

ARBITRAGE, finance

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD
  •  • 1 269 mots

Dans le chapitre « Une stratégie financière »  : […] Dans le domaine de la finance, le terme arbitrage renvoie à une pratique qui ne laisse aucune place au jugement de valeur. Dans l'acception la plus large, arbitrer, en finance, signifie choisir parmi plusieurs stratégies similaires la plus avantageuse. Par extension, ce terme évoque la possibilité de réaliser un gain sans risque. Une opportunité d'arbitrage se définit comme une stratégie d'inve […] Lire la suite

AUTOFINANCEMENT

  • Écrit par 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 5 233 mots

Dans le chapitre « Autofinancement et mobilité du capital »  : […] Si on se situe sur le plan de l'économie globale, il n'est pas rare d'entendre critiquer vivement la place tenue par l'autofinancement dans le financement des investissements : on oppose la situation réelle des économies contemporaines à ce qui se passerait si, tous les profits étant distribués, les investissements étaient financés uniquement par appel à l'épargne et au marché des capitaux. L'une […] Lire la suite

AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS (A.M.F.)

  • Écrit par 
  • Anne DEMARTINI
  •  • 796 mots

Créée par la loi de sécurité financière du 1 er  août 2003 afin de rationaliser et d'améliorer l'efficacité du système français de régulation des marchés financiers, l'Autorité des marchés financiers (A.M.F.) est issue de la fusion de la Commission des opérations de Bourse (C.O.B.), du Conseil des marchés financiers (C.M.F.) et du Conseil de discipline de la gestion financière (C.D.G.F.). Dans […] Lire la suite

BANQUE - Économie de la banque

  • Écrit par 
  • Emmanuelle GABILLON, 
  • Jean-Charles ROCHET
  •  • 7 880 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le rôle spécifique des banques dans le financement de l'économie »  : […] Le rôle des banques dans l'économie était clair et bien établi tant que les marchés financiers étaient sous-développés, car elles étaient les seules à pouvoir fournir des services de liquidité et de crédit aux entreprises et aux ménages. Le développement sans précédent des marchés financiers, impulsé dès la fin des années 1970 dans les pays anglo-saxons, a amené certains économistes à s'interroger […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuelle GABILLON, « FINANCE DE MARCHÉ - Théorie des marchés financiers », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/finance-de-marche-theorie-des-marches-financiers/