FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les fièvres hémorragiques virales (FHV) désignent un groupe de maladies dont l’étiologie est associée à différentes familles de virus. Le terme FHV est utilisé pour décrire un syndrome grave multisystémique, dans le sens où plusieurs systèmes d'organes du corps sont affectés. De ce fait, on retrouve sous cette dénomination des fièvres dont l’histoire est ancienne, comme la fièvre jaune et la dengue, et des maladies émergentes comme la fièvre Ebola. Ces fièvres ne sont pas toutes liées à une mortalité élevée, mais elles posent toutes des problèmes de santé publique, en particulier devant leur tendance à étendre l’aire géographique de leurs manifestations.

Symptômes généraux des fièvres hémorragiques virales

Les signes et symptômes spécifiques, ainsi que la gravité et la létalité de la maladie, varient selon le type de FHV. Néanmoins, ils incluent toujours un syndrome de maladie fébrile aiguë caractérisée notamment par une fièvre marquée, de la fatigue, des vertiges, des douleurs musculaires, une perte de force et un épuisement de l’organisme. Les FHV se signalent également par une augmentation de la perméabilité de la muqueuse endothéliale des vaisseaux sanguins (ce qui se traduit par une « fuite vasculaire » de fluides hors du système circulatoire) et par des anomalies de la coagulation. Ces dernières anomalies ne produisent habituellement que de légers troubles hémorragiques et certains types de virus de la fièvre hémorragique peuvent ne provoquer que des maladies relativement bénignes. En revanche, nombre d'entre eux sont à l'origine de maladies graves engageant le pronostic vital du patient. Ces cas sont souvent associés à de fortes hémorragies, notamment au niveau des organes internes ou par des orifices corporels comme la bouche, les yeux ou les oreilles. Les patients gravement malades peuvent également présenter un choc hémorragique, un dysfonctionnement du système nerveux, un coma, un délire et des convulsions. Certains types de FHV, appelés FHSR pour « fièvre hémorragique à syndrome rénal », entraînent une insuffisance rénale, principalement une néphrite (inflammation du rein) aiguë après l'infiltration de cellules inflammatoires dans le rein.

Les FHV sont ainsi largement considérées comme un type de syndrome de réponse inflammatoire systémique pour lequel le dysfonctionnement vasculaire endothélial et l’augmentation remarquable de la perméabilité vasculaire constituent le changement pathologique fondamental. Cette augmentation de perméabilité peut conduire aux hémorragies observées chez les patients, associées à de nombreuses caractéristiques cliniques, telles qu'une hémoconcentration, une hypotension, un choc et des douleurs abdominales. Jusqu'à présent, il est difficile d'expliquer la pathogenèse par le seul facteur viral. Des études suggèrent que les manifestations des FHV pourraient être liées à des mécanismes indirects, notamment des facteurs viraux, immunitaires et génétiques de l'hôte. Ainsi, bien que tous les types de FHV partagent un syndrome général commun, les mécanismes pathogènes spécifiques varient en fonction du virus et de la réponse de l'hôte. Les principaux facteurs contribuant à l'infection grave incluent la subversion par le virus de la réponse aux interférons de type I (dont le rôle normal est naturellement antiviral) et une réponse non contrôlée aux cytokines et chimiokines pro-inflammatoires. Il s’ensuit une baisse des réponses antivirales et une réaction inflammatoire exacerbée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Principales fièvres hémorragiques virales

Principales fièvres hémorragiques virales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Répartition mondiale des principales fièvres hémorragiques virales

Répartition mondiale des principales fièvres hémorragiques virales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : virologiste, maître de conférences, université de Montpellier

Classification

Autres références

«  FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES  » est également traité dans :

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène »  : […] Les maladies provoquées chez l'homme par les arbovirus sont assez variées. En fait, elles ont toutes en commun, après la contamination par piqûre et la période d'incubation, une phase initiale de « virémie » au cours de laquelle le virus est présent dans le sang, ce qui permet à de nouveaux Arthropodes piqueurs de s'infecter. Cette phase peut se manifester par une fébrile affection transitoire. D […] Lire la suite

CHF-C VIRUS

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  •  • 258 mots

Le sigle CHF-C désigne les virus responsables de la fièvre hémorragique de Crimée ( Crimean Haemorrhagic Fever  : CHF) et d'infections observées en Afrique (virus Congo : C). Le virus Congo a été isolé pour la première fois du sang d'un enfant africain en 1956 par G. Courtois au Congo belge (aujourd'hui République démocratique du Congo). Il a été retrouvé ensuite chez l'homme, divers animaux domes […] Lire la suite

DENGUE

  • Écrit par 
  • Philippe DESPRÈS
  •  • 2 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La dengue présente un large spectre de signes cliniques »  : […] La grande majorité des infections par le virus de la dengue à la suite d'une piqûre de moustique se traduit par des signes cliniques peu évocateurs. L'âge est un facteur de risque : dans les régions endémiques pour la dengue, environ la moitié des enfants infectés présentent des signes cliniques manifestes et le taux de mortalité est plus important chez les moins de 5 ans. Dans les cas symptomatiq […] Lire la suite

EBOLA FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 596 mots
  •  • 1 média

La fièvre Ebola tire son nom d’une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) qui baigne le village de Yambuku, où cette maladie a été identifiée pour la première fois en septembre 1976 chez l’homme. Les autorités de santé avaient été informées d’une maladie foudroyante par les membres de l’hôpital catholique local. Mandatés par le président Mobutu, un médecin belge, François Ruppol, e […] Lire la suite

ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Georges DUBY, 
  • Gabriel GACHELIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 427 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La surveillance des flambées épidémiques »  : […] Un grand nombre de virus placés sous surveillance par l’OMS causent des maladies – dont la découverte est sinon récente, du moins d’apparition brutale – associées à des flambées épidémiques responsables d’une forte mortalité et présentant un risque d’évolution vers d’éventuelles pandémies. Ces virus appartiennent à la plupart des groupes connus et se rencontrent dans le monde entier. On ne retiend […] Lire la suite

HANTAVIRUS

  • Écrit par 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 2 060 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pathologie à Hantavirus chez l'homme »  : […] Chez l'homme, on distingue la fièvre hémorragique avec syndrome rénal (FHSR), qui sous sa forme sévère associe des hémorragies suivies d'un état de choc et une insuffisance rénale avec une mortalité de 10 à 15 p. 100. C'est principalement en Extrême-Orient que sont décrites ces formes cliniques, elles sont dues aux virus Hantaan et Séoul. On estime à 150 000 à 200 000 par an le nombre de FHSR ent […] Lire la suite

LASSA VIRUS

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  • , Universalis
  •  • 819 mots
  •  • 1 média

La fièvre Lassa a été identifiée pour la première fois en janvier-février 1969 au Nigeria, à la suite de l'hospitalisation d'une malade venant de Lassa (ville du nord-est du pays, dans l’État de Borno). Trois cas secondaires (dont deux mortels) se produisirent chez des membres du personnel soignant de l'hôpital de Jos. Une seconde épidémie hospitalière, toujours à Jos, en janvier-février 1970, fut […] Lire la suite

MARBURG FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 358 mots
  •  • 1 média

Le virus dit de Marburg est responsable d’une fièvre hémorragique à mortalité élevée chez l’homme, la fièvre de Marburg. Le virus et la fièvre tirent leur nom de la ville de Marburg en Allemagne, où ils ont été identifiés pour la première fois en 1967 à la suite d’un accident de laboratoire. Au cours de la manipulation de cellules rénales de singes verts ( Cercopithecus aethiops ) en vue de la p […] Lire la suite

SIN NOMBRE VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 499 mots
  •  • 1 média

Parmi 10 000 visiteurs ayant séjourné au Curry Village du parc national du Yosemite en Californie entre le 10 juin et le 21 août 2012, une dizaine ont contracté une zoonose à hantavirus et deux sont décédés. La surveillance a continué d'être de règle pour ces visiteurs pour une période de quatre à six semaines après leur visite au Curry Village. Cette surveillance a également concerné 53 famill […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yannick SIMONIN, « FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/